Jean-Jacques Lartigue

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Lartigue.
Jean-Jacques Lartigue
Jean-Jacques Lartigue.jpg

Jean-Jacques Lartigue

Fonction
Archevêque de Montréal
-
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 62 ans)
MontréalVoir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Autres informations
Religion
Consécrateur

Jean-Jacques Lartigue ( à Montréal- à Montréal) était un ecclésiastique canadien qui joua un grand rôle politique lors de la rébellion des Patriotes.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est né d’un père français et d'une mère canadienne, Marie-Charlotte Cherrier. Par sa mère, il est le cousin de Louis-Joseph Papineau et de Denis-Benjamin Viger.

Il fut désigné évêque auxiliaire de Montréal (en 1821) et premier évêque de Montréal en 1836. Il ordonna la construction de la Cathédrale Saint-Jacques de Montréal.

Politiquement, les prises de position de Mgr Lartigue s'appuyaient sur l'encyclique Cum Primum ainsi que Mirari vos de Grégoire XVI, publiées en 1832, qui avait recommandé l'obéissance aux autorités civiles, s'adressant particulièrement aux enthousiastes de la Rébellion des Patriotes. Lartigue affirma à cet effet dans une lettre pastorale datée du 29 octobre 1837 qu'un catholique n'épaulant pas un régime établi est un renégat[1].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Fernand Ippersiel. Les cousins ennemis : Louis-Joseph Papineau et Jean-Jacques Lartigue. Montréal : Guérin Littérature, 1990. 254 p.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Jean-Paul Delagrave, Histoire de l'information au Québec, Éditions La Presse, (ISBN 2890430510), p. 72.