Denis-Benjamin Viger

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Denis-Benjamin Viger
DBviger.jpg

Denis-Benjamin Viger

Informations
Naissance
Décès
Activité

Denis-Benjamin Viger (Montréal, Montréal, ) est un homme politique canadien du XIXe siècle, qui fut également avocat, journaliste et essayiste.

Né à Montréal le 19 août 1774, il est le fils de l'homme d’affaires Denis Viger, qui fut député de Montréal-Est à la Chambre d'Assemblée du Bas-Canada de 1796 à 1800 et appuya le Parti canadien naissant.

Cet éminent journaliste, devenu politicien, a joué un rôle important dans l'histoire des idées au Canada, notamment en s'appuyant sur des journaux comme Le Spectateur, La Minerve et L'Aurore des Canadas. Il fut, de 1843 à 1846, coprésident, avec William Henry Draper, du Conseil exécutif du Canada-Uni.

Il a été élu à l'Assemblée législative pour l'Montréal-Est en 1808 et 1810, puis dans Leinster en 1810 et 1814 et dans le Kent en 1816, 1820, 1824 et 1827.

Largement connu dans le mouvement Patriote et dénoncé comme le propriétaire de journaux séditieux, Viger a été emprisonné en 1838 lorsque la loi martiale a été imposée dans le Bas-Canada; refusant de poster sous caution pour protester contre la loi martiale répressive et exigeant un procès régulier, il n'a été libéré qu'en mai 1840.

En 1841, il a été élu à l'Assemblée législative du Canada-Uni, représentant Richelieu. Du 12 décembre, 1843 au 17 juin 1846, il a été l'un des premiers ministres de communes de la Province du Canada. Il a été élu dans une élection pour représenter Trois-Rivières en 1845, mais a démissionné en 1847. Il a été nommé au Conseil législatif en 1848, mais a perdu son siège en raison de la non-participation en 1858. Viger est décédé à Montréal en 1861.

Maison Denis-Benjamin-Viger
376, rue Cherrier, île Bizard

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]