Donnant Donnant

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Ne doit pas être confondu avec Donnant-donnant.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Un homme très recherché (homonymie).
Donnant, donnant
Réalisation Isabelle Mergault
Scénario Jean-Pierre Hasson
Isabelle Mergault
Sociétés de production Gaumont
Thelma Films
France 2 Cinéma
Canal+
CinéCinéma
Pays d’origine Drapeau de la France France
Genre Comédie
Sortie 2010

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Donnant, donnant est le 3e film d'Isabelle Mergault, sorti en France le . Son titre pendant sa production et son tournage était Un homme très recherché.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Constant est incarcéré après avoir commis un crime. Selon lui, ce n'était qu'un accident. Victime d'un accident vasculaire cérébral, il réussit à s'évader de l'hôpital. Après s'être réfugié sur une péniche abandonnée, il rencontre Silvia, une jeune femme qui identifie le fugitif. Pensant que Constant est un tueur professionnel, elle lui propose un marché : il doit assassiner Jeanne, sa mère adoptive dépressive dont elle convoite l'héritage, ou elle le livrera à la police. Constant accepte cette offre mais à défaut de tuer Jeanne, il la sauve d'une tentative de suicide.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Accueil critique[modifier | modifier le code]

La critique est globalement négative.

Pour Les Inrockuptibles, il s'agit du « troisième navet d'affilée » réalisé par Isabelle Mergault. L'hebdomadaire rapporte que tout n'y est que « vague et cliché, torpeur et facilité »[1]. Télérama relève des « situations improbables » et un « humour indigeste »[2]. Pour Le Monde, il s'agit d'un « accident de cinéma » (expression également utilisée par Télérama), d'un film « déjà mort à son arrivée dans les salles »[3]. Le Figaro emploie les termes de « navet » et de « naufrage » pour qualifier l'œuvre. Pour le journal, le film atteint « des sommets de bêtise et de niaiserie scénaristique »[4]. Première souligne que la réalisatrice se rapproche de plus en plus du cinéma de Jean Becker et regrette les scories « d’un scénario à l’ironie inoffensive, aux dialogues faciles et aux rebondissements plats »[5].

Xavier Leherpeur de Studio ciné live, en revanche, évoque une « comédie inégale mais sympathique », interprétée par Auteuil et Azéma « avec une gourmandise communicative »[6].

Autour du film[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Donnant, donnant par Jean-Baptiste Morain sur lesinrocks.com du 01.10.2010
  2. Critique du film par Guillemette Odicino sur telerama.fr
  3. Donnant donnant" : navrante comédie noire sur lemonde.fr
  4. Quel beau navet !, par Jean-Luc Wachthausen sur lefigaro.fr du 05.10.2010
  5. Donnant, donnant sur premiere.fr
  6. Donnant donnant, par Xavier Leherpeur sur lexpress.fr (blog de studiolive) du 05.10.2010