Didier Peyrat

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Peyrat.

Didier Peyrat, né le à Pau est un magistrat français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Didier Peyrat est un magistrat auteur de nombreux ouvrages sur les questions de justice, de sécurité et de « civilité ».

Il s’est fait tout particulièrement connaître en 2006 par son intervention dans Libération et sa prise de position critique de l’attitude et du vocabulaire utilisé par le ministre de l’intérieur pendant les émeutes de novembre 2005 (dont le fameux « kärcher »). S’en sont suivies des menaces de poursuites disciplinaires et une campagne nationale de soutien en faveur du magistrat. Sa hiérarchie reprochait à Didier Peyrat cette « critique » de la politique ministérielle. Finalement le Procureur général a renoncé à toute sanction.

Magistrat depuis 1988, il a exercé au tribunal de Pontoise puis à celui de Cayenne avant d’être chargé de l’aide aux victimes puis de la politique de la ville au ministère de la justice. Fin 2001 il revient à Pontoise, ville où il habite, comme vice procureur au TGI.

Homme de gauche, il tente depuis les années quatre-vingt dix de porter la problématique de la sécurité au cœur du débat de la gauche. Dans ses ouvrages, il a tour à tour analysé la place de l'insécurité dans les causes de la montée du Front national, interpellé la gauche pour « renouer avec le volontarisme éducatif, l’affirmation des valeurs, la défense de la civilité » ou encore rappelé la nécessité d’assumer un débat sur le terrain de la morale.

Il est depuis 2014 avocat général à la cour d'appel de Limoges [1].

Dans l'entre-deux-tours de l'élection présidentielle de 2017 qui oppose Emmanuel Macron à Marine Le Pen, il cosigne avec d'autres magistrats une tribune appellant à voter pour Emmanuel Macron contre le Front national[2]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Livres[modifier | modifier le code]

  • 1998 : L’accès au droit en Guyane (préface d’Antoine Garapon), Ibis Rouge éditions.
  • 1999 : Le juge et le lieu (préface de Christiane Taubira), Ibis rouge éditions.
  • 2003 : Éloge de la sécurité, Gallimard/Le Monde.
  • 2005 : En manque de civilité, Textuel.
  • 2007 : Face à l’insécurité, refaire la Cité, Buchet Chastel, 2007.

Articles[modifier | modifier le code]

  • “Insécurité : ouvrir enfin les yeux”, Justice (revue du syndicat de la magistrature) no 158, novembre 1998.
  • “Liberté, légalité, civilité”, Gazette du Palais, no 262-264, 19 septembre 1999.
  • “Autochtonie : vers de nouvelles relations entre émancipation et droit ?” Revue Droit et cultures, (revue d’anthropologie et d’histoire publiée avec le concours du CNRS), no 40, 2000.
  • “ Les maisons de justice et du droit : la distance comme problème, la proximité comme solution ?”, Revue Française des Affaires Sociales, no 3, juillet-septembre 2001.
  • “La montée de l’insécurité et son traitement : dénégation et mauvais procès”, Cahiers Français (revue de la Documentation Française) no 308, mai-juin 2002.
  • “Société, liberté, sécurité”, Revue Le débat no 127, Gallimard, novembre-décembre 2003.
  • “Les désordres de la société compliquée”, Le Monde, 17 janvier 2004.
  • “Militer aussi contre l’insécurité civile”, Revue ContreTemps, no 13, Ed. Textuel, mai 2005.
  • “Les deux crises”, Justice, no 189, novembre 2006.
  • “La sécurité”, Cahiers Français, no 336 (Les valeurs de la République), janvier-février 2007.
  • “Un aspect de l'illimitation capitaliste : la production du cynisme et des « sans scrupules »”, Revue du MAUSS permanente, septembre 2007.
  • “Punir, est-ce fautif ?”, Revue Le débat no 148, Gallimard, janvier-février 2008.
  • "Cause morale, cause perdue ?" Revue du Mauss permanente, février 2015.

Chroniques[modifier | modifier le code]

Rapports[modifier | modifier le code]

  • La politique judiciaire de la ville, bilan et perspectives, Direction des affaires criminelles et des grâces, ministère de la justice, novembre 2000.
  • Habiter, cohabiter : la sécurité dans le logement social, rapport à Marie-Noëlle Lienemann, Ministère de l’Equipement, du transport et du Logement, février 2002

Interventions[modifier | modifier le code]

Articles sur Didier Peyrat[modifier | modifier le code]

  • 2005 : “Didier Peyrat, en toute civilité”, Nathalie Guibert, Le Monde, 16 avril 2005.
  • 2006 : “Pour Didier Peyrat”, Le Monde, 14 mars 2006.
  • 2006 : “Justice : redonner confiance”, Frédéric Zajac, Sylvie Derache, Libération, 16 mars 2006.
  • 2008 : “L'avocat, le juge et l'esprit des voix”, Vincent Monnier, Le Nouvel Observateur, Paris Obs , 14-20 février 2008.

Notes[modifier | modifier le code]