Damien Bancal

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Damien Bancal
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Nationalité
Activité

Damien Bancal, né le , à Saint-Flour, dans le Cantal, est un journaliste français traitant des articles au sujet de la délinquance informatique. Il est notamment le fondateur du site web zataz.com.

Biographie[modifier | modifier le code]

Après l'obtention, en 1995, de son baccalauréat économique au lycée Jean-Bart de Dunkerque, il suit les cours de l'Institut supérieur de communication et publicité de Lille (BTS en communication et publicité) puis de l'HEIG de Bordeaux, d'où il sort en 1999 avec une maitrise en publicité et communication[1],[2].

En 1990, Damien Bancal lance le fanzine CJC (Contre les jeux cons), qui sera renommé Cocoon, puis CCC (Croco Computer Club, clin d'œil au Chaos Computer Club allemand), et enfin HES (Hackito ergo sum). C'est en 1998 qu'avec Éric Romang lui vient l'idée d'explorer le format web ; quelques mois plus tard zataz.com était en ligne.

Damien Bancal est petit à petit arrivé à se frayer une réputation médiatique d'expert en matière de délinquance informatique[réf. nécessaire], qu'il a réussi à obtenir grâce à son métier de journaliste : il a en effet travaillé dans un grand nombre de rédactions (01Net, La Voix du Nord, Europe 2, Capital sur M6, etc.), et il fut longtemps un des rares journalistes à s'intéresser à la délinquance informatique. En plus de ses livres et de Zataz, il est régulièrement invité dans des émissions de radio[3] et de télévision. L'hebdomadaire Le Monde 2 lui a en outre consacré un article[4] dans lequel il revient sur sa carrière et sur le sens de son travail. Depuis le mois de septembre 2009, il est chroniqueur[5] dans l'émission hebdomadaire Brunch[6], diffusée par la chaîne de télévision régionale France 3 Nord-Pas-de-Calais Picardie.

Damien Bancal a par ailleurs fondé le site web stars-buzz.com[7],[8], mêlant information people et nouvelles technologies.

Polémiques et affaires[modifier | modifier le code]

Fermeture AlloTracker[modifier | modifier le code]

Damien Bancal a posté un article sur le tracker AlloTracker. Disant qu'il était engagé dans le trafic de copies de contenu illégal. L'administrateur de AlloTracker a eu la lourde décision de le fermer pour éviter tout problème. Depuis cette fermeture Damien Bancal a modifié de nouveau son article en disant que AlloTracker était en étroite collaboration avec Serenity / Addicted[9],[10].

Relations avec le milieu underground du hacking[modifier | modifier le code]

Damien Bancal est, depuis toujours, vivement critiqué dans le milieu underground du hacking, pour son travail, son attitude ambigüe vis-à-vis de ce milieu et certains de ses propos.

Par exemple, il était à une époque surnommé « l'ami des pirates » ou « le Chevalier Blanc d'Internet » par la presse généraliste. Il cherchait à infiltrer ce milieu pour ensuite publier des articles, qui souvent prenaient quelques distances avec la réalité. Le magazine électronique underground Cryptel a dénoncé cette attitude ambigüe dans un article au ton très vindicatif paru dans son quatrième numéro (daté de mai 1999). D'autres sites web ont également fait état de critiques analogues[11], de même que d'autres magazines électroniques underground, comme Headlights par exemple.

Fermeture de madchat.org[modifier | modifier le code]

Au début de l'année 2001, deux jeunes mineurs Versaillais se font arrêter pour fraude aux télécommunications (piratage d'un PABX). Ils déclarent alors avoir pour cela suivi des indications trouvées dans le magazine électronique underground Cryptel qu'ils avaient téléchargé sur le site web madchat.org[12]. La police cherche alors à contacter les responsables de ce site, et en premier lieu Damien Bancal, malgré le fait qu'il n'était en réalité que le contact administratif (whois) de ce site administré par d'autres personnes. Il ne sera finalement pas inquiété, et madchat.org rouvrit par ailleurs ses portes l'été suivant[13], soit six à huit mois plus tard.

Méthodes d'obtention de diffusion de l'information[modifier | modifier le code]

Bien que Damien Bancal affirme[14] actuellement suivre un protocole strict en ce qui concerne l'obtention et la diffusion d'informations concernant des faits de piratage, son attitude est néanmoins fréquemment remise en question[15].

Ainsi par exemple en 1999, Michel Meyer, alors PDG de Multimania a vivement critiqué Damien Bancal et a qualifié ses méthodes d'illégales[15].

Procès de Zataz à la suite de la plainte de Forever Living Products[modifier | modifier le code]

À la suite de la publication d'un article relatant une défaillance de sécurité d'une entreprise vulnérable (Forever Living Products) (faille ayant pour conséquence l'accès à des données de la société via un moteur de recherche FTP public situé en Russie) publié sur le site Zataz.com, Damien Bancal se retrouva face à la justice. En effet, après l'avoir remercié de son aide, la société Forever Living Product a porté plainte en décembre 2008 amenant Damien Bancal devant les tribunaux. D'abord au civil (pour le forcer à retirer l'article de son site) et ensuite face au tribunal pénal (où il était poursuivi pour diffamation)[16].

L'argument de la multinationale fut que, si Damien Bancal avait eu accès aux données de la société, il n'avait pu le faire qu'en piratant leur site web.

Damien Bancal a été d'abord condamné au civil et relaxé au pénal. Damien Bancal a alors fait appel de sa condamnation civile et Forever Living Product fait appel de la relaxe au pénal.

En seconde instance, Damien Bancal a été condamné au civil à retirer l'article et à rembourser 3 500 euros de frais de justice à la multinationale. Zataz a alors sollicité la générosité de son lectorat pour payer avocat et frais occasionnés par l'affaire judiciaire, qui atteindraient selon lui plus de 10 000 euros. La somme d'environ 4 000 euros fut récoltée[17].

Face à cette mauvaise publicité, Forever Living Product s'est désisté dans le procès pénal et s'est engagé à ne pas réclamer les 3 500 euros à Damien Bancal. Damien Bancal a donc été relaxé lors de l'audience au tribunal correctionnel[18].

Publications[modifier | modifier le code]

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • 2001 : Hackers et pirates sur Internet, Desmaret, coll. « Comportement », Strasbourg, 186 p. (ISBN 2-913675-09-3)
  • 2002 : Hackers ! Le 5e pouvoir : Qui sont les pirates de l'Internet ?, avec Yannick Chatelain et Loïc Roche, Maxima, Paris, 171 p. (ISBN 2-84001-302-9)

Articles et contributions[modifier | modifier le code]

  • 2001 : « Le défacement, piratage en vogue », dans Technologies internationales, ADIT, no 80, décembre 2001-janvier 2002, p. 33–36 (ISSN 1165-8568)
  • 2003 : « Pirates, le Web en danger », dans Copyright / Copywrong : Actes du colloque, Le Mans / Nantes / Saint-Nazaire, février 2000, MeMo, Nantes, 252 p. (ISBN 2-910391-43-4)
  • 2004 : « À l'abordage des films via internet », dans Les Nouveaux Dossiers de l'audiovisuel, Institut national de l'audiovisuel, no 1 « Piratage : Arme de destruction massive de la culture ? », septembre-octobre 2004, p. 22–23 (ISSN 1769-101X)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Damien Bancal (Zataz) : “Le problème de la sécurité ? Surmédiatisé non, mal expliqué certainement” », sur JDN Chat, Le Journal du Net, 30 septembre 2003.
  2. « Profession : High tech, Damien Bancal, Webmaster, Zataz.com », sur EmploiCenter, Le Journal du Net, mars 2000.
  3. « La cybercriminalité », numéro de l'émission Osmose, sur France Inter, 16 mars 2008.
  4. Laurent Carpentier, « Une vigie chez les pirates », dans Le Monde 2, 25 janvier 2008 (reproduction sur Libertés Internet).
  5. http://www.lavoixdunord.fr/Locales/Seclin/actualite/Secteur_Seclin/2009/09/12/article_un-seclinois-chroniqueur-vedette-de-fran.shtml
  6. http://nord-pas-de-calais-picardie.france3.fr/brunch/index.php
  7. http://www.stars-buzz.com/a-propos/
  8. http://bluetouff.com/2009/07/28/armee-numerique-stars-buzz-ecrit-un-monceau-daneries/
  9. http://www.zataz.com/news/21240/serenity--addicted--arrestation--bayonne--warez--camcord.html
  10. http://www.journaldupirate.com/allotracker-ferme-ses-portes/
  11. Capitaine KIDD, « Zataz.com, le Voici de l'underground ? », sur paranos.com, 21 octobre 2001 (version enregistrée par Internet Archive au 22 janvier 2008).
  12. Jean-Marc Manach, « La curiosité des hackers est un vilain défaut », sur transfert.net, 18 février 2001.
  13. http://www.transfert.net/Le-petit-chat-n-est-pas-mort
  14. le protocole d'alerte que Damien Bancal affirme respecter en ce qui concerne son travail pour Zataz]
  15. a et b Affaire Multimania: 70 000 mots de passe de sites personnels circulent sur le Web - Le Journal du Net (Juin 1999)
  16. http://www.pcinpact.com/actu/news/48753-zataz-faille-securite-trou-signalement.htm
  17. http://www.zataz.com/news/19509/zataz--jugement-sur-la-forme.html
  18. http://www.pcinpact.com/actu/news/53155-zataz-plein-le-cul-fermer-portes.htm

Articles connexes[modifier | modifier le code]