Eugène Durif

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Eugène Durif
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Nationalité
Activité

Eugène Durif, né à Saint-Priest (Rhône) en 1950, est un dramaturge et écrivain français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Originaire de la région lyonnaise, né dans un milieu modeste, Eugène Durif a fait des études de philosophie (maîtrise et DEA autour « de l’écriture poétique et l’écriture psychotique » sous la direction de Henri Maldiney) puis a été journaliste et secrétaire de rédaction au Progrès, au Matin de Paris, à Politis, avant de choisir de se consacrer totalement à l’écriture et au théâtre.

Il a publié de nombreux articles (Dictionnaires des philosophes, P.U.F.) et textes (sur la littérature, le théâtre, la peinture dans des journaux et revues ( Actuels, Action poétique, Le journal à Royaumont, Les Lettres françaises, Les cahiers de Prospéro, Frictions...).

Il a aussi adapté Ulysse de James Joyce pour Bruno Carlucci en 1975 (Traversées d'Ulysse), Les Bostoniennes de Henry James en 1976 pour André Merle, réalisé des travaux dramaturgiques pour plusieurs metteurs en scène, collaboré avec Dominique Guihard à l'écriture d'un spectacle de Francesca Solleville, écrit pour la radio, le cinéma et participé à plusieurs aventures collectives de Jean-Louis Hourdin, avec notamment en 1989 Hurle France, créé au Festival de Hérisson. Il a travaillé également depuis 1998 avec le groupe de théâtre et musique de rue Métalovoice et a participé à l’écriture de plusieurs spectacles de cirque (notamment avec le Cirque Électrique). Il a pris part à la traduction-adaptation de Orgia de Pier-Paolo Pasolini, mis en scène par Jean Lambert-wild (création mars 2001, Granit à Belfort, reprise en novembre 2001 à La Colline à Paris).

Il a notamment écrit pour le théâtre Conversation sur la Montagne, créée par Patrick Pineau, en octobre 1992, au Centre Dramatique de Nancy et à Théâtre Ouvert en décembre 1992, Le Petit Bois, créé en mai 91 au T.N.P., à Villeurbanne, dans une mise en scène de Eric Elmosnino, présentée également au Festival d'Avignon 91 et au Théâtre des Amandiers à Nanterre et repris depuis dans plusieurs mises en scène (plusieurs des textes cités sont publiés par Actes Sud Papiers).

On peut également citer Tonkin-Alger, créée à Paris, en 1990, au Théâtre Ouvert, par Charles Tordjman (repris par Eric Louviot à Lisieux et Caen et par Jean-jacques Mateu à Toulouse et en tournée), L'arbre de Jonas, B.M.C créé au Théâtre Gérard-Philipe de Saint-Denis dans une mise en scène de Anne Torrès en 1991, Les Petites Heures qui a été créé en septembre 1997 par Alain Françon au Théâtre National de la Colline, Croisements, divagations (mise en scène de Joël Jouanneau), Via Négativa, comédie mise en scène par Nordine Lahlou à la Cité Internationale, puis reprise sous le titre Les placebos de l’histoire par Lucie Berelowitch, Rêve d'Electre et Pauvre folle Phèdre, mis en scène par Guy Alloucherie et Eric Lacascade, Maison du Peuple, créé par Dominique Lardenois, dont une mise en scène a également été réalisée par Michel Cerda, Meurtres hors champ, mise en scène de Jean-Michel Rabeux, en 1999 à Théâtre Ouvert et en juillet 2000 à la Chartreuse de Villeneuve-lès-Avignon, Hier, c'est mon anniversaire, L'enfant sans nom et Variations Antigone...

Il a travaillé avec Catherine Beau, avec laquelle il a fondé la Compagnie L'Envers du décor. Il a écrit une opérette, Filons vers les îles Marquises, créée en 1999, dans une mise en scène de Catherine Beau et Eugène Durif, musique de Antoine Rosset, au Théâtre de l'Union à Limoges, au Théâtre des Fédérés, et reprise en janvier 2000 à La Villette au Cabaret Sauvage et en tournée. La Compagnie L’envers du décor a également créé Les Clampins songeurs et Divertissement bourgeois en novembre 2001, au Théâtre des Fédérés (Montluçon), au Théâtre de l’Union (Limoges), au CDN de Dijon, à la Ferme du Buisson (Marne-la-Vallée) et au TEP à Paris, Les grenouilles qui vont sur l’eau ont-elles des ailes ? (hommage à Jean-Pierre Brisset), présenté au Théâtre du Rond-Point, Malgré toi, malgré nous (spectacle musical présenté au TEP, en 2002), Le plancher des vaches, pièce née de rencontres avec des agricultrices du Limousin et créée à Tulle, au Théâtre de l’Union et au théâtre du Rond-Point en 2003, C’est la faute à Rabelais (mise en scène de Jean-louis Hourdin), Le désir de l’Humain, Le cercle des utopistes anonymes (mis en scène par Jean-Louis Hourdin)...

Il a écrit une pièce autour de la relation entre James Joyce et sa fille, Le cas Lucia J. créée par Eric Lacascade à la Rose des Vents à Villeneuve-d'Ascq (décembre 2018), spectacle en tournée, joué par Karelle Prugnaud.

Plusieurs de ses pièces ont été réalisées par France Culture (principalement dans le Nouveau Répertoire Dramatique de Lucien Attoun). Plusieurs de ses œuvres ont été traduites et éditées, notamment en Allemagne et en Italie où il a été traduit par Paola Ciccolela (Navi e naufragi), publié par la revue Sipario et par Anna d'elia (Incroci, derive), chez Luca Sossela éditeur (préface de jacqueline Risset), mis en espace à Rome en 2006 et mis en scène à Milan en juin 2007 par Sylvie Busnel-Fédensieu. Sa pièce Dette d'amour (un impromptu à Venise),a été mise en scène à la Biennale de Venise en juillet 2007 puis à Turin en 2010 par Beppe Navello, avec une distribution franco-italienne. Loin derrière les collines, née d’un travail autour de l’univers de Cesare Pavese, traduit également par Anna d’Elia, a été créé à Turin en 2011.

Il écrit également des pièces pour le jeune public, dont trois La petite Histoire , Mais où est donc Mac Guffin ? et Têtes farçues ont été publiées à L'École des loisirs. Ceci n’est pas un nez (adaptation très libre de Pinocchio) a été publiée chez Actes Sud Jeunesse et créée par Karelle Prugnaud à la Scène nationale de Dieppe. Carnivale, pièce de cirque pour jeune public a été créée au Cirque Électrique à Paris et éditée chez Tohu Bohu, avec des illustrations de Kiki Picasso.

Il est intervenu sur l’écriture de textes dans plusieurs spectacles musicaux de Jean-Paul Delore (dont Mélodie 5 à Villeneuve-les-Avignon avec les musiciens de l’ARFI, Affaires Étrangères créé à Paris-Villette en collaboration avec Dieudonné Nangounia). Comme auteur de livret, il a travaillé avec Arnaud Petit (Les déchainés, mini-opéra pour enfants), Stéphane Guignard (Espèces de grenouilles, créé à la Cité de la musique en 2002), Jonathan Pontier (musique) et Christian Gangneron (mise en scène) pour Têtes Pansues (Direction musicale Pierre Roullier et Ensemble 2e2m), Benjamin Hertz (musique) et conception-mis en scène de Stéphanie Marco et Julien Parent pour Mets l'Ancolie sur tes Yeux.

Eugène Durif, a aussi publié des poèmes (L’Étreinte, le temps, aux Éditions Comp’Act) et dans de nombreuses revues. L’ensemble de son œuvre poétique est rassemblée et éditée par les Éditions La Rumeur Libre sous le titre Au bord du théâtre en trois tomes, le premier étant paru en décembre 2014, le second en 2016 et le dernier en 2020.

Comédien[modifier | modifier le code]

Comme comédien, il a notamment joué avec Robert Cantarella (Grand et Petit de Botho Strauss), Jean-Louis Hourdin, Catherine Beau, Patrick Pineau (pour lequel il a été également dramaturge), et dans plusieurs de ses pièces mises en scène par Karelle Prugnaud : Cette fois sans moi, Bloody girl, La nuit des feux, Kawaï/Hantaï.

Il a joué dans Le cauchemar de Jean-Michel Rabeux au Théâtre de la Bastille (septembre, octobre 2009), et depuis septembre 2010 dans C'est la faute à Rabelais, mis en scène par Jean-Louis Hourdin (création à Bourg-en-Bresse, dans le Limousin, et au Théâtre des Halles, à Avignon), avec lequel il a réalisé un spectacle musical, Le désir de L'humain, en collaboration avec Karine Quintana.

Au cinéma, il a tourné avec Damien Odoul, Patrick Grandperret, Michèle Rosier.

Engagement politique[modifier | modifier le code]

En 2017, il cosigne une tribune dans Médiapart intitulée « Faire gagner la gauche passe par le vote Mélenchon »[1].

Publications[modifier | modifier le code]

Théâtre[modifier | modifier le code]

  • Conversation sur la Montagne, tirage limité, La maison du livre de Pérouges, 1986 (avec des lithographies de Madeleine Lambert), puis éditions Michel Chomarat, 1990
  • Tonkin-Alger, tapuscrit de Théâtre Ouvert, puis éditions Comp'Act, puis Actes Sud papiers, 1995, avec Maison du Peuple
  • L'arbre de Jonas, tapuscrit de théâtre Ouvert, 1990, repris chez Comp'Act, puis en tapuscrit de Théâtre Ouvert (avec la traduction allemande de Klaus Gronau)
  • B.M.C. (Bordel Militaire de Campagne), éditions Comp'Act, 1991
  • Paroles échappées du chœur, Paroles d'Aube, 1995
  • Croisements, divagations, suivi de Chorégraphie à blanc, Actes Sud papiers, 1994
  • Via Négativa, comédie, Actes Sud papiers, 1996
  • Les Petites heures, suivi de Eaux dormantes, Actes Sud papiers, septembre 1996
  • Meurtres hors champ, tapuscrit de Théâtre Ouvert, septembre 1997) puis Actes Sud Papiers, octobre 1999
  • Le coup de pied de l’ange, La Polygraphe, Numéro deux, Comp’Act, juillet 1998
  • De si peu se souvenir, dans Lyon, ville écrite, Stock, 1997
  • Filons vers les iles Marquises, opérette, Actes Sud Papiers, mars 1999, traduit en allemand par Almut Lindner.
  • Pochade Millénariste, Actes Sud Papiers, mars 2000
  • Têtes farçues, L’école des Loisirs, septembre 2000
  • Maison d’hôtes, radio-drame, Théâtre Ouvert, 2001
  • Divertissement bourgeois, Actes Sud Papiers, octobre 2001
  • Sale temps pour les vivants, roman, Flammarion, septembre 2001
  • Ni une, ni deux, Actes Sud Papiers, octobre 2002
  • Hier, c'est mon anniversaire, Actes Sud Papiers, 2004
  • L'enfant sans nom, Actes Sud Papiers, 2006
  • La nuit des feux, Actes Sud papiers, 2008
  • Loin derrière les collines, suivi de L'arbre de Jonas, Actes Sud papiers, 2010
  • Le petit bois, suivi de Le fredon des taiseux, Actes Sud Papiers, 2011

Théâtre Jeunesse[modifier | modifier le code]

  • Mais où est donc Mac Guffin ?, École des Loisirs, Coll. « Théâtre », 2004.
  • Têtes farçues, École des Loisirs, Coll. « Théâtre », 2000.
  • La Petite Histoire, École des Loisirs, Coll. « Théâtre », 1998.
  • Ceci n'est pas un nez, Actes Sud Jeunesse (Heyoka), 2017
  • Carnivale (avec un cd de chansons mises en musique par Hervé Vallée et des illustrations de Kiki Picasso), éditions Tohu Bohu

Adaptations théâtrales[modifier | modifier le code]

  • Les Grenouilles qui vont sur l’eau ont–elles des ailes ?, d'après Jean-Pierre Brisset, 2002.

Romans[modifier | modifier le code]

  • Laisse les hommes pleurer, Actes Sud, 2008.
  • Sale temps pour les vivants, Flammarion, 2001.
  • L’Âme à l’envers, Actes Sud, 2015.

Nouvelle[modifier | modifier le code]

Récits et Poèmes[modifier | modifier le code]

  • Une Manière Noire, Éditions Verdier, 1986.
  • Salomé, les yeux tus, Comp'Act, 1988, illustré par des gravures de Hickin.
  • L’Étreinte, le temps, Comp’Act, Coll. « Morari », 1988, recueil de poèmes.
  • Au bord du théâtre, Tome 1, La Rumeur Libre, 2014

Metteur en scène et acteur de théâtre[modifier | modifier le code]

Metteur en scène[modifier | modifier le code]

De ses propres pièces[modifier | modifier le code]

  • 2007 : Nos ancêtres les grenouilles, mise en scène de Eugène Durif et Karelle Prugnaud, Festival d'Avignon.
  • 2003 : Le Plancher des vaches, mise en scène avec Catherine Beau, Tulle.
  • 2001 : Divertissement bourgeois, mise en scène avec Catherine Beau, Montluçon.
  • 2000 : Filons vers les Îles Marquises, mise en scène avec Catherine Beau, Limoges.

De son adaptation[modifier | modifier le code]

  • 2002 : Les Grenouilles qui vont sur l’eau ont–elles des ailes ?, adaptation d'Eugène Durif, d'après le titre éponyme de Jean-Pierre Brisset, mise en scène avec Catherine Beau, Paris.

Acteur de théâtre[modifier | modifier le code]

Dans ses propres pièces[modifier | modifier le code]

  • 2010 : C'est la faute à Rabelais, mise en scène Jean-Louis Hourdin, Théâtre de Bourg-en-Bresse.
  • 2008 : La Nuit des feux, mise en scène Karelle Prugnaud, Guéret.
  • 2007 : Nos ancêtres les grenouilles, mise en scène de Eugène Durif et Karelle Prugnaud, Festival d'Avignon.
  • 2005 : Cette fois, sans moi, mise en scène Karelle Prugnaud, Limoges.

Autres pièces[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. «Faire gagner la gauche passe par le vote Mélenchon», tribune, mediapart.fr, 21 avril 2017

Liens externes[modifier | modifier le code]