Rue Olivier-de-Clisson

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Eustache Roussin)

Rue Olivier-de-Clisson
Image illustrative de l’article Rue Olivier-de-Clisson
Nord de la rue Olivier-de-Clisson
Situation
Coordonnées 47° 57′ 15″ nord, 2° 32′ 51″ ouest
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Ville Josselin
Quartier(s) Centre historique
Début Place Notre-Dame
Fin Place de la Libération
Morphologie
Type Rue
Longueur 105 m
Largeur 10 m
Géolocalisation sur la carte : France
(Voir situation sur carte : France)
Rue Olivier-de-Clisson
Géolocalisation sur la carte : Bretagne
(Voir situation sur carte : Bretagne)
Rue Olivier-de-Clisson
Géolocalisation sur la carte : Morbihan
(Voir situation sur carte : Morbihan)
Rue Olivier-de-Clisson

La rue Olivier-de-Clisson est une voie de Josselin, dans le Morbihan (France).

Situation et accès[modifier | modifier le code]

La rue Olivier-de-Clisson est la rue principale et pittoresque du centre historique de Josselin. Orientée Nord-Sud, elle donne, au sud, sur la place Notre-Dame et le parvis de la basilique Notre-Dame-du-Roncier et, au nord, sur la place de la Libération.

Historique[modifier | modifier le code]

Cette rue est détruite en 1168 par Henri II Plantagenêt, comme la basilique et l'ensemble de la ville.

Au XVe siècle, Josselin est une ville industrieuse et active où se multiplient, dans l'ensemble des rues, les éventaires et marchands de toute sorte. On y trouve ainsi, entre autres, des tisserands, des peigneurs de laine[1], des serruriers, des armuriers, des cordonniers, des parcheminiers[2], des blanconniers[3], des drapiers, des tailleurs, des selliers, des cordiers, des cloutiers, des tanneurs, etc.

Origine du nom[modifier | modifier le code]

Cette rue porte le nom d'Olivier V de Clisson, grand seigneur féodal breton et connétable de France, mort au château de Josselin.

Bâtiments remarquables et lieux de mémoire[modifier | modifier le code]

  • au carrefour de la ruelle des Ombres et de la rue Saint-Michel : Emplacement de l'ancienne porte Saint-Martin. Cette porte nord de la ville, qui était également appelée porte de Haut, donnait accès au faubourg Saint-Martin par un pont dormant enjambant les douves. Elle était flanquée de deux tourelles, appelées casemates, étaient couvertes d'ardoises et sa voûte abritait en temps de paix de petites boutiques. Tout comme la muraille de la ville, qui était en ruine, cette porte disparut dans le courant du XVIIIe siècle.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Notes, sources et références[modifier | modifier le code]