Djamel Allam

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Allam.
Djamel Allam
Description de cette image, également commentée ci-après
Djamel Allam en 1975.
Informations générales
Naissance
Ilmaten Drapeau de l'Algérie Algérie
Décès (à 71 ans)
Paris Drapeau de la France France
Activité principale Chanteur et musicien
Activités annexes Acteur
Genre musical Musique kabyle, chaâbi algérien
Instruments Chant, guitare, accordéon et oud
Années actives 1973-2018

Djamel Allam, né le à Ilmaten (wilaya de Béjaïa) en Algérie et mort le à Paris, est un chanteur et musicien algérien[1],[2],[3],[4].

Biographie[modifier | modifier le code]

2017-fr.wp-orange-source.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (septembre 2018)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Djamel Allam apprend la musique au conservatoire de musique de Béjaïa sous l'œil bienveillant du cheikh Sadek El Béjaoui, puis part en 1970 en France, à Marseille puis à Paris[1],[2],[3],[4],[5]. Il s'essaye à la chanson française dans les cabarets de la capitale (rue Mouffetard). En 1972, il apparaît en première partie du spectacle de Brigitte Fontaine et Areski à Alger. En 1974, il travaille à la radio France Inter avec Claude Villers qui le recommande aux disques Escargots (éditeur de François Béranger et Gilles Vigneault notamment)[6].

Son premier album Argu (Rêve), produit en 1974 par Gilles Bleiveis, remporte un très grand succès auprès du public et des médias[réf. nécessaire]. Djamel Allam remplit les grandes salles de France et part en tournée en Europe et aux États-Unis. Entre 1978 et 1985, il sort 3 albums, Les rêves du vent (1978), Si Slimane (1981) et Salimo (1985). Il écrit des musiques de films et de documentaires, dont Ma dernière nuit à la Goutte d'Or de Daniel Duval, diffusé sur TF1. Il est aussi comédien pour le cinéma (Fort Saganne d'Alain Corneau).

Il acquiert sa notoriété avec Argu (Rêve) puis M'ara d-yughal (Quand il reviendra).

Il enchaîne album sur album, compose la musique de quelques films (notamment Prends 10 000 balles et casse-toi, La plage des enfants perdus).

Il se produit régulièrement à la fête de l'Humanité.

Atteint d'un cancer du pancréas, il meurt le 15 septembre 2018 à Paris[7].

Discographie[8][modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Patrick Labesse, « Mort de Djamel Allam, l’un des rénovateurs de la chanson kabyle », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne)
  2. a et b LE MONDE, « Le chanteur algérien Djamel Allam est mort à Paris », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne)
  3. a et b « Djamel Allam, mort d’un troubadour », RFI Musique,‎ (lire en ligne)
  4. a et b Anne Berthod, « Mort du barde kabyle Djamel Allam », Télérama.fr,‎ (lire en ligne)
  5. « Djamel Allam | Biography & History | AllMusic », sur AllMusic (consulté le 20 septembre 2018)
  6. « Concert en hommage à Djamel Allam : Retout aux sources de "Thella" », sur El Watan, (consulté le 15 septembre 2018).
  7. « Décès du chanteur Djamel Allam », sur TSA, (consulté le 15 septembre 2018)
  8. « Djamel Allam », sur Discogs (consulté le 20 septembre 2018)

Liens externes[modifier | modifier le code]