Elizabeth Goudge

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Elizabeth Goudge
Nom de naissance Elizabeth de Beauchamp Goudge
Naissance
Wells, Somerset Drapeau de l'Angleterre Angleterre
Décès (à 83 ans)
Activité principale
Distinctions
Auteur
Langue d’écriture Anglais
Genres

Œuvres principales

Le Cheval d'argent

Elizabeth Goudge (née Elizabeth de Beauchamp Goudge le à Wells en Angleterre et morte le ) est une romancière anglaise.

Auteure de nombreux romans, de livres pour enfants et d’une vie romancée de Jésus, elle construit des histoires où se côtoient beauté et merveilleux. Ses livres sont parmi les plus vendus au Royaume-Uni et aux États-Unis des années 1930 aux années 1970.

En 2001 ou 2002, l'écrivain J. K. Rowling a déclaré que le roman Le Cheval d'argent est l'un de ses romans préférés et l'un des rares à avoir influé sur l’écriture de sa série littéraire Harry Potter[1];[2]

Biographie[modifier | modifier le code]

Vie privée[modifier | modifier le code]

Son père, Henry Leighton Goudge, était principal adjoint au Collège de théologie. La famille déménagea à Ely lorsqu'il y fut nommé principal du Collège de théologie, puis à Christ Church, Oxford, lorsqu'il fut nommé Regius Professor of Divinity de l'Université. Elizabeth fut scolarisée à Grassendale School, Southbourne (1914–18), puis à l'école d'art de l'University College de Reading, puis à Christ Church. Elle enseigna ensuite le design et les travaux manuels à Ely et à Oxford[3].

Après la mort de son père en 1939, E. Goudge s'installa dans un bungalow dans le Devon, où elle s'occupa de sa mère souffrante. Après la mort de sa mère en 1951, elle déménagea dans l'Oxfordshire où elle passa les 30 dernières année de sa vie dans un chalet de la commune de Rotherfield Peppard, à la limite de Henley-on-Thames, où une plaque commémorative fut posée pour elle en 2008[4].

Elle mourut le 1er avril 1984[5].

Carrière d'écrivain[modifier | modifier le code]

Le premier ouvrage d'E. Goudge, The Fairies' Baby and Other Stories (1919), n'eut aucun succès, et ce n'est que plusieurs années plus tard qu'elle écrivit son premier roman, Island Magic (1934), qui eut un succès immédiat. Elle s'appuyait sur des légendes des Îles Anglo-Normandes que sa mère, native de Guernesey, lui avait racontées. Enfant, Elizabeth avait elle-même régulièrement fréquenté Guernesey, et a raconté dans son autobiographie The Joy of the Snow qu'elle a passé là-bas de nombreux étés avec ses grands-parents maternels et sa famille[6].

Son roman Le Cheval d'argent, publié par l'University of London Press en 1946, remporta le prix Carnegie Medal décerné par la Library Association, qui l'a déclaré « meilleur livre pour enfants de l'année écrit par un sujet Britannique ». De toute son œuvre, c'est celui qu'elle préférait[7].

Elizabeth Goudge fut membre fondatrice de la Romantic Novelists' Association en 1960 dont elle devint plus tard la vice-présidente[8].

Thématiques[modifier | modifier le code]

Les ouvrages d'E. Goudge sont clairement d'inspiration chrétienne. Ils traitent de thèmes tels que le sacrifice, la conversion, la discipline de vie, la guérison, la souffrance qui fait grandir, les métamorphoses. Ses romans, tantôt réalistes, tantôt imaginaires, tantôt historiques, entremêlent les légendes et les mythes, et témoignent de sa vision du monde empreinte de spiritualité ainsi que de son amour profond pour l’Angleterre et pour la condition humaine. Ses écrits, destinés aussi bien aux adultes qu'aux enfants, sont imprégnés d'une qualité telle qu'ils suscitent fortement l'intérêt des lecteurs.

« As this world becomes increasingly ugly, callous and materialistic it needs to be reminded that the old fairy stories are rooted in truth, that imagination is of value, that happy endings do, in fact, occur, and that the blue spring mist that makes an ugly street look beautiful is just as real a thing as the street itself. (E. Goudge) »

Traduction : « Vu que notre monde devient de plus en plus laid, insensible et matérialiste, il importe qu'on se souvienne que les anciens contes de fées puisent dans de profondes vérités, que l'imagination est importante, que les rédemptions ultimes se produisent réellement, et que la brume bleutée printanière qui fait apparaître belle la laideur de la rue, est tout aussi réelle que la rue elle-même. »

Œuvre parue en France[modifier | modifier le code]

(liste exhaustive. Source : Bibliothèque nationale de France)

  • L'Arche dans la tempête (Island Magic) 1934, rééd. Phébus
  • L'Appel du passé (The Middle Window) 1935
  • La trilogie de la Cité des cloches :
    • La Cité des cloches (A City of Bells) 1936
    • Amours d'Oxford[9] 1938, rééd. Phébus
    • L'Héritage de M. Peabody (The Dean's Watch) 1960
  • La Marmite aux pièces d'or (A crook of gold) 1938
  • La Sœur des anges (Sister of Angels) 1939
  • La trilogie des Eliot de Damerosehay :
    • Le Domaine enchanté (The Bird in the Tree) 1940
    • L'Auberge du pèlerin (The Herb of Grace ou Pilgrim's Inn) 1948
    • La Maison des sources (The Heart of the Family) 1953
  • La Maison enfumée (Smoky House) 1940
  • Le Château sur la colline (The Castle on the Hill) 1941
  • Le Pays du dauphin vert (Green Dolphin Country) 1944 (ISBN 2-7441-8242-7)
  • Le Cheval d'argent ou Le Petit cheval blanc / Le Secret de Moonacre (The Little White Horse) 1946 (ISBN 978-2-01-201515-9)
  • La Colline aux gentianes (Gentian Hill) 1949 (ISBN 978-2-7529-0951-0)
  • Le Pirate (Make-believe) 1949
  • La Vallée qui chante (The Valley of Song) 1951
  • Le Parfum des Évangiles (God so loved the world) 1953
  • Le Jardin de Belmaray (The Rosemary Tree) 1956
  • La Sorcière blanche (The White Witch) 1958
  • Saint François d'Assise (Saint Francis of Assisi ) 1959
  • La Senteur de l'eau (The Scent of water) 1963
  • Sortilèges (Linnets and Valerians) 1964
  • L'Enfant venue de la mer (The Child From the Sea) 1970
  • L'Ange de Noël (Lost angel: stories)

Adaptations cinématographiques[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Conversations with J.K. Rowling, Linda Fraser, Scholastic, 2001, p.24, (ISBN 978-0439314558)
  2. Harry Potter – Harry and me, interview de Lindsay Fraser avce J. K. Rowling, parue dans The Scotsman, Novembre 2002. Consulté le 13 mai 2013. [1]
  3. D. L. Kirkpatrick (ed.), Twentieth-Century Children's Writers (2nd ed., London, 1983), pp. 324–325. ISBN 0-912289-45-7
  4. "Elizabeth GOUDGE (1900–1984)". Oxfordshire Blue Plaques Scheme.
  5. Obituaries in The Times, 3 April 1984; in The New York Times 27 April 1984.
  6. Goudge, Elizabeth (1974). The Joy of the Snow. Coward, McCann & Geoghegan. (ISBN 978-0-698-10605-5)
  7. John Attenborough, Goudge, Elizabeth de Beauchamp (1900–1984), revu par Victoria Millar, Oxford Dictionary of National Biography, Oxford University Press, 2004. Consulté le 17 septembre 2009.
  8. "Our story". Romantic Novelists' Association. Consulté le 11 novembre 2012.
  9. Sans doute "Towers in the Mist" © Jessie Monroe/Mark Dutton, 1936 - traduit par Claude Mistler sous le titre "Les Amants d'Oxford" (Le Grand livre du mois - Éditions Phébus, Paris, 2000).

Liens externes[modifier | modifier le code]