Culture maker

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Un panneau dans la Silicon Valley qui exhorte l'automobiliste : "Inventez.".

La culture maker (de l'anglais make, lit. faiseur) est une culture (ou sous-culture) contemporaine constituant une branche de la culture Do it yourself (DIY) (qu'on peut traduire en français par « faites-le vous-même ») tournée vers la technologie et la création en groupe. La communauté des makers apprécie de prendre part à des projets orientés ingénierie. Les domaines typiques de ces projets sont ainsi l'électronique, la robotique, l'impression 3D et l'usage des machines-outils à commande numérique (CNC), mais également des activités plus traditionnelles telles que la métallurgie, la menuiserie, les arts traditionnels et l'artisanat.

Cette culture met l'accent sur une utilisation innovante de la technologie et encourage l'invention et le prototypage. Une attention toute particulière est portée à l'apprentissage de compétences pratiques et à l'application de celles-ci de manière créative. La culture maker est née aux États-Unis puis a été popularisée en Europe.

Définition du make[modifier | modifier le code]

Selon Michel Lallement, le make est un travail qui trouve en soi même sa propre finalité. C'est une activité que l'on exerce pour se faire plaisir, se divertir et qui n'a pas d'autre but : ce qui compte est l'action de faire et non le résultat du faire[1],[2].

On parle plus généralement d'un mouvement (le « mouvement maker ») que d'une culture ou d'une sous-culture, selon Chris Anderson, auteur d'un ouvrage pionnier sur les makers[3].

Valeurs[modifier | modifier le code]

La culture maker met l'accent sur l'apprentissage par la pratique dans un cadre social. Elle se concentre ainsi sur un apprentissage informel, communautaire, collaboratif et partagé via un patrimoine informationnel commun motivé par l'amusement et l'accomplissement personnel[4],[5]. Elle encourage l'application des nouvelles technologies et l'exploration de l'intersection entre des domaines traditionnellement séparés comme la métallurgie, la calligraphie, la réalisation vidéo et la programmation informatique[6],[7]. Les interactions communautaires et le partage de connaissance sont souvent réalisées via les réseaux informatiques grâce à des sites Internet et des médias sociaux qui forment la base des archives et les canaux principaux de partage d'information et d'échange d'idées. Les réunions physiques dans les espaces partagés comme les makerspaces (littéralement « espaces de faiseurs ») sont également un vecteur important du partage de l'information. La culture maker a attiré l'intérêt d'éducateurs s'interrogeant sur le manque d'engagement des étudiants à l'encontre des sujets scientifiques (technologie, ingénierie, mathématiques...) dans le cadre classique de l'éducation. La culture maker est vue comme ayant le potentiel de contribuer à une approche plus participative et de créer de nouvelles voies vers des sujets en les rendant plus vivants et plus pertinents aux yeux des étudiants.

Hackers et Makers[modifier | modifier le code]

Tiers lieux de cocréation[modifier | modifier le code]

Un tiers-lieu, notion développée par Ray Oldenburg[8], est un lieu entre la sphère privée (la maison) et la sphère professionnelle (le lieu de travail) qui peut être un espace de rencontre, d'échanges et d'activités. Dans le cas des makers, ces lieux peuvent être définis comme des tiers-lieux de cocréation, à savoir des lieux de création en commun où la sérendipité des rencontre va de pair avec celle ces innovations.

L'éclosion de la culture maker est très liée à celle des hackerspaces (littéralement « espaces de hackers ») et makerspaces, notamment grâce à la démocratisation d'un modèle cadré par le MIT, les fab labs (ou « fablabs » pour « fabrication laboratory », « laboratoire de fabrication » en anglais). Les définitions de ces lieux sont parfois ambiguës et leurs frontières floues[2] : chaque espace a développé ses particularités en fonction de l’environnement local, tout en s’inscrivant dans un contexte global et dans les valeurs générales du make. Les makerspaces permettent ainsi aux personnes ayant le même état d'esprit de partager leurs idées, leurs outils et leurs compétences[9].

On dénombre plus de 200 fab labs en France[10] et plus de cent makerspaces en Allemagne et aux États-Unis[11]. Parmi les lieux célèbres, on peut citer le hackerspace Noisebridge (à San Fransisco), le Chaos Computer Club (le premier hackerspace allemand, situé à Berlin), NYC Resistor et TechShop, qui sont directement associés à la culture maker. En France, on peut citer l’Artilect[12] (le premier fab lab français), le AV.LAB[13] ou le Faclab[14]. D'autres endroits s'identifient également avec cette culture au sein d'universités traditionnelles à orientation technique, comme le MIT (lieu de naissance du modèle des fab labs, qui a permis la diffusion de la culture maker). Ces mêmes schémas arrivent en France, avec le digiscope[15] ou le Téléfab[16] (IMT Atlantique). Avec la popularisation de la culture maker, les hackerspaces et fab labs deviennent plus courants dans les universités[17].

Des valeurs proches[modifier | modifier le code]

2017-fr.wp-orange-source.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (mai 2019)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Le hack, comme les makers l'entendent, est le détournement créatif de l'utilisation habituelle d'un objet ou d'une technique. Il se différencie du crack, qui consiste à s'introduire illicitement dans des systèmes informatiques dans le but d'accéder à des ressources.

On peut, dans une certaine mesure, considérer le make, comme une forme spécifique de hack, le but étant d’être à la fois efficace et écologique, mais également de le faire avec élégance et ingéniosité, en détournant l’usage traditionnel d’un outil ou d’un objet[18]. Le make est, dans une moindre mesure, une culture de l’échec, où chaque essai, à la manière d’un scientifique, chaque nouvelle expérimentation est source d'apprentissages pour l’utilisateur et le groupe.

Des pratiques similaires[modifier | modifier le code]

Le Petit Fablab de Paris.

On peut également tracer un parallèle entre les hackers et les makers en matière de pratiques. Le monde des makers est parfois en lien avec de grandes entreprises[19], leur tâche est semblable à celle d’un ingénieur ou d’un scientifique, mais dans un cadre amateur, voire pro-amateur. Selon Eric von Hippel, ce sont des acteurs ordinaires, des particuliers hors entreprise, mais plongés dans un contexte local, qui répondent à leurs besoins en fonction des ressources disponibles dans leur environnement proche et qui sont un important vecteur d'innovation[20]. Témoins de cet engouement, certaines universités ont ainsi déjà commencé à former des « fabmanagers » ou des facilitateurs[21].

Les makers, comme les hackers, valorisent la libre circulation de l’information. Pour inciter de telles pratiques, certains fab labs réduisent les coûts d’utilisation des machines pour leurs membres qui partagent les plans de leurs prototypes sur les plateformes du lab ou d'autres plateformes comme Thingiverse[22], Cults, CubeHero[23] ou Instructables.

Médias[modifier | modifier le code]

Quelques médias sont associés à la culture, comme Make (en), un magazine publié depuis 2005 par O'Reilly Media, ou le blog populaire Boing Boing. L'éditeur de Boing Boing, Cory Doctorow, est l'auteur d'un roman, Makers, qu'il décrit comme un livre à propos de « personnes qui hackent le hardware, les business-models et des styles de vies pour découvrir des façons de rester en vie et d'être heureux même quand l'économie part à la dérive »[24]. En France, on retrouve également Hackable[25], Silex ID[26], Makery[27] ou La Fabrique[28] dans les médias directement associés à la culture.

Maker Faire[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Maker Faire.
Maker Faire en 2007 à San Mateo, en Californie.

Depuis 2006 la sous-culture a organisé de manière régulière des évènements partout dans le monde, des Maker Faire, qui en 2012 ont attiré un public de 120 000 personnes[29],[30].

De plus petits évènements, organisés par des communautés, appelés « Mini Maker Faire », ont aussi vu le jour dans divers endroit où une Maker Faire organisée par O'Reilly n'avait pas eu lieu[31],[32],[33]. Maker Faire fournit un kit de démarrage de Mini Maker Faire pour encourager l'éclosion de Maker Faire locales. La première Maker Faire de France a eu lieu à Saint-Malo en 2013[34].

Les Makers, une communauté[modifier | modifier le code]

Les makers peuvent incarner un renouveau de communautés de type organique, définis par Ferdinand Tönnies comme des ensembles d'individus unis par des liens d'affection et non d'intérêt[35]. En effet, les fab labs et makerspaces favorisent entre les individus les liens faibles avec une réciprocité des échanges. Cette forme d'organisation sociale est semblable à celle que décrit Barry Wellman lorsqu'il reprend la notion de village planétaire dans lequel les dons se font par le troc d'« idées »[36].

Les makerspaces, hackerspaces, fab labs et autres tiers lieux de co-création sont ainsi un moyen de laisser libre cours à la créativité des membres, du fait des ressources matérielles, intellectuelles et humaines disponibles sur place. Il en découle une nouvelle forme de Do it yourself : le « Do it with (the) others », voire « Do it for (the) others ». Dans les makerspaces et les autres lieux de création se forme ainsi une communauté d’entraide du bricolage. La coprésente est également un vecteur de sociabilité et un gage de cohésion des membres, le fait de bricoler à plusieurs évite l’isolement qui guette parfois certains individus un peu jeunes, proches des milieux hacker, dont les rythmes de vie et les activités ne permettent pas le contact humain, mais également les retraités qui, ayant perdu des proches, trouvent dans la pratique du make en commun un moyen de renouer des liens et d’avoir des relations sociales. Michel Lallement ajoute également que les espaces tels que les makerspaces ont dû se doter de structure et de règles afin de s’institutionnaliser, et que poser un tel cadre avec des règles permet d’éviter des dérapages liés à une mauvaise hygiène de vie[2].

La coprésence et le fait de se retrouver physiquement est un avantage pour les makers car elle « aide à donner consistance aux envies des uns et des autres »[2] : le fait de se rencontrer physiquement et non plus seulement dans un environnement à distance permet une meilleure cohésion du groupe. De même, dans les hackerspaces, et les fablabs, la collaboration est « basée sur de l’implication fluide et volontaire ». On observe en effet dans ces lieux un certain « papillonnage intellectuel » : chacun peut observer le travail du voisin, voire l'aider, le conseiller ou lui demander conseil. Chaque rencontre constitue un potentiel échange d’idées et un creuset d’innovation qui ne dépend que de l’engagement individuel des personnes impliquées. Il faut néanmoins nuancer ce propos : le paradoxe propre à la culture Internet, à la culture numérique du « alone together » (« seuls ensemble »)[37] ne disparaît pas des makerspaces et des hackerspaces. En effet, la culture maker promeut le travail en commun et la collaboration désintéressée, mais les makers ne sont en rien obligés de se soumettre à ses principes, même s'ils y adhèrent. Le travail personnel peut ainsi parfois l'emporter sur la communauté.

Économie locale[modifier | modifier le code]

Selon le chercheur et politologue Yannick Rumpala, les fab labs peuvent contribuer au retour des outils et des équipements technologiques au niveau local, et avec eux les compétences et la résolution de problèmes locaux[38], comme l’avait pensé Neil Gershenfeld : « Et au lieu d’apporter les technologies de l’information aux masses, les ab labs montrent qu’il est possible d’apporter les outils pour le développement de ces technologies, afin de développer et de produire des solutions technologiques locales à des problèmes locaux[39]. »

Critique[modifier | modifier le code]

Nombre de critiques ont été faites à l'encontre de la revendication de la culture maker comme moyen d'apprentissage innovant.

Du neuf avec du vieux[modifier | modifier le code]

La culture maker ne serait que le recyclage d'une pratique ancestrale. Depuis toujours, des amateurs font des choses par eux-mêmes. Ainsi, au xxe siècle, la radio-amateur et le radiomodélisme sont des innovations qui ont démarré dans un garage, un hangar ou un grenier.

De même, l'évolution des hobbies vers des business à profit a une longue histoire. Un exemple fameux est celui de la relation entre le Homebrew Computer Club et l'entreprise Apple, dans laquelle Steve Jobs a pris part à la culture maker via son intérêt porté très tôt vers les kits d'électronique Heathkit (en). « Les kits ont appris à Steve Jobs que les produits étaient une manifestation de l'ingéniosité humaine et non des objets magiques tombés du ciel », écrit un auteur économique, qui ajoute « ça lui a donné un niveau de confiance en soi terrible, par rapport au fait qu'à travers l'exploration et l'apprentissage n'importe qui peut comprendre les choses dans son environnement qui lui paraissent compliquées »[40].

On peut toutefois considérer que la culture maker apporte une réactualisation de buts et de processus qui prennent leurs racines dans la préhistoire[41] — détourner ou créer des choses et communiquer sur la façon de faire. Cette réactualisation aide à mettre l'accent sur des buts et des processus rendus possibles et remis en forme par les innovations récentes : l’Internet, les moyens et les idées de l'open-source, l'ubiquité croissante des outils de calcul numérique de plus en plus petits, rapides, peu chers et flexibles.

Un culte matérialiste[modifier | modifier le code]

Selon Debbie Chachra, en n'accordant de valeur qu'à la fabrication, les makers risqueraient d'occulter d'autres aspects essentiels de la vie en communauté, comme l'enseignement, la critique et les soins apportés à autrui[42].

Une dépendance renouvelée[modifier | modifier le code]

Selon Evgeny Morozov, le make n'apporterait que peu d'autonomie à ses partisans, les composants de base étant toujours vendus par les entreprises ; le consumérisme n'en serait que déplacé[43]. De plus, les fonctionnalités des objets conçus seraient intrinsèquement limitées par la conception de ces composants au sein de ces mêmes entreprises.

En outre, les outils professionnels actuels fournissent un tel niveau de sophistication et ont une telle dépendance au système préexistant qu'aucune alternative « faite maison » ne serait capable de les remplacer. Le make serait donc confiné à n'être qu'un loisir et la portée politique du mouvement en serait grandement limitée.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Michel Lallement, « Travail : l'âge du faire ? », sur Sciences Humaines, (consulté le 9 mai 2019).
  2. a b c et d Michel Lallement, L'âge du faire. Hacking, travail, anarchie, Paris, Le Seuil, .
  3. Chris Anderson (trad. Michel Le Séac'h), Makers : la nouvelle révolution industrielle, Pearson, (ISBN 9782744064685, 2744064688 et 9782744066856, OCLC 826807367, présentation en ligne).
  4. (en) Mike Sharples et al., Innovating Pedagogy 2013, Open University, (lire en ligne [PDF]), « Maker Culture », p. 33.
  5. (en) Claudia Lapping et Tamara Bibby, « Journal as methodological archive: introduction to a cataloguing system for insecure knowledge », Pedagogy, Culture & Society, vol. 22, no 1,‎ , p. 1–8 (ISSN 1468-1366 et 1747-5104, DOI 10.1080/14681366.2013.877206, lire en ligne, consulté le 8 mai 2019).
  6. (en) Thomas MacMillan, « On State Street, "Maker" Movement Arrives », New Haven Independent, 30 avril 2012.
  7. (en) Chris Berry et Lisa Rofel, « Alternative Archive: China’s Independent Documentary Culture », dans The New Chinese Documentary Film Movement, Hong Kong University Press, (ISBN 9789888028528, présentation en ligne), p. 135–154.
  8. (en) Ray Oldenburg, The great good place : Cafés, coffee shops, bookstores, bars, hair salons, and other hangouts at the heart of a community, Marlowe, (ISBN 1569246815, OCLC 41256327, lire en ligne).
  9. (en) « DIY 'Hackers' Tinker Everyday Things Into Treasure », sur NPR.org (consulté le 8 mai 2019).
  10. (en) « Labs - France », sur FabLabs.io - The Fab Lab Network (consulté le 8 mai 2019).
  11. (en) Justin Lahart, « Tinkering Makes Comeback Amidst Crisis », The Wall Street Journal,‎ (lire en ligne).
  12. Artilect.
  13. AV.LAB
  14. Faclab
  15. Fablab digiscope
  16. Téléfab
  17. (en) « New student club inspired by maker subculture », sur ics.uci.edu, (consulté le 9 mai 2019).
  18. (en) Pekka Himanen, The hacker ethic and the spirit of the information age, Secker and Warburg, (ISBN 0436205505 et 9780436205507, OCLC 894864571, présentation en ligne).
  19. « Des fablabs en entreprise, lieu de co-innovation ? Xavier Gaudefroy témoigne », sur Fédération Plasturgie et Composites (consulté le 9 mai 2019).
  20. (en) Eric Van Hippel, Democratizing Innovation, MIT Press, , 220 p. (ISBN 978-0262720472, lire en ligne).
  21. « DU Métier facilitateur », sur Université de Cergy-Pontoise, (consulté le 8 mai 2019).
  22. Thingiverse
  23. CubeHero
  24. (en) Cory Doctorow, « Makers, my new novel: free downloads, donate to libraries and colleges, signings and tours », Boing Boing, 28 octobre 2009.
  25. Hackable.
  26. Silex ID.
  27. Makery.
  28. « La Fabrique DIY », sur La Fabrique (consulté le 31 décembre 2015).
  29. (en) « More than just digital quilting », The Economist, 3 décembre 2011.
  30. (en) « Maker Faire Bay Area 2012: Highlights and Headlines », On 3D Printing, 20 mai 2012.
  31. (en) « East Bay Mini Maker Faire », 23 octobre 2016.
  32. (en) Molly McGowan, « Burlington's first Mini Maker Faire a success », sur Times-News, .
  33. (en) « Maker Meetup! Saturday July 14th 2012 », sur The Reuseum, (consulté le 13 août 2013).
  34. « Le mouvement des makers a-t-il pris en France ? », sur 20minutes.fr, (consulté le 9 mai 2019).
  35. (en) Ferdinand Tonnies, Community and society, Transaction Books, 1988, ©1957 (ISBN 9780887387500, OCLC 301126232, présentation en ligne).
  36. (en) Barry Wellman, Networks In The Global Village, Life In Contemporary Communities, New York, Routledge, , 408 p. (ISBN 9780429498718).
  37. (en) Sherry Turkle, Alone together : Why we expect more from technology and less from each other (ISBN 0465093655 et 9780465093656, OCLC 1026625483, présentation en ligne).
  38. Yannick Rumpala, « « Fab labs », « makerspaces » : entre innovation et émancipation ? », Revue internationale de l'économie sociale (Recma), no 334,‎ , p. 85–97 (ISSN 1626-1682 et 2261-2599, DOI https://doi.org/10.7202/1027278ar, lire en ligne, consulté le 14 novembre 2019).
  39. (en) David Schneider, « FAB: The Coming Revolution on Your Desktop--From Personal Computers to Personal Fabrication », American Scientist, (consulté le 14 novembre 2019).
  40. (en) Leander Kahney, Inside Steve's Brain, Portfolio, (ISBN 978-1-59184-198-2), 2008, p. 196.
  41. Émilie Laystary, « La culture "maker" : le défi de transformer un état d'esprit en une vraie communauté », Mashable avec France 24,‎ (lire en ligne, consulté le 27 février 2017).
  42. (en-US) Debbie Chachra, « Why I Am Not a Maker », The Atlantic, (consulté le 18 mai 2019).
  43. (en) Evgeny Morozov, « Making It », The New Yorker, (ISSN 0028-792X, consulté le 18 mai 2019).

Voir aussi[modifier | modifier le code]