Eugène Broerman

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Eugène Broerman
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 71 ans)
Saint-GillesVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Formation

Eugène Broerman, né à Bruxelles le et mort à Saint-Gilles le (à 71 ans), est un artiste peintre belge.

Biographie[modifier | modifier le code]

Eugène Broerman entre à l'Académie royale des beaux-arts de Bruxelles en 1873 où il est l'élève de Jean-François Portaels et y côtoie James Ensor, Adolphe Crespin, Fernand Khnopff, Guillaume Van Strydonck, Théo van Rysselberghe, Rodolphe Wytsman, Frantz Charlet et E. Duyck. Il est l'ami du sculpteur Guillaume Charlier et est un des artistes que le mécène Henri Van Cutsem apprécie et soutient.

Grâce au Prix Godecharle obtenu en 1881 et dont il est le premier lauréat, Broerman voyage en Italie, à Rome, Florence, Ravenne, Venise et Naples, ainsi qu'en Provence.

En 1896, il crée l'Œuvre nationale de l'Art appliqué à la rue et aux objets d'utilité publique et, en 1898, il organisera le premier Congrès d'art public à Bruxelles. Entre 1907 et 1914, il dirige la revue L'Art public.

Œuvre[modifier | modifier le code]

Broerman est portraitiste, peintre de genre, de marines et de paysages. Il est l'auteur de peintures monumentales pour le château royal de Ciergnon. Il collabore ensuite avec Frans Hens à un Panorama du Congo destiné à la section coloniale de l'Exposition universelle de 1897 à Tervuren, mais qui restera à l'état de projet. Il fut le promoteur de la décoration des façades par la peinture et la sculpture. En tant que dessinateur de l'État belge, il réalisera des diplômes et élaborera des décorations nationales.

Cependant son œuvre la plus connue du grand-public sera les fresques allégoriques sur le thème de l'effort, enlevées d'un trait de pinceau de très grand style[1], ornant la salle du conseil de l’hôtel de ville de Saint-Gilles.

Prix et honneurs[modifier | modifier le code]

Publications[modifier | modifier le code]

  • 1893 : Célébrités nationales, Bruxelles, 1893, orné de cinquante-cinq portraits de personnalités du règne du roi Léopold II

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • P. & V. Berko, Dictionnaire des peintres belges nés entre 1750 et 1875, Knokke, 1981, p. 71-72.
  • Eugène De Seyn, Dictionnaire biographique des sciences, des lettres et des arts en Belgique, sub verbo.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Henri Hymans dit que ses œuvres sont empreintes d'un grand style.

Lien externe[modifier | modifier le code]