Eugène Durif

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Durif (homonymie).
Eugène Durif
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Nationalité
Activité

Eugène Durif est un dramaturge et écrivain français né à Saint-Priest (Rhône).

Biographie[modifier | modifier le code]

Originaire de la région lyonnaise, né dans un milieu modeste, Eugène Durif fait des études de philosophie (maîtrise et DEA autour de "l'écriture poétique et l'écriture psychotique" sous la direction de Henry Maldiney), tout en travaillant dans des domaines très variés (cela entrecoupé de diverses errances et vagabondages) puis a été quelque temps journaliste et secrétaire de rédaction au "Progrès", au "Matin de Paris", à Politis, avant de choisir de se consacrer totalement à l'écriture et au théâtre.

Il a publié de nombreux articles ("dictionnaire des philosophes", PUF) et textes (sur la littérature, le théâtre, la peinture) dans des journaux et revues (Actuels, Action Poétique, Les Lettres Françaises, Les cahiers de Prospéro, Frictions...) Il a adapté "Ulysse" de Joyce pour Bruno Carlucci en 1975 ("Traversées d'Ulysse"), "Les Bostoniennes" de Henry James en 1976 pour André Merle, réalisé des travaux dramaturgiques pour plusieurs mises en scène, collaboré avec Dominique Guihard à l'écriture d'un spectacle de Francesca Solleville, écrit pour la radio et le cinéma, et participé à plusieurs aventures collectives de jean-Louis Hourdin, avec notamment, en 1989, "Hurle France", créé au Festival de Hérisson. Il a travaillé également plusieurs fois avec le groupe de théâtre de rue "Metalovoice" ("Espèce H" en 1998, "La Presse" en 2000, "Vers l'Est" en 2012 au Festival d'Aurillac). Il a participé à la traduction-adaptation de "Orgia" de Pasolini (avec Caroline Michel et Jean-Lambert wild) mis en scène par ce dernier en 2001 à Belfort et au Théâtre de la Colline à Paris. Il est romancier, auteur de théâtre, comédien, dramaturge (notamment avec Patrick Pineau pour "Les Barbares" de Gorki et "Peer Gynt" d'Ibsen au Théâtre de l'Odéon et au Festival d'Avignon en 2004)

Il a notamment écrit pour le théâtre : « Conversation sur la Montagne », créée par Patrick Pineau, en octobre 1992, au Centre Dramatique de Nancy, et à Théâtre Ouvert en décembre 1992 ;"Le Petit Bois", créé en mai 91 au T.N.P. , à Villeurbanne, dans une mise en scène de Eric Elmosnino, présentée également au Festival d'Avignon 91 et au Théâtre des Amandiers à Nanterre et repris depuis dans plusieurs mises en scène.

On peut également citer : "Tonkin-Alger", créée à Paris, en 1990, au Théâtre Ouvert, par Charles Tordjman (repris par Eric Louviot à Lisieux et Caen et par Jean-jacques Mateu à Toulouse et en tournée), "L'arbre de Jonas" (tapuscrit Théâtre Ouvert), "B.M.C" créé au Théâtre Gérard-Philipe de Saint Denis dans une mise en scène de Anne Torrès en 91, "Les Petites Heures" qui a été créé en septembre 97 par Alain Françon, (au Théâtre National de la Colline, éd. Actes Sud Papiers), "Croisements, divagations" (mise en scène de Joël Jouanneau), "Via Négativa (Comédie) mise en scène par Nordine Lahlou à la Cité Internationale, "Rêve d'Electre " et "Pauvre folle Phèdre" mis en scène par Guy Alloucherie et Eric Lacascade, « Maison du Peuple », créé par Dominique Lardenois, "Nefs et naufrages (sotie)" écrit pour la classe de Dominique Valadié au Conservatoire et "Meurtres hors champ" (mise en scène de Jean-Michel Rabeux, en 99 à Théâtre Ouvert et en juillet 2000 à la Chartreuse de Villeneuve-lès-Avignon, Tapuscrit de Théâtre Ouvert puis “ Actes Sud Papiers ”), "Hier, c'est mon anniversaire", "L'enfant sans nom" et "Variations Antigone" (créés par le Théâtre de Cristal et la Cie Création Ephémère, rassemblant des comédiens "différents"), « La logique du pire » (Jean-Paul Wenzel, Festival de Martigues), « A tue tête » (mise en scène de Anne Courel). Avec Jean-Louis Hourdin, il a un long parcours commencé par "Hurle France" en 1989, et qui s'est poursuivi avec notamment "« Même pas mort » (MC 93, mise en scène de Jean-louis Hourdin), "Expédition Rabelais", "Le désir de l'humain" (avec la musicienne Karine Quintana) et en 2015 "Le cercle des utopistes anonymes" créé à Saint-Junien dans le Limousin et présentée a Paris au Grand Parquet (avec le musicien Pierre-Jules Billon et la comédienne Stéphanie Marc)

Deux de ses pièces : "Loin derrière les collines" et "Dette d'amour" ont été créées à Venise et à Turin en 2010 (en langue italienne), et une autre "Le fredon des taiseux" a été publiée en 2011 (ACTES Sud papiers). Il a travaillé avec Catherine Beau, avec laquelle il a fondé la Compagnie "L'Envers du décor"("De nuit alors il n'y en aura plus", "Il faut que l'une ait raison pour que l'autre ait tort", "Cabaret Mobile et portatif", puis "Cabaret des bonimenteurs vrais" (dont une version en collaboration avec Guy Alloucherie), "Quel est ce sexe qu'ont les anges?", " Maison du Peuple ”, "les grenouilles qui vont sur l'eau ont-elles des ailes", créée au Théâtre du Rond-Point en 2003, pièce dans laquelle il jouait). Il a écrit une opérette : "Filons vers les îles Marquises", créée en 1999, dans une mise en scène de Catherine Beau et Eugène durif, au Théâtre de l'Union à Limoges, au Théâtre des Fédérés, et reprise en janvier 2000 à La Villette au Cabaret Sauvage et en tournée (Éditions Actes Sud Papiers). La Compagnie “ L’envers du décor ” a également créé: “ Les clampins songeurs ” et “ Divertissement bourgeois ” en novembre 2001, au Théâtre des Fédérés (Montluçon), au Théâtre de l’Union (Limoges), au CDN de Dijon, à la Ferme du Buisson (Marne-la-Vallée) et au TEP à Paris.

Plus récemment, avec la metteuse en scène et comédienne Karelle Prugnaud : "les grenouilles qui vont sur l'eau ont-elles des ailes? (Théâtre du Rond Point), "cette fois sans moi" (Rond Point 2005), "Bloody Girl"(Le Quartz, Brest), "Médée à même la peau" (Théâtre de Bellac), "La nuit des feux" (Théâtre de Guéret, Théâtre National de la Colline), "Nos ancêtres les Grenouilles" (Théâtre des Halles/Avignon), "Kawaï/Hantaï" (Les Subsistances, Lyon, 2010), "Héroïne" , version pour la rue au Festival d'Aurillac, puis création en novembre 2012 à La Rose des Vents, à Villeneuve d'Ascq dans le cadre du Festival "Next"... En préparation, également, un spectacle jeune public très librement inspiré de Pinocchio (« Le chemin des écoliers ») et une nouvelle mise en scène du « Petit Bois » (sous forme d’un spectacle de cirque).

Plusieurs de ses pièces ont été réalisées par France Culture (principalement dans le “ Nouveau Répertoire Dramatique ” de Lucien Attoun). Plusieurs de ses œuvres ont été traduites et éditées, notamment en Allemagne et en Italie.

Il écrit également des pièces pour le jeune public, dont trois « La petite Histoire », « Mais où est donc Mac Guffin ? » et « Têtes farçues » ont été publiées à L'École des loisirs.

Il est intervenu sur l’écriture de textes dans plusieurs spectacles musicaux de Jean-Paul Delore (dont « Affaires Etrangères » créé à Paris Villette en collaboration avec Dieudonné Nangounia). Comme auteur de livret, il a travaillé avec Arnaud Petit (« Les déchainés », mini-opéra pour enfants), Stéphane Guignard (« Espèces de grenouilles », créé à la Cité de la musique en 2002), Jonathan Pontier (musique) et Christian Gangneron (mise en scène) pour Têtes Pansues (Direction musicale Pierre Roullier et Ensemble 2e2m), Benjamin Hertz (musique) et conception-mis en scène de Stéphanie Marco et Julien Parent pour « Mets l'Ancolie sur tes Yeux » . Création les 10 et 11 février 2014 au Centre Culturel Olivier Messiaen de Champigny (direction musicale Pierre Roullier et l’ensemble 2e2m) t présenté également à la Barbacane. Il vient d’écrire également un livret d ‘opéra pour les élèves du CRR Ile de France, « Orphée en coulisses » qui sera mis en scène par Jean-Claude Cotillard et présenté en juin 2014. Il a également travaillé avec le Balatum Théâtre et avec le groupe “ Métalovoice ”, "Les Grooms", le Teatro de Silencio...Il est intervenu plusieurs fois dans des écoles (Conservatoire National, école du TNS, ERAC, Centre National des Arts du Cirques, ESAD…). Il a écrit “ Pochade Millénariste ” pour les élèves du TNS, la pièce a été publiée en mars 200O aux Éditions “ Actes Sud Papiers ”) et “ les masochistes aussi peuvent souffrir ” écrite en 200O pour les élèves du conservatoire de bordeaux (mise en scène de christophe rouxel en juillet 2003).

Eugène Durif, qui avait déjà publié des poèmes (« L’Étreinte, le temps », aux Éditions Comp’Act) et un récit (« Une Manière noire », chez Verdier Éditions), a écrit un premier roman “ Sale temps pour les vivants ”, paru en 2001, chez Flammarion. En février 2004 est paru chez Actes Sud “ De plus en plus de gens deviennent gauchers ”, un recueil de nouvelles, et en septembre 2008 un roman, "Laisse les hommes pleurer", a été publié par le même éditeur. Un autre roman "L'âme à l'envers" est paru en 2015 chez Actes Sud

Comme comédien, il a notamment joué avec Robert Cantarella (« Grand et Petit » de Botho Strauss), Jean-Louis Hourdin, Catherine Beau, Patrick Pineau (pour lequel il a été également dramaturge), et dans plusieurs de ses pièces mises en scène par Karelle Prugnaud : « Cette fois sans moi » (CDN de Limoges, Théâtre du Rond-Point), « Bloody girl » (Le Quartz, novembre 2005), "La nuit des feux" au Théâtre de la Colline (mai 2008), puis tournée à l'automne 2008, « Kawaï/Hantaï » (Les Subsistances, Lyon, 2010).

Il a joué dans « Le cauchemar » de Jean-Michel Rabeux au Théâtre de la Bastille (septembre, octobre 2009), et depuis septembre 2010 dans « C'est la faute à Rabelais », mis en scène par Jean-Louis Hourdin (création à Bourg-en-Bresse, dans le Limousin, et au Théâtre des Halles, à Avignon), avec lequel il a réalisé un spectacle musical, « Le désir de L'humain », en collaboration avec Karine Quintana.

Au cinéma, il a tourné avec Damien Odoul, Patrick Grandperret, Michèle Rosier.

Engagement politique[modifier | modifier le code]

En 2017, il cosigne une tribune dans médiapart intitulée « Faire gagner la gauche passe par le vote Mélenchon »[1].

Son œuvre[modifier | modifier le code]

Théâtre[modifier | modifier le code]

-Conversation sur la Montagne, tirage limité "La maison du livre de Pérouges, 1986 (avec des lithographies de madeleine lambert), puis éditions Michel Chomarat (1990)

-Tonkin-Alger, tapuscrit de Théâtre Ouvert (épuisé), puis éditions Comp'Act (épuisé), puis "Actes Sud papiers" (1995, avec "Maison du Peuple")

-L'arbre de Jonas, tapuscrit de théâtre Ouvert, 1990, repris chez Comp'Act épuisé), puis en tapuscrit de Théâtre Ouvert (avec la traduction allemande de Klaus Gronau)

-B.M.C. (Bordel Militaire de Campagne), éditions Comp'Act, 1991 (épuisé, va être repris dans "Au bord du Théâtre" (La Rumeur Libre)

-Paroles échappées du chœur, Paroles d'Aube, 1995(épuisé, va être repris dans "Au bord du Théâtre" (La Rumeur Libre)

-Croisements, divagations, suivi de "Chorégraphie à blanc" (Actes Sud papiers, 1994)

-Via Négativa (Comédie), Actes Sud papiers (1996)

-Les Petites heures, suivi de "Eaux dormantes", Actes Sud papiers, septembre 1996

-Nefs et naufrages (sotie), tapuscrit de Théâtre Ouvert

-Meurtres hors champ, tapuscrit de Théâtre Ouvert (septembre 97) puis Actes Sud Papiers (octobre 99)

-Le coup de pied de l’ange, “ La Polygraphe ”, numéro deux, Comp’Act, juillet 1998, va être repris dans "Au bord du Théâtre" (La Rumeur Libre)

-De si peu se souvenir, dans “ Lyon, ville écrite ”, Stock, 1997, va être repris dans "Au bord du Théâtre" (La Rumeur Libre)

-Comme un qui parle tout seul, Parole d’Aube, épuisé, va être repris dans "Au bord du Théâtre" (La Rumeur Libre)

-Filons vers les ïles Marquises, (opérette), Actes Sud Papiers, mars 99, traduit en allemand par Almut Lindner.

-Pochade Millénariste, Actes Sud Papiers, mars 2000

-Têtes farçues, L’école des Loisirs, septembre 2000

-Maison d’hôtes, radio-drame, Théâtre Ouvert, 2001

-Divertissement bourgeois (oct. 2001)Actes Sud Papiers.

-Sale temps pour les vivants (septembre 2001), roman, Flammarion

-Ni une, ni deux, (octobre 2002), Actes Sud Papiers.

-Hier, c'est mon anniversaire (2004), Actes Sud Papiers

-L'enfant sans nom (2006), Actes Sud Papiers

-La nuit des feux(2008), Actes Sud papiers

-Loin derrière les collines, suivi de L'arbre de Jonas (2010), Actes Sud papiers

-Le petit bois, suivi de "Le fredon des taiseux"(2011), Actes Sud Papiers

Théâtre Jeunesse[modifier | modifier le code]

  • Mais où est donc Mac Guffin ?, École des Loisirs, Coll. « Théâtre », 2004.
  • Têtes farçues, École des Loisirs, Coll. « Théâtre », 2000.
  • La Petite Histoire, École des Loisirs, Coll. « Théâtre », 1998.

Adaptations théâtrales[modifier | modifier le code]

  • Les Grenouilles qui vont sur l’eau ont–elles des ailes ?, d'après Jean-Pierre Brisset, 2002.

-"Nos ancêtrs, les grenouilles...

Romans[modifier | modifier le code]

  • Laisse les hommes pleurer, 2008, Actes Sud.
  • Sale temps pour les vivants, 2001, Flammarion.
  • L’Âme à l’envers, 2015, Actes Sud.

Nouvelles[modifier | modifier le code]

Récits et Poèmes[modifier | modifier le code]

  • Une Manière Noire, 1986, Editions Verdier.
  • Set in Copper, tirage limité URDLA, illustré par des gravures de Hickin.
  • Enclos, Michel Chomarat Editeur, tirage limité, illustré par des gravures de Christine Crozat.
  • Salomé, les yeux tus, Comp'Act, 1988, illustré par des gravures de Hickin.
  • L’Étreinte, le temps, Comp’Act, Coll. « Morari », 1988, recueil de poèmes.
  • Au bord du théâtre, Tome 1, La Rumeur Libre, 2014
Divers

Un poème d'Eugène Durif figure dans le recueil :

  • Poésie en France, 1983-1988. Une anthologie critique, Henri Deluy, 1989, Flammarion.

Essais[modifier | modifier le code]

Participation
  • A chacun sa place, Collectif, 2008, Éditions La Contre Allée, Coll. Un singulier pluriel.

Metteur en scène et acteur de théâtre[modifier | modifier le code]

Metteur en scène[modifier | modifier le code]

Quelques pièces mises en scène par Eugène Durif :

De ses propres pièces[modifier | modifier le code]

  • 2007 : Nos ancêtres les grenouilles, mise en scène de Eugène Durif et Karelle Prugnaud, Festival d'Avignon.
  • 2003 : Le Plancher des vaches, mise en scène avec Catherine Beau, Tulle.
  • 2001 : Divertissement bourgeois, mise en scène avec Catherine Beau, Montluçon.
  • 2000 : Filons vers les Îles Marquises, mise en scène avec Catherine Beau, Limoges.

De son adaptation[modifier | modifier le code]

  • 2002 : Les Grenouilles qui vont sur l’eau ont–elles des ailes ?, adaptation d'Eugène Durif, d'après le titre éponyme de Jean-Pierre Brisset, mise en scène avec Catherine Beau, Paris.

Acteur de théâtre[modifier | modifier le code]

Quelques rôles joués par Eugène Durif :

Dans ses propres pièces[modifier | modifier le code]

  • 2010 : C'est la faute à Rabelais, mise en scène Jean-Louis Hourdin, Théâtre de Bourg-en-Bresse.
  • 2008 : La Nuit des feux, mise en scène Karelle Prugnaud, Guéret.
  • 2007 : Nos ancêtres les grenouilles, mise en scène de Eugène Durif et Karelle Prugnaud, Festival d'Avignon.
  • 2005 : Cette fois, sans moi, mise en scène Karelle Prugnaud, Limoges.

Autres pièces[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. «Faire gagner la gauche passe par le vote Mélenchon», tribune, mediapart.fr, 21 avril 2017