Grande Cariçaie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Vue de la Grande Cariçaie vers Cheyres

La Grande Cariçaie est une zone marécageuse située sur la rive sud du lac de Neuchâtel, entre la forêt humide et la roselière qui le borde. Elle fait partie des sites de protection des zones humides concernés par la convention de Ramsar[1].

Présentation[modifier | modifier le code]

Formant le plus grand ensemble marécageux de Suisse, la Grande Cariçaie est composée de hauts-fonds lacustres peu profonds, de marais, de forêts inondées et de falaises boisées. Huit grandes réserves naturelles intercantonales y sont délimitées, couvrant environ 3 000 hectares.

Cette zone marécageuse a failli disparaitre, en raison de la décision prise dans les années 70 de construire l'autoroute N1 à proximité des rives sud du lac de Neuchâtel. Mais une mobilisation citoyenne, sous l'égide de Pro Natura Helvetica, la Ligue suisse pour la protection de la nature et le WWF, au début des années 80, a permis de récolter 560 000 signatures et 4 millions de francs, principalement venue de Suisse alémanique dû à une campagne plus soutenue de la télévision suisse alémanique, afin de préserver le site et de déplacer le tracé de l'autoroute en 1981[2],[3].

Depuis 1982, la Grande Cariçaie est gérée dans un but de conservation de ses valeurs naturelles. Elle fait l'objet de différents travaux d'entretien: fauchage, débroussaillage, creuse d'étangs, etc. L'Association de la Grande Cariçaie, basée à Yverdon-les-Bains, est chargée sur mandat intercantonal de l'organisation des travaux, des tâches de suivi scientifique et de la création d'infrastructures d'accueil du public. Les services cantonaux restent chargés de la gestion des forêts et du domaine des eaux à l'intérieur des réserves naturelles.

Le nom Grande Cariçaie, vient de Carex ou laîches, a été suggéré par Michel Antoniazza, collaborateur scientifique de l’Association de la Grande Cariçaie[3],[4].

Tourisme[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Rive sud du lac de Neuchâtel », sur Service d’information sur les Sites Ramsar (consulté le 20 mars 2015)
  2. La camargue suisse respire, L'Illustré, 12 août 1981, (page 64)
  3. a et b Un fervent défenseur d’une rive sud sauvage se retire (Michel Antoniazza), La Région Nord vaudois, édition no 1913, 16 janvier 2017
  4. Campagne nationale en faveur des rives sud du lac de Neuchâtel, Le Matin Tribune, 19 septembre 1980, (page 9)