Elite (entreprise)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Elite.
Elite
logo de Elite (entreprise)

Création Voir et modifier les données sur Wikidata
Slogan Literie d'exception
Site web www.elitebeds.ch

L'entreprise Elite SA[1] est un fabricant suisse de lits et de matelas à Aubonne, dans le canton de Vaud.

Historique[modifier | modifier le code]

L'entreprise est fondée en 1895 par Jules-Henri Caillet (1868-1939)[2] sous le nom de « Jules Caillet, Sellerie civile et militaire »[3] à Yens dans le canton de Vaud. Jules Caillet est membre de la Société vaudoise des maîtres selliers[2].

En 1896 naît Robert Caillet[4] qui fait son apprentissage comme sellier tapissier dans la maison familiale. En 1921, la famille Caillet déménage à Aubonne, rue du Lignolat. Robert travaille avec son père dès 1916. L'entreprise de sellerie sise à la rue du Lignolat à Aubonne s'appelle alors « J. Caillet et fils ». Robert Caillet épouse Yvonne, née Fillettaz (1906-1991), en 1928. De ce mariage naissent trois enfants: Marianne en 1929, Maurice en 1932 et Edith en 1939.

L'entreprise s'agrandit en 1928[5] et se diversifie avec la production d'articles de sport[6] et l'exploitation d'une carrosserie; elle se nomme dorénavant « Maison R. Caillet ».

À la fin de la Seconde Guerre mondiale, Robert Caillet acquiert la fabrique de matelas Elite à Caslano, dans le canton du Tessin, alors en grande difficulté financière. Cette société détenait un brevet qui protégeait un procédé original de montage de matelas à ressorts, grande nouveauté après-guerre. Le , Robert Caillet meurt à 52 ans laissant une veuve de 42 ans et des enfants mineurs. Yvonne Caillet reprend les rênes de l'entreprise qui devient l'« hoirie Caillet », elle est activement secondée par sa fille aînée Marianne. En 1949, elle rapatrie la production de matelas du Tessin à Aubonne. En 1953, Maurice Caillet reprend officiellement l'entreprise à 21 ans ; Yvonne Caillet continue à travailler à l'entreprise, bientôt rejointe par Edith, sa fille cadette.

En 1964 est construit l'actuel site de production de lits et matelas dans la zone industrielle « En Roveray », à Aubonne. En 1965, l'hoirie devient la société anonyme « Établissement R. Caillet SA »[7]. L'entreprise compte une quarantaine d'employés en 1970, et produit les articles de literie « Elite » (sommiers rembourrés, matelas à ressorts, têtes de lit rembourrées, couvre-lits, édredons et oreillers), des sacs de couchage et poursuit parallèlement une activité de carrosserie. À la fin des années 1970, l'entreprise est au bord de la faillite en raison de la mauvaise gestion de Maurice. Sa sœur Edith lui succède et, après une augmentation de capital, en devient l'actionnaire majoritaire. En 1983, le fils de Marianne, Paolo A. Cesa, alors âgé de 18 ans, entre dans l'entreprise et mène de profondes restructuration et modernisation. Début 2006, Paolo A. Cesa, en profond désaccord avec la manière d'administrer de sa tante Edith, quitte l'entreprise.


En 2006, Edith Caillet, désormais actionnaire unique, vend la partie mobilière de l'entreprise à François Pugliese[8], un ancien de chez Honda (Suisse), qui s'engage à maintenir le site de production à Aubonne. Il crée « Elite SA » dont le but est la production et la commercialisation d'articles de literie et de mobilier. Elite SA devient le locataire des locaux commerciaux de l'Etablissement R. Caillet SA. François Pugliese perpétue le savoir-faire des tapissiers et entreprend de moderniser l'appareil de production. Les locaux de production sont transformés et en 2009 s'ouvre le premier showroom Elite Gallery, sous l'atelier de production, en reprenant un concept déjà imaginé à la fin des années 1990 par Paolo A. Cesa.

En 2011, les matelas Elite obtiennent la certification de Écolabel européen[9]. La même année s'ouvre le showroom Elite Gallery de Paris. Dès 2012, Elite développe un nouveau modèle économique pour l'hôtellerie : le Smart Lease[10] dans lequel le matelas n'est plus vendu mais mis à disposition de l'hôtel contre un tarif de location à l'utilisation ; il est muni d'une puce qui enregistre son utilisation, l'hôtelier ne payant qu'en cas de lit utilisé. Ce système, basé sur la durabilité du produit vendu et non sur son obsolescence, se réfère à l'économie circulaire ou économie de fonctionnalité[11].

En 2012 Elite est classée 5e dans le classement des PME romandes établi annuellement par le magazine Bilan[12].

Production[modifier | modifier le code]

La production de matelas Elite est divisée en quatre segments de consommation différents: les particuliers, l'hôtellerie, le yachting et le domaine de la santé. Tous les matelas sont produits en 3 fermetés et peuvent faire l'objet d'une adaptation sur mesure. La spécialité de la maison est le matelas à ressorts ensachés et le sommier tapissier, sommier rembourré de type boxspring. Cette production s'étend au travail de tapisserie et à la création de têtes de lit et de cadres de lit sur mesure. La production se fait entièrement à Aubonne.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « registre du commerce vaudois », sur http://www.rc2.vd.ch, (consulté le 31 mars 2015)
  2. a et b « Feuille d'avis de Lausanne », Feuille d'avis de Lausanne,‎ (lire en ligne)
  3. Jules Caillet, sellier figure sur le recensement fédéral des entreprises agricoles, industrielles et commerciales du 9 août 1905. (Greffe de Yens, 2013)
  4. Gilbert Marion, « Caillet Robert » dans le Dictionnaire historique de la Suisse en ligne, version du .
  5. Plan de mise à l'enquête pour la construction d'annexes (atelier de sellier et chambre à lessive), Aubonne juillet 1928. (archives communales Aubonne)
  6. Laurence Marti, Anne-Marie Piguet, Bernard Studer, JE NOTE SUR LE CARNET? Aubonne et ses commerces 1945-1970, Aubonne, Collection Eclairages, Edition du Bourg, Aubonne, , 96 p. (ISBN 978-2-940236-04-6), p.15 et p.93
  7. « Registre du commerce vaudois », sur http://www.rc2.vd.ch, (consulté le 31 mars 2015)
  8. Jean-Claude Péclet, « Elite, ou l’art de réussir une succession », Le Temps,‎ (lire en ligne)
  9. « Qu'est-ce-que c'est? », sur http://www.ecolabels.fr/, (consulté le 31 mars 2015)
  10. « Le minimag: reportage sur un nouveau concept révolutionnaire pour lutter contre les lits froids », sur www.rts.ch, (consulté le 31 mars 2015)
  11. (de) « SIM-Karten-Chip inside: Die funkende Matratze », sur http://www.handelszeitung.ch/, (consulté le 31 mars 2015)
  12. Serge Guertchakoff et Dino Auciello, « 50 success stories de PME romandes », Bilan,‎ (lire en ligne)

Lien externe[modifier | modifier le code]