Eusko

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Eusko
Unité monétaire moderne actuelle
Publicité à propos de l'eusko
Publicité à propos de l'eusko
Pays officiellement
utilisateurs
Aucun, monnaie locale :
Pays basque français
Banque centrale aucune
Code ISO 4217 non
Sous-unité aucune
Parité fixe sur EUR
Taux de conversion = 1 eusko
Chronologie de la monnaie

L'eusko est une monnaie complémentaire émise par l'association sans but lucratif Euskal moneta. Elle est utilisée au Pays basque français. Elle a été créée le [1].

Fonctionnement[modifier | modifier le code]

Autocollant signalant les commerces acceptant les paiements en eusko.

La plus petite valeur de l'eusko est le billet d'un eusko, il ne peut donc pas être séparé en dessous de ce montant. L'eusko a un taux de change à parité avec l'euro (1 eusko = 1 euro), de façon que le prix d'un article peut être intégralement payé en eusko, mais si le prix n'est pas rond, la différence sera payée en euros[2]. Par exemple, un article coûtant 3,50  peut être payé avec 3 eusko et 50 centimes d'euros.

Sa devise est Euskoa denen esku, qui signifie en basque « L'eusko dans les mains de tout le monde ».

Billets, comptes en ligne et euskokart[modifier | modifier le code]

L'eusko a été lancé sous forme de billets permettant à l'utilisateur d'échanger avec des valeurs allant du billet d'un eusko au billet de vingt eusko.

L'apparence des billets varie en fonction de la valeur :

  • le billet d'un eusko est bleu, et a une image de txalaparta dessus ;
  • le billet de deux eusko est rouge, et a une scène de danse souletine dessus ;
  • le billet de cinq eusko est gris, et a une scène campagnarde dessus ;
  • le billet de dix eusko est jaune, et a une image d'un tableau noir avec les pronoms basques Nor-Nori-Nork ;
  • le billet de vingt eusko est violet, et a une image de port industriel de Bayonne avec quelques grues.

Plusieurs systèmes de sécurité protègent les billets contre la contre-façon, à l'instar des systèmes existant pour l'euro.

Euskal Moneta a lancé le 19 mars 2017 un système de comptes en ligne, gérés par l'association. Les utilisateurs peuvent créditer leur compte en versant des euros à Euskal Moneta, qui les transforme en eusko crédités sur leur compte. Les utilisateurs peuvent ensuite réaliser des virements de compte eusko à compte eusko, ou payer par carte dans les commerces du réseau équipés d'un terminal de paiement fourni par Euskal Moneta. La carte de paiement de l'Eusko s'appelle l'euskokart.

En juin 2017, 580 000 eusko étaient en circulation, utilisés par 3 000 personnes et 650 entreprises et associations acceptaient la monnaie[3]. Les villes de Hendaye, Ustaritz, Mendionde et Bayonne ont adhéré à l'Eusko. En mars 2019, la somme en circulation serait de 1.200.000 eusko, et cette monnaie locale serait ainsi devenue la première d'Europe en importance. Devant ce succès, certains considèrent que de telles monnaies vont se développer dans toute l'Europe.[4]

Objectifs[modifier | modifier le code]

L'objectif de l'eusko est d'encourager la population d'acheter auprès de vendeurs et producteurs locaux, et de renforcer les échanges entre acteurs économique du territoire : habitants, commerces, entreprises, paysans, professions libérales, services publics locaux, etc. [5]. Cela renforce potentiellement l'économie locale et réduit l'impact écologique engendré par les longues chaines d'approvisionnement[5]. En outre, l'objectif est de promouvoir la langue basque et la solidarité[5].

Histoire[modifier | modifier le code]

Banderoles faisant la promotion de l'eusko durant les fêtes de Bayonne en 2014.

Prédécesseurs[modifier | modifier le code]

L'idée de l'eusko débute quand une dizaine de bénévoles se réunissent en juin 2011 puis créent l'AMBES (Association pour la création d’une Monnaie locale basque, écologique et solidaire)[réf. nécessaire][6] pour créer une monnaie locale complémentaire en prenant exemple sur d'autres monnaies en circulation en France, l'objectif étant de créer un nouvel outil au service du territoire, de ses habitants et de sa langue.

Le choix du nom est venu lorsque l'AMBES[réf. nécessaire] a demandé aux citoyens de choisir un nom pour leur monnaie locale. 380 noms différents ont été proposés, à l'origine, un jury en a conservé 7, et 2 000 participants au vote ont choisi Eusko[6],[7].

Débuts[modifier | modifier le code]

L'eusko a commencé à exister le , avec l'impression de 343 538 eusko sous forme de billets. Dès le début, l'Eusko a été accepté dans tous les établissements qui ont été associés à la démarche. Selon les créateurs de l'eusko, 820 entreprises et associations acceptent l'eusko comme moyen de paiement, l'Eusko s'est ainsi étendu à plus de 3 000 utilisateurs.[réf. nécessaire]

Procès[modifier | modifier le code]

La mairie de Bayonne vote à l'unanimité le d'accepter les payements en eusko, en envisageant également de dépenser cette monnaie locale. La sous-préfecture de Bayonne s'y oppose, et attaque en justice la délibération du conseil municipal. En référé, un non-lieu est déclaré par le tribunal administratif de Pau, en janvier 2018[8]. La préfecture des Pyrénées-Atlantiques décide alors de lancer un référé contre l'autorisation de paiement. Le tribunal administratif de Pau tranche en faveur de la commune de Bayonne de mars 2018[9]. En mai 2018, le tribunal administratif d'appel de Bordeaux décide d'interdire l'utilisation de l'eusko en attendant une décision sur le fond[10]. Un accord est trouvé en juin 2018, qui signe la fin des procédures judiciaires : Bayonne ne paiera pas en eusko, mais versera des euros à l'association Euskal Moneta, qui sera ensuite chargée de transmettre le montant équivalent en monnaie locale au bénéficiaire[11]. Les euros de ce fonds de garantie sont répartis entre trois banques partenaires : la Nef, le Crédit coopératif et la Caisse solidaire, banques qui s'engagent dans un cadre éthique.[12]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Grégory Raymond, « Eusko: le Pays basque lance sa propre monnaie », sur https://www.huffingtonpost.fr, (consulté le 7 mai 2016).
  2. Dominique Albertini, « À Bayonne, un eusko égale un euro », sur http://www.liberation.fr, (consulté le 7 mai 2016).
  3. « La monnaie locale basque eusko se dématérialise », Les Échos,‎ (lire en ligne, consulté le 17 juin 2017)
  4. « L’eusko basque, première monnaie locale européenne », sur reporterre.net, (consulté le 11 avril 2019)
  5. a b et c Laurence Fleury, « L'eusko, la monnaie basque première monnaie locale de France », sur http://www.larepubliquedespyrenees.fr, (consulté le 7 mai 2016).
  6. a et b Site d'Euskal Moneta, « Le projet », Eusko,‎ (lire en ligne, consulté le 17 juin 2017)
  7. EiTB, « La monnaie basque s'appellera », sur www.eitb.eus (consulté le 17 juin 2017)
  8. « Procès des paiements en eusko: le tribunal administratif prononce un non-lieu », sur Le Figaro, (consulté le 24 janvier 2019)
  9. « La justice autorise Bayonne à utiliser l’eusko, la monnaie basque », sur Ouest-France, (consulté le 24 janvier 2019)
  10. CB et AFP, « Eusko : la justice refuse à Bayonne d'utiliser la monnaie locale », sur France 3 Nouvelle-Aquitaine, (consulté le 24 janvier 2019)
  11. « Monnaie locale : la ville de Bayonne peut effectuer des paiements en eusko », sur Europe1, (consulté le 24 janvier 2019)
  12. « L’eusko basque, première monnaie locale européenne », sur reporterre.fr, (consulté le 11 avril 2019)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]