Estavayer-le-Lac

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Estavayer-le-Lac
Estavayer-le-Lac
La ville vue du ciel.
Blason de Estavayer-le-Lac
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la Suisse Suisse
Canton Drapeau du canton de Fribourg Fribourg
District Broye
Commune Estavayer
NPA 1470
N° OFS 2015
Démographie
Population
permanente
6 208 hab. (avant la fusion)
Densité 698 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 51′ 00″ nord, 6° 50′ 50″ est
Altitude 517 m
Min. 478 m
Max. 538 m
Superficie 8,89 km2
Divers
Langue Français
Localisation
Géolocalisation sur la carte : canton de Fribourg
Voir sur la carte administrative du Canton de Fribourg
City locator 14.svg
Estavayer-le-Lac
Géolocalisation sur la carte : Suisse
Voir sur la carte administrative de Suisse
City locator 14.svg
Estavayer-le-Lac
Géolocalisation sur la carte : Suisse
Voir sur la carte topographique de Suisse
City locator 14.svg
Estavayer-le-Lac
Sources
Référence population suisse[1]
Référence superficie suisse[2]

Estavayer-le-Lac (Thavalyi-le-Lé Écoutez en patois fribourgeois) est une localité et une ancienne commune suisse du canton de Fribourg, chef-lieu du district de la Broye.

Histoire[modifier | modifier le code]

Photo aérienne (1964).

Bien que les fouilles archéologiques soient très peu nombreuses, il peut être établi que le territoire de la commune a connu l'occupation humaine en tout cas dès le Mésolithique (8000 - 5500 avant Jésus-Christ). L'occupation des rives est dense durant le Néolithique et la fin de l'âge du bronze. Durant les autres périodes, le niveau du lac a repoussé l'implantation des habitats sur les hauteurs. Les sondages de l'autoroute A1 révèlent de nombreuses traces d'occupation protohistorique et plusieurs habitats. Des tombes furent exhumées et leur mobilier atteste peut-être d'un établissement du haut Moyen Âge. Le patronyme de la paroisse, Saint-Laurent, suggère la création d'un lieu de culte déjà à cette époque.

Le 1er janvier 2017, la commune fusionne avec celles de Bussy, de Morens, de Murist, de Rueyres-les-Prés, de Vuissens et de Vernay pour former la nouvelle commune d'Estavayer.

Géographie[modifier | modifier le code]

Estavayer-le-Lac est située au bord du lac de Neuchâtel.

Selon l'Office fédéral de la statistique (OFS), Estavayer-le-Lac s'étend sur 8,89 km[2]. 33,3 % de cette superficie correspond à des surfaces d'habitat ou d'infrastructure, 55,6 % à des surfaces agricoles, 6,1 % à des surfaces boisées et 5,0 % à des surfaces improductives[1].

Démographie[modifier | modifier le code]

Selon l'Office fédéral de la statistique, Estavayer-le-Lac compte 6 208 habitants en 2019[1]. Sa densité de population atteint 698 hab./km2.

Le graphique suivant résume l'évolution de la population d'Estavayer-le-Lac entre 1850 et 2008[3] :

Tourisme[modifier | modifier le code]

Outre les petites rues de la cité médiévale, la ville offre également plusieurs excursions via le vaste réseau pédestre balisé au bord du lac et dans la campagne, ainsi que la découverte de la réserve naturelle de la Grande Cariçaie et le Musée d'Estavayer-le-Lac et ses grenouilles. Le petit train de la ville permet de découvrir cette petite cité médiévale en y faisant un tour avec quelques dates et lieux clés.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Attractions[modifier | modifier le code]

Personnalités[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Daniel de Raemy, Le district de la Broye 1. La ville d’Estavayer-le-Lac, Berne, Société d’histoire de l’art en Suisse, coll. « Les monuments d’art et d’histoire de la Suisse », , 496 p. (ISBN 978-3-03797-655-5).

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c « Bilan démographique selon le niveau géographique institutionnel », sur Office fédéral de la Statistique (consulté le ).
  2. a et b « Statistique de la superficie 2004/09 : Données communales », sur Office fédéral de la Statistique (consulté le )
  3. [xls] « Évolution de la population des communes 1850-2000 : canton de Fribourg », sur Office fédéral de la statistique (consulté le )
  4. « Le Monastère »
  5. « Fédération Notre-Dame des Prêcheurs »

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]