Ely Ould Mohamed Vall

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Vall.
Ely Ould Mohamed Vall
إعلي ولد محمد فال
Fonctions
Président du Conseil militaire pour la justice et la démocratie de la République islamique de Mauritanie
(chef de l'État, de facto)

(1 an, 8 mois et 16 jours)
Premier ministre Sidi Mohamed Ould Boubakar
Prédécesseur Maaouiya Ould Sid'Ahmed Taya
(président de la République)
Successeur Sidi Mohamed Ould Cheikh Abdallahi
(président de la République)
Biographie
Date de naissance
Lieu de naissance Nouakchott, Mauritanie
Date de décès (a l'âge de 64 ans)
Lieu de décès F'Derick, Mauritanie
Nature du décès crise cardiaque
Nationalité mauritanienne
Profession Militaire
Religion Islam

Ely Ould Mohamed Vall
Chefs d'État mauritaniens

Ely Ould Mohamed Vall (en arabe : إعلي ولد محمد فال, I'li Ould Mohamed Fâl), né à Nouakchott en 1953 et mort le 5 mai 2017 dans la wilaya de Tiris Zemmour[1], est un militaire mauritanien, chef de l'État du au .

Biographie[modifier | modifier le code]

Né dans une famille de la tribu maure Ouled Bou Sbaa[2], formé à l'Académie royale militaire de Meknès, au Maroc, et titulaire d'une licence de droit, Ely Ould Mohamed Vall commence sa carrière militaire en commandant, en pleine guerre du Sahara occidental, les postes militaires de la région Nord.

Il commande ensuite la septième puis la sixième région militaire, avant d'être nommé directeur général de la Sûreté nationale (police nationale), poste qu'il occupe pendant dix-huit ans (de 1987 à 2005)[3].

Le 3 août 2005, Ely Ould Mohamed Vall, à la tête de l'armée, renverse le régime du président Maaouiya Ould Taya avec l'aide de son cousin, le général Mohamed Ould Abdel Aziz et crée le Conseil militaire pour la justice et la démocratie (CMJD)[3]. L'Union africaine, l'Organisation des Nations unies, l'Union européenne, l'Afrique du Sud et les États-Unis ont dénoncé formellement le coup d'État, avant de revenir sur leur position et de reprendre leurs relations avec les nouvelles autorités, grâce notamment au contexte politique local et au très large soutien de la population mauritanienne au changement de régime.

Chef de l'État de 2005 à 2007, il assure la transition démocratique et organise un référendum sur l'amendement de la Constitution et des élections auxquelles lui-même refuse de prendre part[3]. Une Commission électorale nationale indépendante (CENI) est créée pour superviser ce processus électoral qui se termine en mars 2007 par l'élection du président de la République. En instaurant les fondements d’une véritable démocratie, et en assainissant les structures de l’État, il permet à son pays de retrouver la confiance des institutions internationales.

Le , Sidi Mohamed Ould Cheikh Abdallahi est élu président de la République. Il prend ses fonctions au mois d'avril suivant.

Ely Ould Mohamed Vall se consacre ensuite à des missions de médiation dans un certain nombre de pays africains en proie à des conflits latents.

Il est membre du comité d'honneur de la Fondation Chirac[4], lancée en 2008 par l'ancien chef de l'État Français Jacques Chirac pour agir en faveur de la paix dans le monde.

En août 2008, un nouveau coup d'État porte le général Mohamed Ould Abdel Aziz au pouvoir. Vall s'oppose à ce coup d'État et est décrit comme un « virulent détracteur » du régime Abel Aziz[3]. Il se présente à l'élection présidentielle de 2009 mais n'obtient que 3,8 % des voix. Vall se rapproche alors des chefs de l'opposition Messaoud Ould Boulkheir et Ahmed Ould Daddah, puis de l'homme d'affaires Mohamed Ould Bouamatou. L'opposition boycotte l'élection présidentielle de 2014. Il prévoyait de se présenter à l'élection présidentielle de 2019 contre son cousin[5],[6],[7].

Il meurt le 5 mai 2017 suite à une « crise cardiaque » au nord du pays dans sa résidence à 100 km de la ville minière de Zouerate[1],[7]. Un deuil national de trois jours est décrêté[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Mauritanie: l'ancien président Ely Ould Mohamed Vall est mort », Le360 Afrique,‎ (lire en ligne)
  2. Ibrahima Dia, « Mauritanie: le président Mohamed Abdel Aziz et les deux tribus », sur www.financialafrik.com, (consulté le 9 septembre 2017).
  3. a, b, c et d « Mauritanie: décès de l’ancien président Ely Ould Mohamed Vall », RFI,
  4. Comité d'honneur de la Fondation Chirac
  5. a et b « Mauritanie : l’ex-président Ely Ould Mohamed Vall est mort », Jeune Afrique,
  6. Mehdi Ba, « Mauritanie : Ely Ould Mohamed Vall, cousin ennemi du président », Jeune Afrique,
  7. a et b « Mauritanie : mort de l’ex-chef de junte militaire Ely Ould Vall », AFP et Le Monde,

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Anthony G. Pazzanita, « Ely Ould Mohamed Vall », in Historical dictionary of Mauritania, Scarecrow Press, Lanham (Maryland) ; Toronto, Plymouth (Royaume-Uni), 2008 (3e éd.), p. 187-190 (ISBN 9780810855960)
  • Gaston Kelman, Les hirondelles du printemps africain : ma rencontre avec Ely Ould Mohamed Vall, le père de la démocratie mauritanienne, Lattès, Paris, 2008, 210 p. (ISBN 978-2-7096-2979-9)

Liens externes[modifier | modifier le code]