Deana Lawson

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Deana Lawson
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Nationalité
Formation
Activité
Conjoint
Aaron Gilbert (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
A travaillé pour

Deana Lawson, née en 1979 à Rochester (New York), est une artiste et photographe américaine basée à Brooklyn[1]. Son travail tourne principalement autour des questions d'intimité, de la famille, de la spiritualité, de la sexualité et de l'esthétique noire.

Lawson a été reconnue pour sa capacité à communiquer les nuances des expériences afro-américaines en relation avec les facteurs sociaux, politiques et économiques. Son travail fait partie des collections du Centre international de la photographie. Ses photographies ont aussi été exposées dans un certain nombre de musées et de galeries, dont le Museum of Modern Art[2], le Whitney Museum of American Art[3] et l'Art Institute of Chicago.

Biographie[modifier | modifier le code]

Deana Lawson est née en 1979 à Rochester dans l'État de New York[4],[5]. Elle a obtenu son bachelor en photographie en 2001 à l'université d'État de Pennsylvanie et son master en photographie à l'École de design de Rhode Island en 2004[4]. En ce qui concerne sa deuxième année à l'université d'État de Pennsylvanie, Lawson a déclaré : « J'ai atteint un carrefour précoce - soit j'allais continuer avec un diplôme en commerce, soit j'allais sauter de ce train en marche et devenir artiste. J'ai sauté et je n'ai jamais regardé en arrière »[6].

Lawson a deux enfants avec son ancien mari, l'artiste Aaron Gilbert (en)[7],[8].

Enseignement[modifier | modifier le code]

Lawson est professeure adjointe de photographie à l'université de Princeton depuis 2012[9]. Elle a également enseigné au California Institute of the Arts, au Centre international de la photographie, au California College of the Arts et à l'École de design de Rhode Island[9].

Travail[modifier | modifier le code]

Lawson attribue son intérêt pour la photographie à des photographes afro-américains comme Carrie Mae Weems et Renee Cox (en)[7]. Au cours de ses études de premier cycle, Lawson a été choquée par le manque de bourses d'études accordées aux photographes de couleur. Cela l'a amenée à en apprendre davantage sur les artistes noirs, comme Lorna Simpson (en), dont le travail l'a inspirée à poursuivre la photographie comme médium : « Juste pour avoir ce modèle - pour réaliser que non seulement j'aimais faire des photos mais que je pouvais en réalité faire cela, vous le savez, était absolument important pour me réaffirmer en tant qu'artiste »[7].

Les photographies hautement formalistes de Lawson se distinguent par leur mise en scène méticuleuse, leur composition intime et leur attention aux symboles culturels noirs. Ses photos sont hautement mises en scène, en mettant l'accent sur « les composants étrangement puissants des intérieurs noirs »[10]. Tout en qualifiant ses sujets de « famille », ses mannequins sont le plus souvent des étrangers qu'elle rencontre au hasard dans les espaces publics[2]. Dans une déclaration, Lawson écrit : « Mon travail négocie une connaissance de l'égoïsme à travers une dimension profondément corporelle ; les photographies parlent de la façon dont la sexualité, la violence, la famille et le statut social peuvent être écrits, parfois littéralement, sur le corps »[11].

En 2011, Jessie Wender du New Yorker décrit les portraits de Lawson comme « intimes et inattendus »[12]. Dans l'interview de Wender avec Lawson, la photographe discute de ses inspirations. Lawson y déclare : « Formellement, les images sont unifiées par une voix de réalisatrice claire. La pose, l'éclairage et l'environnement du sujet sont tous soigneusement pris en compte »[12].

Lawson a déclaré que son travail le plus difficile ou le plus réussi est The Garden, qui fait référence à la scène de l'Éden dans la peinture de Jérôme Bosch, Le Jardin des délices[6]. En 2014, Lawson se rend en République démocratique du Congo pour chercher des références pour sa vision de l'Éden, et ce voyage l'amène à Gemena, qui devient le cadre de The Garden[6].

Alors que de nombreuses photographies de Lawson sont prises à New York, elle a également photographié des sujets en Louisiane, en Haïti, en Jamaïque, en Éthiopie et en République démocratique du Congo[13]. Elle a exprimé l'espoir qu'à travers le voyage, son travail puisse refléter la manière dont la culture noire n'est pas confinée par des frontières physiques[13].

En novembre 2015, Lawson est chargée par Time de photographier les survivants et les familles des victimes de la fusillade de l'église de Charleston[14].

En 2016, une photographie de Lawson, Binky & Tony Forever, est utilisée comme pochette pour Freetown Sound (en), le troisième album de Devonté Hynes[15]. La photographie est prise dans la chambre de Lawson et représente le jeune amour, en mettant l'accent sur la figure féminine - « le regard féminin, et son espace, et son amour », selon les mots de Lawson[15].

La photographie à grande échelle de Lawson, Ring Bearer (2016)[16], est présentée à la Whitney Biennial 2017[17].

Le film Queen and Slim (2019) est inspiré par une photographie de Lawson capturant une représentation intime de l'expérience noire et des intérieurs stylisés de la maison[18],[19],[20]. En 2019, Lawson photographie Melina Matsoukas, la réalisatrice du film[21].

Récompenses[modifier | modifier le code]

Expositions[modifier | modifier le code]

Expositions personnelles[modifier | modifier le code]

Expositions collectives[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) « Deana Lawson », sur gf.org (consulté le 4 mai 2017).
  2. a et b (en) « New Photography 2011, Deana Lawson », sur moma.org (consulté le 4 mai 2017).
  3. (en) « Deana Lawson (American, 1979) », sur mutualart.com (consulté le 4 mai 2017).
  4. a et b (en) « Profile »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur arts.princeton.edu.
  5. (en) Great women artists, Phaidon Press, (ISBN 0714878774), p. 235.
  6. a b et c (en) « Deana Lawson - Interview Magazine », sur interviewmagazine.com, (consulté le 7 décembre 2017).
  7. a b et c (en) « In Conversation with Deana Lawson », sur whitehotmagazine.com, (consulté le 4 mai 2017).
  8. (en) Arthur Lubow, « Deana Lawson Reveals Hidden Grandeur in Her Uncanny Portraits », sur nytimes.com, (consulté le 8 mars 2019).
  9. a et b (en) « Deana Lawson », sur arts.princeton.edu (consulté le 4 mai 2017).
  10. (en) Doreen St Félix, « Deana Lawson's Hyper-Staged Portraits of Black Love », sur newyorker.com, (consulté le 25 mars 2018).
  11. (en) « Deana Lawson », sur cpw.org (consulté le 25 mars 2018).
  12. a et b (en) « Deana Lawson's Intimate Strangers », sur newyorker.com, (consulté le 4 mai 2017).
  13. a et b (en) « Deana Lawson: Ruttenberg Contemporary Photography Series », sur artic.edu, (consulté le 4 mai 2017).
  14. (en) Olivier Laurent, « Telling Charleston's Story in Photographs », sur time.com, (consulté le 4 mai 2017).
  15. a et b (en) « The True Story Behind The Cover Of Blood Orange's Freetown Sound », sur thefader.com, (consulté le 4 mai 2017).
  16. (en) « The Cutting-Edge Sincerity of the Whitney Biennial », sur newrepublic.com (consulté le 30 mars 2018).
  17. (en) Josephine Livingstone, « The Cutting Edge Sincerity of the Whitney Biennial », sur newrepublic.com, (consulté le 10 mai 2017).
  18. (en) « Forward 50 | Melina Matsoukas: The camera queen », sur forward.com, (consulté le 18 février 2020).
  19. (en) Reggie Ugwu, « With ‘Queen & Slim,' Melina Matsoukas Steps Beyond Beyoncé », sur nytimes.com, (consulté le 18 février 2020).
  20. (en) « From Beyoncé to the big screen: the whirlwind rise of Melina Matsoukas », sur economist.com, (consulté le 18 février 2020).
  21. (en) « Melina Matsoukas' 'Queen & Slim' is redefining Hollywood », sur story.californiasunday.com, (consulté le 18 février 2020).
  22. (en) « IPF Grant Recipients », sur aaronsiskind.org, (consulté le 29 juin 2020).
  23. (en) « Deana Lawson: Mother Tongue », sur artsy.net (consulté le 25 mars 2018).
  24. (en) « Deana Lawson », sur artsy.net (consulté le 25 mars 2018).
  25. (en) « New Work », sur artsy.net (consulté le 25 mars 2018).
  26. (en) « Deana Lawson », sur cmoa.org (consulté le 9 mars 2019).
  27. (en) « The Underground Museum », sur theunderground-museum.org (consulté le 9 mars 2019).
  28. (en) « Exhibition Deana Lawson: Centropy », sur contemporaryand.com, (consulté le 10 juin 2020).
  29. (en) « Secession Secession », sur artsy.net (consulté le 25 mars 2018).
  30. (en) « Rhona Hoffman Gallery at EXPO CHICAGO », sur artsy.net (consulté le 25 mars 2018).
  31. (en) « Evoking spirit: contemporary art in dialogue with keeping secrets », sur artsy.net (consulté le 25 mars 2018).
  32. (en) « Group Exhibition: 40 Years Part 2: Gender. Race. Identity », sur artsy.net (consulté le 25 mars 2018).
  33. (en) « Black Cowboy », sur artsy.net (consulté le 25 mars 2018).
  34. (en) « List of Artists Announced for 2017 Whitney Biennial », sur news.artnet.com, (consulté le 25 mars 2018).
  35. (en) « American Family: Derrick Adams and Deana Lawson », sur gordonparksfoundation.org (consulté le 9 mars 2019).
  36. (en) « Binky and Tony Forever », sur risdmuseum.org (consulté le 13 mars 2019).
(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Deana Lawson » (voir la liste des auteurs).

Liens externes[modifier | modifier le code]