FK SKA Rostov

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Ne doit pas être confondu avec l'autre club de football de la ville, le FK Rostov.
SKA Rostov
Logo du SKA Rostov
Généralités
Nom complet Futbolny Klub Sportivny Klub Armi Rostov-na-Donu
Surnoms Pony
Armeïtsy
Noms précédents RODKA (1937-1946)
ODO (1946-1957)
SKVO (1957-1959)
SKA (1960-2013)
SKVO (2013-2015)
Fondation (82 ans)
Statut professionnel -
-
-
Couleurs rouge et bleu
Stade SKA SKVO
(25 000 places)
Siège Rostov-sur-le-Don
Championnat actuel Troisième division russe
Président Drapeau : Russie Igor Gousskov
Entraîneur Drapeau : Inconnu vacant
Joueur le plus capé Drapeau : Russie Piotr Kostenko (405)
Meilleur buteur Drapeau : URSS Sergueï Andreïev (139)
Site web ска-ростов.рф
Palmarès principal
National[Note 1] Coupe d'URSS (1)

Maillots

Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Domicile
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Extérieur

Actualités

Pour la saison en cours, voir :
Championnat de Russie de football D3 2019-2020
0

Le SKA Rostov (en russe : «СКА» Ростов-на-Дону) est un club russe de football basé à Rostov-sur-le-Don.

Fondé en 1937 par les forces armées, il participe dans un premier temps aux championnats locaux de la région et de la ville avant d'intégrer le championnat soviétique en 1958 et de disputer la première division dès l'année suivante. Il s'établit rapidement comme une équipe récurrente de l'élite soviétique, dont il termine notamment deuxième en 1966. Il remporte par ailleurs la Coupe d'Union soviétique en 1981.

Ses performances sportives déclinent cependant à partir de la fin des années 1980, qui le voit chuter en deuxième puis en troisième division soviétique. À la chute de l'Union soviétique, le club se voit ainsi assigné à la nouvelle troisième division russe. Peinant à réitérer ses succès d'antan, le SKA erre depuis principalement à cet échelon, n'ayant passé que trois saisons en deuxième division et souffrant de multiples troubles financiers et sportifs qui le voient perdre son statut professionnel en 1998 et en 2014. Il évolue dans le groupe Sud de la troisième division depuis la saison 2015-2016.

Le club évolue au stade Rostselmach entre 1958 et 1970 avant d'emménager au stade SKA SKVO en avril 1971. Ses couleurs principales sont le rouge et le bleu.

Histoire[modifier | modifier le code]

Période soviétique (1937-1991)[modifier | modifier le code]

Premières années et débuts dans l'élite (1937-1960)[modifier | modifier le code]

Le club est fondé au mois d'août 1937 sous le nom RODKA, qui est l'abréviation de « Maison de l'Armée rouge du district de Rostov » (en russe : Ростовский Окружной Дом Красной Армии) et évolue alors à l'échelle régionale et municipale, remportant notamment quatre fois d'affilée le championnat du Caucase du Nord entre 1938 et 1941. Au sortir de la Seconde Guerre mondiale, il change d’appellation en 1946 pour devenir l’ODO, pour Maison des officiers de district (en russe : Окружной Дом Офицеров) et intègre le championnat de la RSFS de Russie avant de remporter la coupe des forces armées soviétiques l'année suivante[1],[2]. Le club connaît par la suite un nouveau changement de nom en 1957, devenant le SKVO, pour « Club sportif du district militaire » (en russe : Спортивный Клуб Военного Округа), et intègre dès l'année suivante le championnat national en étant assigné à la quatrième zone de la deuxième division. Il y termine alors premier devant le Spartak Erevan et se qualifie pour la phase finale où il finit par l'emporter et accède à la première division dès la saison 1959[3].

Pour ses débuts dans l'élite, l'équipe effectue une saison positive qui la voit atteindre la quatrième place du championnat, à un point seulement du Dinamo Tbilissi et du podium, et parvient notamment à battre le futur vainqueur le Dynamo Moscou à domicile au mois d'octobre 1959. À la veille de l'exercice 1960, le club est une nouvelle fois renommé et adopte cette fois son nom historique SKA, qui signifie simplement « Club sportif de l'armée » (en russe : Спортивный Клуб Армии). Dans le même temps, le championnat est réorganisé en deux groupes, le SKA étant assigné au groupe A. Il s'y démarque à nouveau comme une des meilleurs équipes et atteint même la deuxième place du groupe, loin derrière le Torpedo Moscou mais juste devant le Dynamo Moscou. Cette performance lui permet ainsi de se qualifier pour la phase finale, où il ne peut cependant faire mieux qu'une quatrième place malgré une large victoire 4-0 sur la pelouse du Lokomotiv Moscou en octobre.

Âge d'or et relégation (1961-1973)[modifier | modifier le code]

La compétition poursuivant le format par groupes l'année suivante, le club n'arrive cette fois pas à faire mieux qu'une cinquième place, bien que se démarquant par son attaque prolifique qui inscrit 39 buts en 20 matchs. Il se qualifie ainsi une nouvelle fois pour la phase finale où il termine neuvième et avant-dernier devant le Pakhtakor Tachkent. La saison 1962 est assez similaire, le SKA se plaçant cette fois sixième avant d'atteindre une nouvelle fois la neuvième position au terme de la phase finale. Le retour à un format à groupe unique en 1963 voit le club remonter de manière notable au classement et se classer quatrième en fin d'exercice à un point du podium, il se démarque par ailleurs comme la meilleure attaque du championnat avec 73 buts marqués, incluant notamment une victoire 7-1 contre l'Avangard Kharkov, tandis qu'Oleg Kopaïev termine meilleur buteur du championnat avec 27 buts marqués à lui seul et que Guennadi Matveïev et Viktor Ponedelnik en inscrivent chacun 13. L'année suivante voit l'équipe atteindre une nouvelle fois la quatrième place, bien qu'étant cette fois nettement moins prolifique avec seulement 40 buts inscrits, bien qu'elle enregistre une victoire 7-0 contre le Torpedo Koutaïssi au mois de mai. L'exercice 1965 s'avère quant à lui plus décevant avec septième position, bien que Kopaïev termine une nouvelle fois meilleur buteur en marquant 18 buts.

Le SKA connaît sa meilleure saison lors de l'année 1966 où, sous la direction de Iosif Betsa, il parvient à se hisser pour la seule et unique fois de son histoire sur le podium du championnat, terminant ainsi vice-champion à neuf points du Dynamo Kiev. Cette performance historique amorce cependant le déclin progressive de l'équipe qui retombe dès la saison suivante à la dixième place avant de finir deux fois douzième en 1968 et en 1969, bien que cette dernière année voit Vladimir Proskourine terminer meilleur buteur avec seize buts inscrits tandis que l'équipe atteint la finale de la coupe nationale, où elle cependant vaincue par le Karpaty Lvov. Après une huitième position en 1970, le SKA passe très près de la relégation lors de l'exercice suivant, ne parvenant à se maintenir qu'aux confrontations directes contre le Pakhtakor Tachkent. Il atteint tout de même la même année une nouvelle finale de Coupe, étant cette fois battu par le Spartak Moscou. Finissant douzième en 1972, le club finit finalement par couler l'année suivante en terminant largement dernière du championnat avec seulement onze points en trente matchs, signant sa première relégation de son histoire après quinze saisons de suite dans l'élite.

Période d'ascenseur et chute sportive (1974-1991)[modifier | modifier le code]

Son retour au deuxième échelon est cependant de très courte durée, l'équipe parvenant à se remettre en marche et à atteindre la deuxième place de la compétition derrière le Lokomotiv Moscou. Il ne parvient cependant pas à se maintenir à l'échelon supérieur, étant une nouvelle fois rapidement largué au classement avant de finir dernier en 1975. Cette nouvelle descente est plus difficile à digérer pour le SKA qui passe les deux saisons en milieu de classement. Il connaît cependant une nouvelle dynamique positive en 1978 qui lui permet de se hisser en deuxième position derrière le Krylia Sovetov Kouïbychev pour retrouver une nouvelle fois l'élite. Le club parvient cette fois à continuer sur sa lancée, se maintenant à l'issue de la saison 1979 avant de finir neuvième l'année suivante, notamment porté par le prolifique Sergueï Andreïev qui termine meilleur buteur du championnat avec 20 buts inscrits. Cette bonne phase s'estompe cependant en 1981 et, malgré une victoire en coupe face au Spartak Moscou, l'équipe termine finalement seizième et est une nouvelle fois reléguée. La victoire du club en coupe le voit par ailleurs prendre part à sa seule et unique compétition européenne en disputant la Coupe des coupes en fin d'année 1981, où il parvient à éliminer l'équipe turque de l'Ankaragücü avant de chuter au deuxième tour contre l'Eintracht Francfort.

Retrouvant la deuxième division en 1982, le SKA n'arrive dans un premier temps pas à lutter pour la promotion et termine onzième. L'année suivante est bien plus probante et l'équipe parvient une nouvelle fois à se hisser à la deuxième position, derrière le Kaïrat Almaty, pour sa troisième promotion en neuf ans. Pour ce quatrième et dernier passage dans l'élite, le club arrive dans un premier temps à se maintenir de peu en 1984 à la faveur d'une quatorzième place, tandis qu'Andreïev est une nouvelle fois nommé meilleur buteur avec 19 réalisation, avant de chuter l'année suivante en finissant largement dernière. Cette dernière descente amorce une chute progressive du club, qui ne parvient plus à concourir pour la promotion à partir de là et débouche même en 1989 sur une vingtième place synonyme de relégation. La spirale négative se poursuit l'année suivante en troisième division où le club termine vingtième du groupe Centre et tombe cette fois en quatrième division pour la saison 1991, six ans à peine après son dernier passage dans l'élite. Sa dernière saison soviétique débouche sur une dixième position dans la quatrième zone.

Période russe (depuis 1992)[modifier | modifier le code]

Rencontre entre le SKA et le MITOS Novotcherkassk en avril 2011.

La chute de l'Union soviétique à la fin de l'année 1991 amène à une réorganisation des championnats dans les anciennes républiques soviétiques. Ainsi, du fait de son placement à ce moment-là, le SKA se trouve assigné au sein de la deuxième zone de la nouvelle troisième division russe pour la saison 1992. Il y effectue une année relativement positive qui le voit finalement atteindre la troisième place derrière l'Avangard Kamychine au nombre de victoires remportées, et échouant ainsi à la promotion de ce fait. Après un exercice 1993 plus décevant avec une douzième place au terme de la saison, il est dans la foulée victime de la réorganisation du championnat et de la création d'quatrième division professionnelle qui amène ainsi à sa relégation. L'équipe s'en remet cependant très vite et accède à la promotion dès l'année suivante en terminant deuxième de la deuxième zone, derrière le Volgar Astrakhan. Elle est par la suite placée au sein du groupe Ouest du troisième échelon, où elle passe trois saisons relativement décevantes au bas de classement, malgré une neuvième place en 1996, qui débouchent sur une nouvelle relégation l'année suivante. Son passage à l'échelon inférieur est cependant tout aussi bref que le dernier, le club finissant largement premier du groupe Sud, terminant notamment la saison invaincu.

Le replacement du SKA au sein du nouveau groupe Sud en 1999 s'accompagne d'une remontée nette de ses performances, celui-ci terminant cette saison en deuxième position derrière le Kouban Krasnodar, une situation qui se répète l'année suivante, l'équipe finissant cette fois deuxième en ayant amassé pas moins de 98 points en 38 matchs. La promotion du Kouban à l'issue de cette dernière saison laisse finalement le champ libre au club pour dominer nettement la compétition, terminant cette fois largement premier au terme de l'exercice 2001 avec le même nombre de points que l'année précédente, qui donne cette fois une avance de douze points sur son dauphin le Dinamo Stavropol. Il est par la suite opposé au Svetotekhnika Saransk lors des barrages de promotion, obtenant un match nul 1-1 à l'extérieur avant de l'emporter 1-0 à Rostov lors du match retour, lui permettant ainsi de découvrir la deuxième division russe et de retrouver cet échelon pour la première fois en treize ans lors de la saison 2002. Ce retour ne dure cependant pas, l'équipe terminant l'année en avant-dernière position, synonyme de relégation.

Retrouvant donc le troisième niveau en 2003, le club y connaît une période de stagnation le voyant finir loin des places de promotion. Il se reprend finalement lors de la saison 2006 qui voit le SKA atteindre la deuxième place du groupe Sud, à deux points du Spartak Vladikavkaz, qui profite par la suite du retrait du Dinamo Makhatchkala pour s'assurer une nouvelle montée en deuxième division[4]. Parvenant de peu à se maintenir en 2007, l'équipe termine ensuite la saison suivante à la treizième position, à un point seulement d'une relégation sportive. Le club connaît cependant au même moment de graves difficultés financières qui l'amènent finalement à se retirer volontairement de la compétition pour retrouver la troisième division en 2009[5]. Il stagne par la suite pendant trois saisons en bas de classement au sein de la troisième division, terminant même dernier en 2012. Dans le même temps, ses difficultés financières ne s'améliorent pas, amenant finalement au retrait du SKA de la compétition en 2013 et à la dissolution du club dans la foulée. Au mois de juin suivant, le vainqueur du groupe Sud de la quatrième division, le Dinamo Rostov, décide de reprendre l'identité du club pour la saison 2013-2014[6], adoptant cependant l'appellation SKVO pour des raisons légales[7]. Après avoir terminé huitième du groupe Sud pour sa première saison au troisième échelon, la nouvelle équipe se trouve également confrontée à des problèmes financiers qui amènent à son exclusion de la compétition dès le mois de juin 2014[8]. Alors relégué au quatrième niveau, elle termine facilement première de son groupe à la fin de l'année[9] et réintègre finalement la troisième division en mars 2015 pour la saison 2015-2016, reprenant dans la foulée le nom SKA[10] et se maintenant depuis à cet échelon.

Bilan sportif[modifier | modifier le code]

Palmarès[modifier | modifier le code]

Classements en championnat[modifier | modifier le code]

La frise ci-dessous résume les classements successifs du club en championnat d'Union soviétique de 1958 à 1991.

Championnat d'URSS de footballChampionnat d'URSS de football D2
Championnat d'URSS de football D4Championnat d'URSS de football D3Championnat d'URSS de football D2Championnat d'URSS de footballChampionnat d'URSS de football D2Championnat d'URSS de footballChampionnat d'URSS de football D2Championnat d'URSS de footballChampionnat d'URSS de football D2

La frise ci-dessous résume les classements successifs du club en championnat de Russie depuis 1992.

Championnat de Russie de football D3Championnat de Russie de football D2Championnat de Russie de football D3Championnat de Russie de football D4Championnat de Russie de football D3Championnat de Russie de football D4Championnat de Russie de football D3
Championnat de Russie de football D3Championnat de Russie de football D4Championnat de Russie de football D3Championnat de Russie de football D2

Bilan par saison[modifier | modifier le code]

Légende
  • Vainqueur de la compétition.
  • Deuxième ou finaliste de la compétition.
  • Promotion en division supérieure.
  • Relégation en division inférieure.

Période soviétique[modifier | modifier le code]

Bilan par saison[11]
Saison Championnat Coupe d'URSS
Division Pos Pts J V N D BP BC Diff
1958 2e Zone 4 1er 43 30 18 7 5 72 24 +46 Cinquième tour Q
1959 1re 4e 26 22 11 4 7 37 31 +6 N/A
1960 4e 35 30 11 13 6 46 39 +7 Huitièmes de finale
1961 9e 30 30 11 8 11 54 36 +18 Quarts de finale
1962 9e 17 22 4 9 9 25 37 -12 Quarts de finale
1963 4e 47 38 20 7 11 73 40 +33 Seizièmes de finale
1964 4e 38 32 16 6 10 40 28 +12 Huitièmes de finale
1965 7e 34 32 10 14 8 42 35 +7 Seizièmes de finale
1966 2e 47 36 20 7 9 54 44 +10 Seizièmes de finale
1967 10e 34 36 13 8 15 39 42 -3 Seizièmes de finale
1968 12e 33 38 11 11 16 44 48 -4 Seizièmes de finale
1969 12e 19 26 6 7 13 23 37 -14 Finale
1970 8e 33 32 9 15 8 28 29 -1 Seizièmes de finale
1971 14e 26 30 9 8 13 35 43 -8 Finale
1972 12e 26 30 8 10 12 31 35 -4 Quarts de finale
1973 16e 11 30 3 9 18 19 43 -24 Seizièmes de finale
1974 2e 2e 51 38 21 9 8 64 35 +29 Huitièmes de finale
1975 1re 16e 16 30 4 8 18 23 50 -27 Seizièmes de finale
1976 2e 12e 36 38 13 10 15 41 43 -2 Seizièmes de finale
1977 10e 36 38 12 12 14 43 48 -5 Seizièmes de finale
1978 2e 54 38 20 14 4 64 35 +29 Seizièmes de finale
1979 1re 15e 24 34 8 14 12 37 50 -13 Phase de groupes
1980 9e 32 34 11 10 13 41 47 -6 Huitièmes de finale
1981 16e 26 34 8 10 16 39 58 -19 Vainqueur
1982 2e 11e 42 42 16 10 16 59 52 +7 Huitièmes de finale
1983 2e 58 42 23 13 6 73 36 +37 Huitièmes de finale
1984 1re 14e 27 34 10 7 17 48 58 -10 Huitièmes de finale
1985 18e 21 34 7 7 20 36 60 -24 Seizièmes de finale
1986 2e 15e 43 46 16 11 19 54 51 +3 Seizièmes de finale
1987 11e 39 42 16 7 19 40 56 -16 Huitièmes de finale
1988 9e 42 42 16 10 16 57 64 -7 Deuxième tour
1989 20e 32 42 10 12 20 53 76 -23 Premier tour
1990 3e Centre 20e 33 42 14 5 23 47 63 -16 Premier tour
1991 4e Zone 4 10e 46 42 19 8 15 62 40 +22 Seizièmes de finale

Période russe[modifier | modifier le code]

Bilan par saison[12]
Saison Championnat Coupe de Russie
Division Pos Pts J V N D BP BC Diff
1992 3e Zone 2 3e 63 42 27 9 6 101 31 +70 N/A
1993 12e 25 30 12 1 17 45 47 -2 Quatrième tour
1994 4e Zone 2 2e 44 32 20 4 8 44 26 +18 Premier tour
1995 3e Ouest 17e 44 42 12 8 22 42 81 -39 Premier tour
1996 9e 56 38 17 5 16 49 67 -18 Premier tour
1997 18e 33 38 9 6 23 38 75 -37 Premier tour
1998 4e Sud 1er 66 24 21 3 0 83 22 +61 Quatrième tour
1999 3e Sud 2e 82 36 25 7 4 71 28 +43 N/A
2000 2e 98 38 32 2 4 104 16 -88 Troisième tour
2001 1er 98 38 32 2 4 110 27 +83 Quatrième tour
2002 2e 17e 31 34 8 7 19 38 62 -24 Troisième tour
2003 3e Sud 5e 69 38 21 6 11 58 37 +21 Quatrième tour
2004 13e 33 32 8 9 15 34 47 -13 Deuxième tour
2005 11e 20 24 4 8 12 25 47 -22 Premier tour
2006 2e 82 32 26 4 2 74 17 +57 Troisième tour
2007 2e 17e 53 42 14 11 17 50 60 -10 Deuxième tour
2008 13e 58 42 15 13 14 52 50 +2 Seizièmes de finale
2009 3e Sud 12e 42 34 11 9 14 49 61 -12 Huitièmes de finale
2010 14e 36 32 9 9 14 34 39 -5 Troisième tour
2011-2012 18e 28 34 8 4 22 26 59 -33 Troisième tour
Deuxième tour
2012-2013 17e 6 32 1 3 28 6 82 -76 Deuxième tour
2013-2014 8e 50 34 13 11 10 39 30 +9 Premier tour
2014 4e Sud 1er 46 20 15 1 4 53 17 +36 N/A
2015-2016 3e Sud 6e 38 26 11 5 10 34 24 +10 Quatrième tour
2016-2017 8e 40 30 10 10 10 31 33 -2 Troisième tour
2017-2018 8e 44 32 12 8 12 40 38 +2 Deuxième tour
2018-2019 13e 24 28 5 9 14 19 33 -14 Deuxième tour
2019-2020 à venir Premier tour

Bilan européen[modifier | modifier le code]

Le SKA prend part à sa seule et unique compétition européenne en 1981, année qui le voit participer à la Coupe des coupes. Opposés aux Turcs de l'Ankaragücü lors du premier tour, les Rostoviens l'emportent dans un premier temps 3-0 chez eux avant de s'imposer 2-0 en Turquie pour assurer leur qualification sur le score cumulé de 5-0, avec notamment deux buts de Sergueï Andreïev et d'Oleksandr Zavarov, le cinquième venant quant à lui d'Aleksandr Vorobiov (en).

Le deuxième tour voit le SKA affronter l'équipe allemande de l'Eintracht Francfort. Victorieux lors du match aller grâce à un but de Sergueï Yachine (ru), les Soviétiques sont rapidement menés lors du match retour sur un but de Bruno Pezzey à la troisième minute avant que Werner Lorant n'inscrive le but de l'élimination sur penalty à la trente-neuvième minute de jeu.

Note : dans les résultats ci-dessous, le score du club est toujours donné en premier.

Saison Compétition Tour Club Domicile Extérieur Total
1981-1982 Coupe des coupes Premier tour Drapeau : Turquie Ankaragücü 3 - 0 2 - 0 5 - 0
Deuxième tour Drapeau : Allemagne Eintracht Francfort 1 - 0 0 - 2 1 - 2
Légende
  • Victoire ou qualification pour le tour suivant
  • Match nul
  • Défaite ou élimination de la compétition

Stade[modifier | modifier le code]

Rivalité[modifier | modifier le code]

Le SKA Rostov entretient une forte rivalité avec l'autre grand club de la ville, le FK Rostov[13]. Cette rivalité est principalement notable de par le faible nombre de confrontations entre les deux équipes, quinze en tout, dont les destins sportifs ont toujours été opposés. Enj effet, durant la période soviétique, le SKA évoluait régulièrement en première division, remportant même une Coupe d'URSS en 1981, tandis que ce qui était alors le Rostselmach végétait quant à lui dans les divisions inférieures. Les deux situations s'inversent complètement après la dissolution de l'Union soviétique et la réorganisation du football en Russie, qui attribue au Rostselmach une place d'office en première division tandis que le SKA est quant à lui envoyé en troisième division. Le premier parvient par la suite à s'imposer comme une équipe récurrente de l'élite russe alors que le second rencontre quant à lui de fortes difficultés sportives et financières, effectuant plusieurs passages en quatrième division et n'atteignant la deuxième division qu'à deux reprises avant de retomber quasi immédiatement.

Les premières confrontations entre les deux ont lieues en 1950 dans la zone Sud du championnat de la RSFS de Russie. Ils ne se rencontrent à nouveau qu'en 1964 dans le cadre de la Coupe d'URSS, qui voit le SKA l'emporter 2-1. Le plus grand nombre de derbys a lieu entre 1986 et 1989, période où les deux équipes évoluent dans la deuxième division soviétique. Huit de leurs quinze confrontations ont ainsi lieues à ce moment-là. Après la fin de l'Union soviétique, les deux ne se rencontrent plus que trois fois, une fois en 2007 en Coupe de Russie, confrontation remportée cette fois par le FK Rostov, et deux fois en 2008 dans le cadre de la deuxième division[14].

Durant la présidence de l'homme d'affaires Ivan Savvidis (en) au FK Rostov entre 2002 et 2005, celui-ci a notamment lancé l'idée d'une fusion entre son club et le SKA Rostov afin de créer une équipe unie pour la ville et la région. La proposition est vue avec hostilité par les supporters des deux clubs et est rapidement abandonnée avec le départ de Savvidis en 2005[13].

Personnalités du club[modifier | modifier le code]

Entraîneurs[modifier | modifier le code]

La liste suivante présente les différents entraîneurs du club depuis 1954[15],[16].

Joueurs emblématiques[modifier | modifier le code]

La liste suivante présente les joueurs ayant obtenus des distinctions individuelles notables durant leur passage au club ainsi que ceux listés parmi les « étoiles du SKA » (russe : Звезды СКА) sur le site officiel du club[17]. La grande majorité d'entre eux ont joué pour SKA durant son « âge d'or » entre les années 1960 et 1980.

Nom Période au club Performances
Drapeau : URSS Alekseï Botcharov 1954
1956-1962
Étoile du SKA.
Drapeau : URSS Viktor Kiktev 1957-1962 Étoile du SKA.
Drapeau : URSS Iouri Mosaliov 1958-1963 Étoile du SKA.
Liste des 33 meilleurs joueurs du championnat soviétique (ru) en 1959 et 1961.
Drapeau : URSS Anatoly Tchertkov 1958-1967 Étoile du SKA.
Liste des 33 meilleurs joueurs du championnat soviétique en 1960.
Drapeau : URSS Viktor Ponedelnik 1959-1965 Étoile du SKA.
Meilleur buteur et vainqueur du championnat d'Europe en 1960.
Liste des 33 meilleurs joueurs du championnat soviétique en 1959 et 1963.
Drapeau : URSS Iouri Chikounov 1959-1967 Étoile du SKA.
Liste des 33 meilleurs joueurs du championnat soviétique en 1960 et 1961.
Drapeau : URSS Oleg Kopaïev 1959-1968 Étoile du SKA.
Meilleur buteur du championnat soviétique en 1963 et 1965.
Liste des 33 meilleurs joueurs du championnat soviétique en 1963, 1965 et 1966.
Drapeau : URSS Guennadi Matveïev 1959-1968 Étoile du SKA.
Liste des 33 meilleurs joueurs du championnat soviétique en 1966.
Drapeau : URSS Valentin Afonine 1961-1967
1971-1973
Étoile du SKA.
Liste des 33 meilleurs joueurs du championnat soviétique en 1968, 1969 et 1970.
Drapeau : URSS Viktor Getmanov 1962-1972 Étoile du SKA.
Liste des 33 meilleurs joueurs du championnat soviétique en 1965 et 1966.
Drapeau : URSS Alekseï Ieskov 1963-1973 Étoile du SKA.
Liste des 33 meilleurs joueurs du championnat soviétique en 1967 et 1969.
Drapeau : URSS Boris Serostanov 1968-1973 Liste des 33 meilleurs joueurs du championnat soviétique en 1971 et 1972.
Drapeau : URSS Vladimir Proskourine 1969-1970 Meilleur buteur du championnat soviétique en 1969.
Drapeau : URSS Lev Koudassov 1969-1973 Liste des 33 meilleurs joueurs du championnat soviétique en 1970.
Drapeau : URSS Valeri Gontcharov 1973-1985 Étoile du SKA.
Drapeau : URSS Pavel Goussev 1976-1982 Étoile du SKA.
Drapeau : URSS Sergueï Andreïev 1978-1985 Étoile du SKA.
Meilleur buteur du championnat soviétique en 1980 et 1984.
Liste des 33 meilleurs joueurs du championnat soviétique en 1979, 1980, 1981 et 1984.
Drapeau : URSS Aleksandr Vorobiov 1978-1989 Étoile du SKA.
Liste des 33 meilleurs joueurs du championnat soviétique en 1984.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Seuls les principaux titres en compétitions officielles sont indiqués ici.

Références[modifier | modifier le code]

  1. (ru) « Ранние годы », sur ска-ростов.рф (consulté le 16 avril 2019)
  2. (ru) « Чемпионат СССР », sur ска-ростов.рф (consulté le 16 avril 2019)
  3. (ru) « 50-е », sur ска-ростов.рф (consulté le 16 avril 2019)
  4. (ru) « ГАЗЕТА », sur sport-express.ru,‎ (consulté le 10 novembre 2018)
  5. (ru) « Ростовские армейцы отказались играть в первом дивизионе », sur sport-express.ru,‎ (consulté le 10 novembre 2018)
  6. (ru) « СКА-Ростов не удается заявиться на новый сезон », sur rostov.ru,‎ (consulté le 18 avril 2019)
  7. (ru) « РОСТОВСКИЕ АРМЕЙЦЫ СЫГРАЮТ ВО ВТОРОМ ДИВИЗИОНЕ ПОД ИСТОРИЧЕСКИМ БРЕНДОМ СКВО », sur donfootball.ru,‎ (consulté le 18 avril 2019)
  8. (ru) « «РФС пошел на крайние меры»: после отказа «Ростову» в Лиге Европы, жесткие санкции применены против ФК СКВО », sur championat-rostov.ru,‎ (consulté le 4 juin 2014)
  9. (ru) « СКВО выиграл чемпионат южной зоны Третьего дивизиона досрочно », sur rostov.ru,‎ (consulté le 18 avril 2019)
  10. (ru) « Ростовскому футбольному клубу СКВО вернули историческое название — «СКА Ростов-на-Дону» », sur regnum.ru,‎ (consulté le 18 avril 2019)
  11. (ru) « Statistiques de la période soviétique », sur wildstat.ru (consulté le 15 avril 2019)
  12. (ru) « Statistiques de la période russe », sur wildstat.ru (consulté le 15 avril 2019)
  13. a et b « À Rostov, le football est roi », sur footballski.fr, (consulté le 30 septembre 2018)
  14. « FK Rostov à la découverte de la Ligue des champions dans le flou ? », sur footballski.fr, (consulté le 30 septembre 2018)
  15. (ru) « ТРЕНЕРЫ », sur footballfacts.ru (consulté le 17 avril 2019)
  16. (ru) « ТРЕНЕРЫ », sur footballfacts.ru (consulté le 17 avril 2019)
  17. (ru) « Звезды СКА », sur ска-ростов.рф (consulté le 30 septembre 2018)

Liens externes[modifier | modifier le code]