Euphémie de Chalcédoine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Euphémie de Chalcédoine
Image illustrative de l’article Euphémie de Chalcédoine
Sainte Euphémie, Andrea Mantegna, 1454, musée de Capodimonte.
Sainte
Vénérée à Cathédrale Sainte-Euphémie de Rovinj
Cathédrale Saint Georges d'Istanbul
Vénérée par Église catholique, église copte et église orthodoxe
Fête 16 septembre
Attributs palme du martyre, lion.

Sainte Euphémie est née à Chalcédoine vers 284, de parents fortunés et chrétiens. Elle est morte martyre en 305. Elle est qualifiée de « mégalomartyre ». Fête le 16 septembre. On commémore le 11 juillet un miracle qui fut accompli sur son tombeau durant le concile œcuménique de Chalcédoine en 451.

Hagiographie[modifier | modifier le code]

Euphémie était fille de sénateur au temps de Dioclétien. Elle pleurait les tortures subies par les chrétiens, d'autant plus cruelles que le juge Priscus obligeait les autres à y assister afin de les obliger à revenir au culte des idoles.

Elle se précipita donc chez le juge pour lui dire qu'elle aussi était chrétienne et qu'il lui faisait un affront. « Puisque je suis de noble race, pourquoi donnes-tu la préférence à des inconnus, et les fais-tu aller les premiers rejoindre Jésus Christ ? » Priscus la fit alors jeter en prison, et lui fit subir de nombreuses tortures auxquelles elle résista jusqu'à ce qu'elle fût décapitée[1].


Miracle durant le Concile de Calcédoine[modifier | modifier le code]

Le concile de Chalcédoine était le quatrième concile œcuménique de l’Église chrétienne. Il s’est déroulé dans la ville de Chalcédoine en 451. La doctrine monophysite d’Eutycs a été répudiée et le credo calcédonien établi, qui décrit «la pleine humanité», et la pleine divinité » de Jésus-Christ, la deuxième personne de la Sainte Trinité. Le conseil s'est tenu dans la cathédrale consacrée à son nom. 630 représentants de toutes les églises chrétiennes locales étaient présents au conseil. Le monophysisme et les orthodoxes étant bien représentés au conseil, les réunions ont été très controversées et aucun consensus n'a pu être atteint. Le patriarche de Constantinople, Anatolian a suggéré au conseil que la décision soit laissée à l'Esprit Saint, par Sainte-Euphémie. Les deux parties ont alors écrit une confession de leur foi et l'ont placée dans la tombe de Sainte-Euphémie, qui a été scellée en présence de l'empereur Marciano (450-457), y apposant le sceau impérial et la mise en place d'un garde pour la surveiller pendant trois jours. Pendant ces jours, les deux camps ont jeûné et prié. Au bout de trois jours, la tombe s'ouvrit et le rouleau avec la confession orthodoxe se trouvait dans la main droite de Sainte-Euphémie, tandis que le rouleau des monophysistes était à ses pieds. Ce miracle a été observé dans une lettre adressée par le Conseil au pape Léon Ier:


"Car c’est Dieu qui a travaillé et Sainte-Euphémie triomphante qui a couronné la réunion comme une mariée et qui, prenant notre définition de la Foi comme sa propre confession, l’a présentée à son Époux par notre très religieux empereur et impératrice épris du Christ, apaisant tout le tumulte des opposants et établissant notre confession de la Vérité comme étant acceptable pour Lui, et avec la main et la langue mettant son sceau au sceau de notre vote à tous lors de sa proclamation. Ce sont les choses que nous avons faites, avec vous présents dans l'esprit et connus pour nous approuver en tant que frères, et que nous ne voyons presque pas à travers la sagesse de vos représentants.[2]"

Culte[modifier | modifier le code]

Translation du corps[modifier | modifier le code]

Son culte se répandit considérablement et une église fut construite sur sa tombe où se tint le concile de Chalcédoine en l'an 451. Saint-Astier a composé un sermon en l'honneur de la Sainte, lu en 787 lors du deuxième concile de Nicée dans une église qui lui est dédiée. Lorsque la Chalcédoine fut conquise par les Perses en 620, son corps fut transféré à Constantinople où l'empereur Constantin III construisit une nouvelle église pour la vénérer.

Au XIXe siècle, selon la tradition, le sarcophage contenant les reliques de la Sainte disparut mystérieusement de Constantinople et réapparut presque miraculeusement sur une plage de Rovinj en Istrie. Les restes ont probablement été sauvés par des bateliers fidèles. Selon la légende, les habitants de Rovinj ont tenté de diverses manières, avec les animaux les plus puissants, d'amener le sarcophage dans la ville, en vain. Finalement, un garçon a réussi avec l'aide de deux juments seulement, démontrant ainsi que le christianisme n'est pas basé sur la force ou la vigueur, mais sur la douceur et la simplicité.

Le culte de la Sainte à Rovinj, qui devient le Saint patron, est très fort et les reliques sont vénérées à l’église qui lui est dédiée.

Saint Apollinaire, évêque de Ravenne, a probablement ramassé des reliques de la Sainte et les a accompagnées dans son travail d'évangélisation en Romagne. Les restes de Sainte-Euphémie et de Sainte-Agathe ont été retrouvés en 1686 sous la dalle de l'autel de l'église dédiée au Saint, comme en témoigne une inscription sur du papier de mouton en romain archaïque trouvée avec les restes.

Une partie des reliques est située à Istanbul, dans la cathédrale Saint-Georges.


Culture populaire[modifier | modifier le code]

  • Le christianisme oriental et occidental célèbre la Sainte Euphémie le . L’église orthodoxe célèbre son festival avec une solennité particulière et commémore également son miracle lors du concile de Chalcédoine le .
  • Il y a plusieurs églises en leur honneur à travers le monde chrétien.
  • Il y a une petite planète avec son nom. 
  • Dans la série animée Code Geass, il y a un personnage important portant son nom.

Toponymes[modifier | modifier le code]

Représentation du martyre de sainte Euphémie à la cathédrale Sainte-Euphémie de Rovinj.

De nombreux lieux sont sous le vocable de sainte Euphémie :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Le récit imagé des tortures de sainte Euphémie figure dans La Légende Dorée.
  2. Kevin Knight ed.,Letter from the Synod of Chalcedon to Leo,letter 98

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]