Discussion:Leon Battista Alberti

Une page de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Autres discussions [liste]
  • Suppression
  • Neutralité
  • Droit d'auteur
  • Article de qualité
  • Bon article
  • Lumière sur
  • À faire
  • Archives

Gestion d'un doublon et mise en garde sur la structure de l'article (23 septembre 06)[modifier le code]

Un doublon, intitulé Leon Baptiste Alberti et transformé le 23.09.06 en redirection, contenait le texte suivant, qui comporte plusieurs citations dont la source n'est pas explicitée. Ces citations, manifestement tirées d'un ouvrage précis, pourront être intégrées au présent article à la condition que la source soit mentionnée. L'article en lui-même pose problème par sa structure (les deux premières parties devront être fusionnées pour plus de clarté). --Jospe 23 septembre 2006 à 20:28 (CEST)

Leon Baptiste Alberti (1404-1472), " le plus élégant des humanistes ", ce " prince du savoir " est né à Gênes au début du XVe siècle, dans une riche famille florentine exilée pour raison politique. Après de solides études à Venise et Padoue (droit canonique, grec, grammaire, dialectique, mathématique) il entre au service du pape en 1432, après avoir probablement suivi le cardinal Albergati en France et en Allemagne. Il est à Florence en 1439 avant de se fixer à Rome en 1443. Ses voyages lui ont permis "de confronter entre elles, l'ambiance culturelle de la cour des Médicis, les institutions universalistes de la papauté, les ouvertures intellectuelles des centres septentrionaux", pour devenir un des plus brillants artistes humanistes de son temps, admiré pour sa culture, son athlétique beauté, et plus encore pour son oeuvre écrite et ses créations architecturales auxquelles il se consacrera totalement vers1450. Il ne lui sera pas permis de terminer ses grands projets de San Francesco à Rimini ( transformation de l'église en temple inspiré de l'antiquité, à la gloire des Malatesta) et à Mantoue (Saint-Sébastien et Saint-André commencée en 1472, libres interprétations de l'art antique). A Florence, il concevra le palais Rucellai, l'édicule du Saint-Sépulcre dans la chapelle Rucellai et la façade de Sainte-Marie-Nouvelle.
Alberti " élève l'architecture au rang des arts libéraux " il est le type même du nouvel artiste qui crée le projet et dont le chef de chantier se doit de suivre à la lettre les directives. "A cette intellectualisation, se lie un effort de rationalisation complète : tout dans l'édifice se calcule et s'analyse, le beau est la valeur absolue d'un organisme esthétique, dont rien ne peut être modifié. cette beauté fait rayonner dans l'âme humaine une joie pure,suscite un accord irremplaçable entre l'homme et l'univers : par le calcul mathématique, le jeu des proportions, ou en termes empruntés au Timée de Platon, des médiétés..." Alberti est aussi l'auteur de nombreux ouvrages dont deux d'entre eux joueront, plus particulièrement, un rôle de premier plan dans l'évolution de l'art renaissant : De Pictura, traité de peinture, rédigé en 1435 et le traité d'architecture De re aedificatoria, composé vers 1450, publié après sa mort en 1485, qui lui donnera, selon Focillon, une autorité comparable à celle de Vitruve.

Récupérée de « http://fr.wikipedia.org/wiki/Leon_Baptiste_Alberti »

Une recherche Google donne ça comme source. Copyvio. Les citations sont sourcées en notes (donc réutilisables). --Coyau 23 septembre 2006 à 22:40 (CEST)