Matériel libre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Le matériel libre (en anglais : free hardware), matériel ouvert (en anglais : open hardware) ou matériel open source (en anglais : open source hardware) désigne, par analogie avec le logiciel libre et le logiciel open source, les technologies et produits physiques développés selon les principes des « ressources libres ».

Le matériel libre regroupe des artefacts tangibles — machines, dispositifs ou toutes choses physiques — dont les plans ont été rendus publics de façon que quiconque puisse les fabriquer, modifier, distribuer et utiliser. Une définition commune du matériel libre (OSHW - open source hardware, ou FLOSH – free libre open source hardware) a été proposée par différents acteurs[Lesquels ?][1], permettant de mieux définir la notion de matériel libre, ainsi donc que les licences qui s'y appliquent ou sont compatibles avec cette notion.

À l’inverse de ce concept de matériel libre, Richard Stallman a souligné que le BIOS des ordinateurs vendu en France est souvent bloqué pour n’être utilisé qu'avec Microsoft Windows : il convient alors de parler de « matériel privateur » qui limite les libertés de son utilisateur[2]. Le matériel libre ne doit pas non plus être confondu avec du matériel fonctionnant avec des logiciels gratuits qui n'ouvrent généralement pas leur code source (logiciel propriétaire).

Éléments de définition[modifier | modifier le code]

Chris Anderson, rédacteur en chef de Wired et auteur de la longue traîne affirme que « Dans la prochaine révolution industrielle, les atomes seront les nouveaux bits »[3] et évoque la voiture libre Rally Fighter, une des premières voitures de course “open source” (ses spécifications sont “libres“), développée de façon communautaire, en mode “crowdsourcing”. Dans un autre article il ajoute « si ces 10 dernières années ont permis la découverte et l’émergence, sur le web, de nouveaux modèles sociaux post-institutionnels, les 10 prochaines années les verront s’appliquer dans le monde réel »[4] :

« L’internet a démocratisé la publication, la diffusion et la communication, ce qui a eu pour conséquence d’accroître de façon massive le degré de participation et de participants dans le monde digital -la longue traîne des bits. La même chose est en train de se produire en termes de fabrication – la longue traîne des objets. Le web n’était qu’une démonstration de faisabilité (proof of concept, en VO). Maintenant, la révolution va aussi toucher le monde réel.” »

Pour Marten Mickos, ex-PDG de MySQL, cette révolution porte encore bien plus sur ce que peuvent faire les êtres humains entre eux, dès lors qu’ils se mettent en réseau :

« Auparavant, les gens collaboraient dans leurs villages. Aujourd’hui, le village, c’est la planète. Ça a débuté avec le développement de logiciels libres et open source, mais c’était une pure coïncidence : les développeurs de logiciels ont été les premiers êtres humains à véritablement embrasser l’internet. N’importe quel autre groupe peut aujourd’hui connaître de tels bouleversements : on commence à le voir avec des journalistes, chercheurs, hommes politiques, professionnels de la santé, et aujourd’hui avec des fabricants de voiture… »

Nature légale du matériel[modifier | modifier le code]

Posséder un bien matériel garantit normalement par sa nature la possibilité à des utilisateurs-propriétaires de pouvoir l'utiliser et le modifier comme bon leur semble, dans le cadre de ce qui est autorisé par la loi. La copie et la redistribution ne pose problème qu'en fonction de la part immatérielle du produit (estimée par exemple à 30 % dans le cas d'une voiture).

C'est donc la part immatérielle, souvent indissociable du matériel, qui est concernée par le principe de « matériel libre ».

La licence matériel libre à valeur légale, désigne, le plus couramment, les produits dont la part immatérielle (les informations concernant leur conception, les programmes utilisés, etc.) est libre (utilisable, modifiable et redistribuable librement).

Licence libre[modifier | modifier le code]

Richard Stallman propose d'adapter les quatre règles du logiciel libre au matériel libre [5], voici une des adaptations possibles :

  • Liberté 1 : La liberté d'utiliser le produit, pour tous les usages.
  • Liberté 2 : La liberté d'étudier le fonctionnement du produit (ainsi que des parties logicielles), de réaliser des copies du produit, et de l'adapter à ses besoins.
    • Les schémas de fonctionnement du produit, la liste des pièces, ainsi que le plan de montage doivent être disponibles.
    • Les parties logicielles doivent aussi être libres.
  • Liberté 3 : La liberté de réaliser et de redistribuer des copies du dit produit (ainsi que des parties logicielles), donc d'aider son prochain.
  • Liberté 4 : La liberté d'améliorer le produit (ainsi que ses parties logicielles) et de publier ses améliorations, pour en faire profiter toute la communauté.

Richard Stallman rappelle que plus généralement ce sont les principes de « Liberté, Égalité, Fraternité » qui sont l'origine du développement du logiciel libre, et subsidiairement pour les licences matériel libre qui découlent de cette philosophie[6].

Licences matériel libre[modifier | modifier le code]

  • licence matériel libre TAPR : rédigée par l'avocat John Ackermann, examinée par les dirigeants de la communauté des logiciels libres Bruce Perens et Eric S. Raymond, et discutée par des centaines de volontaires dans une communauté ouverte de discussion[7]. Selon cette licence : Le matériel libre est une chose - un objet physique, soit électrique ou mécanique - dont l'information liée à la conception est disponible et utilisable par le public d'une manière qui permet à quiconque de faire, modifier, distribuer, et utiliser un objet matériel.
  • Balloon Open Hardware License: utilisée par tous les projets du Balloon Project.
  • CERN Open Hardware License[8] : soutenue par le CERN et principalement utilisée sur l'Open Hardware Repository.
  • Bien qu'à l'origine licence de logiciel, OpenCores encourage l'utilisation de la licence LGPL.
  • Hardware Design Public License : écrite par Graham Seaman, admin. de Opencollector.org.

Étapes d'un projet matériel libre[modifier | modifier le code]

  • Avoir une idée de projet, et un minimum de compétence pour le définir.
  • Trouver des fonds, certains des projets de matériel libre se tournent vers des plateformes internet de financement participatif.
  • Construire une communauté, avoir une bonne documentation est une composante importante dans les projets opensource en général mais c'est encore plus indispensable pour le matériel libre qui nécessite des étapes d'assemblage, la documentation doit contenir le design du matériel libre, ainsi que les montages et diverses étapes d'assemblage.
  • Produire ou faire produire.
  • Construire l'esprit de marque.

Économie[modifier | modifier le code]

La magazine Make soutenant le mouvement du matériel libre, a édité une présentation des grandes entreprises du matériel libre, avec leurs évolutions en chiffre d'affaires[9].

Eric von Hippel démontre qu'il y a deux à trois fois plus d’innovations de la part des consommateurs qu’il n’y en a dans l’industrie[10].

Arduino est utilisé par des milliers d’artistes, ingénieurs, designers et passionnés désireux de créer des objets ou environnements interactifs, indépendants, c’est en tout cas le plus vendu jusqu'aujourd'hui (plus de 100 000 unités – à partir de 20 $)[3], démontrant à nouveau qu'il existe un modèle économique crédible hors du brevetage des découvertes.

DIY Drones, lancé par Chris Anderson, est un portail communautaire permettant de développer des drônes à prix compétitif, l'entreprise a généré un chiffre d’affaires de 250 000 dollars la première année, les 2/3 à l’export, et elle espère atteindre le million d’ici trois ans. Ses principaux concurrents ? Lockheed Martin et Boeing, dont elle divise les coûts technologiques par 10, essentiellement en économisant sur les brevets et la propriété intellectuelle, en crowdsourçant la recherche et développement, tout en s’affranchissant de la bureaucratie, des commerciaux, communicants, bureaux, usines… la production étant externalisée dans un TechShop du Colorado.

Dans le même ordre de gain chiffré et de compétitivité, openfarmtech qui vise à faire de l'écologie open source, rapporte que son matériel libre coûte 8 fois moins que ses concurrents fermés[réf. nécessaire].

Lors de sa présentation “Open Everything” au parlement Européen, Michel Bauwens de P2P Foundation a mis en avant que les projets opensource ou libres visent la perfection, soit la meilleure qualité possible, les meilleurs coûts, tout en respectant les contraintes éthiques et écologiques[11],[12].

Projets de matériel libre[modifier | modifier le code]

Une liste des projets de matériels open source est consultable sur wikipédia en anglais[13].

Arts plastiques[modifier | modifier le code]

Habitat[modifier | modifier le code]

  • (en)WikiHouse : projet ouvert de développement de matériels, de logiciels et de données libres et partagés en vue de la conception et de la réalisation d’habitations avec un niveau requis minimum de compétences ou de formation[15],[16].

Appareils électroniques grand public[modifier | modifier le code]

Camera 
Baladeur numérique 
  • LYRE[19] : baladeur qui utilise le micrologiciel Rockbox (logiciel utilisable sur de nombreux autres baladeurs : Ipod, Archos, Cowon, etc.).
  • Butterfly MP3[20] : baladeur fondé sur l'AVR Butterfly.
  • Neuros Digital Audio Computer (mp3)[21].
  • Neuros OSD [22] Enregistreur vidéo.
Téléphone mobile
Console de jeux vidéo

Imprimantes 3-D[modifier | modifier le code]

Informatique[modifier | modifier le code]

Voir également une liste exhaustive d'articles de la catégorie « Matériel informatique libre ».

Clavier
Microprocesseur
  • Architecture RISC : architecture ouverte RISC-V, dont certaines implémentations ont vu le jour à partir de 2017, également utilisée au sein de microcontrôleurs (voir ci-dessous).
Microcontrôleur
  • Propeller 1 (P8X32A)[23].
  • LicheeTang : carte utilisant un microcontrôleur en FPGA utilisant un Anlogic EG4S20 (cette technologie n'est pas ouverte en elle même) et fondé sur RISC-V 32bits. Le diagramme du processeur comme de la carte sont sous licence libre[24].
  • Sino:Bit : micro-contrôleur dédié à l'éducation en Chine et créé par Naomi Wu[25].
Processeur graphique
  • OpenGraphics (Le site ne répond plus).
  • Project VGA, semble abandonné depuis 2008[26]
EEPROM

L'EEPROM contient ce que l'on appelle un firmware, également appelé BIOS dans le monde x86 sur PC. Il existe des firmware totalement différent de BIOS, comme sur certains Nettop EEEPC d'Asus, comportant un linux simple intégrant firefox.

x86 :

ARM :

  • En général l'amorcage se fait par Uboot ou CoreBoot/LibreBoot et le firmware contient directement un système Linux (GNU/Linux, Android ou Chrome OS).
Systèmes d’amorçage embarqué
Ordinateur

Dans le cas des ordinateurs, est considéré comme matériel libre la disponibilité en licence libre et à sources ouvertes des schémas fonctionnels et plans d'assemblage. Il n'est pas tenu compte ici de la licence des composants, comme dans le monde du logiciel libre, la licence du matériel sur lequel il tourne n'est pas prise en compte.

Attention :

  • Les cartes suivantes ne sont pas libres, les plans d'assemblage et schémas fonctionnels sont ouverts mais n'ont pas de licence, ils ne peuvent donc être sous licence libre : Cubieboard, Cubieboard 2 et Cubietruck.
  • Le Raspberry Pi ne fournit ni plan d'assemblage, ni schémas fonctionnels.
Smartphones

Musique[modifier | modifier le code]

  • Axoloti : synthétiseur sonore programmable sous forme de petite carte, pouvant être installé dans n'importe quel type de périphérique, fixe ou mobile.
  • Modules sonores pour rack de synthétiseur modulaire : Eurorack de Befaco[30], Monome et Mutable Instruments. Ces modules ont été portés sur la version logicielle, open source également de ce système modulaire, VCV Rack. Il et possible d'interfacer la version logicielle et matérielle via différents ports (USB, MIDI, prise jack 3,5 mm utilisant les signaux CV/gate) et modules.
  • Monome 40h : grille reconfigurable de 64 touches rétro-éclairées, utilisée via un port USB. Un lot limité de 500 monome 40h a été produit. Tous les processus de conception, les spécifications de conception, le firmware et les schémas de PCB sont disponibles en ligne[31].
  • Zoybar, Open Source Guitar[32],[33].
  • OpenStomp : pédale d'effet.

Nourriture[modifier | modifier le code]

Outils de test électronique[modifier | modifier le code]

Électronique[modifier | modifier le code]

  • Arduino : carte mère libre avec microcontrôleur permettant de contrôler différents types de matériel électronique ou électromécanique. Ils peuvent être fondés sur des processeurs AVR 8 bits d'Atmel ou STM32 32 bits de STMicroelectronics. Un outil associé permet de gérer une multitude de cartes aux processeurs différents.
  • Clones d'Arduino complètement libres : Freeduino, boarduino, Nucleo, Pinguino, etc.
  • Cartes utilisant des processeurs ARM et comportant des ports GPIO, aux mêmes fonctionnalités qu'Arduino et dotées de puissance de calcul supérieure (tous les composants de ces processeurs ne sont pas libre, comme dans le cas de l'Atmel d'Arduino).
  • Wiring : carte et système qui ont inspiré Processing et Arduino.

Fer à souder[modifier | modifier le code]

  • TS100 : type de fer à souder vendu par différentes marques, comportant une carte utilisant un STM32 de STMicroelectronics. Un firmware sous licence libre, pouvant remplacé celui livré par défaut de Miniware (E-design), utilise FreeRTOS sous sa propre licence et comporte des éléments disponibles sous licence GPLv2 et BSD[41].

Applications de conception électronique[modifier | modifier le code]

Circuits imprimés

Robotique[modifier | modifier le code]

Drones[modifier | modifier le code]

Antennes radiofréquences[modifier | modifier le code]

  • Antennes de type pagoda (signifiant pagode), antenne open source[43], que l'on peut également trouver en kit), composée d'un câble coaxial à mémoire de forme, et d'un empilement de disques en circuit imprimé (PCB) à son extrémité[44].

Radio logicielle[modifier | modifier le code]

Téléphonie[modifier | modifier le code]

  • OpenBTS[45] : logiciel libre qui permet de créer un point d'accès GSM. Openbts utilise notamment le logiciel libre asterisk et respecte la norme GSM[46].
  • OpenBSC[47].
Matériel pour réseau téléphonique
  • IP04 IP04 : IP-PBX à 4 ports, utilise Asterisk (double licence GPLv2 + prorpriétaire) et uClinux sur un processeur Blackfin [48].
  • XiVO : IP-PBX avec 4 T0 et 2 ports analogiques, utilise Asterisk qui tourne sur un processeur Intel avec un processeur Tolapai bus TDM[49].
  • Yealink : téléphones IP certifiés conformes avec FreePBX[50] et OpenIP, testés pour être compatibles avec des solutions libres (dont Asterisk).

Transport[modifier | modifier le code]

2017-fr.wp-orange-source.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (mars 2019)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Aérien[modifier | modifier le code]

  • Aeromodeller[52] : projet de montgolfière.
  • OpenVSP : logiciel de modélisation d'aéronefs, développé par la NASA pour tester leurs caractéristiques[53].

Maritime[modifier | modifier le code]

  • Xmaran[54] : projet de catamaran visant à créer une ville durable sur l'océan.
  • Open Sailing[55].

Vidéo[modifier | modifier le code]

  • Elphel : une caméra vidéo en matériel libre, accompagnée d'une solution logicielle libre également[56].
  • AXIOM (camera) (en) : projet de caméra de cinéma en matériel libre, accompagnée d'une solution libre également.

Domaine médical[modifier | modifier le code]

Matériel médical libre
  • Open Prosthetics Project : projets de prothèses libres[57],[58].
  • Open Myoelectric Signal Processor : interface matérielle de gestion des signaux du corps pour diriger des prothèses[59].
  • Whirlwind Wheelchair International : fauteuils roulants libres (design mis sous domaine public)[60].
  • Open ECG project : développement d'un matériel open source et d'une solution logicielle pour l'électrocardiographie.
  • OpenPCR : machine de duplication de l'ADN[61].
  • Open EEG : électro-encéphalographie[62].
  • echOpen : échographe portable[63].
  • Pandemic Ventilator Project : assistance respiratoire[64].
  • The Generic Infusion Pump : pompe à perfusion générique[65].
  • L’initiative pour un matériel médical open source à l’université du Wisconsin-Madison travaille à un scanner corporel médical haute résolution combiné à une machine de radiothérapie[66].
  • Raven : robot chirurgical open source (voir la photo plus haut), conçu à l’université de Washington, à Seattle[67].
  • Le programme d’interopérabilité Plug-and-Play du matériel médical est une initiative à 10 millions de dollars (financée par les instituts nationaux de la santé des États-Unis avec l’aide de la FDA) qui vise à mettre en vigueur des normes ouvertes[68].
  • La structure de coordination du matériel médical, qui est en cours de développement à l’université d’État du Kansas, vise à créer une plate-forme matérielle open source comportant des boutons et écrans interchangeables, ainsi que des logiciels les connectant à des capteurs et d’autres appareils[69].
  • Main bionique de Nicolas Huchet, inspirée du robot InMoov.
Médicament libre 
  • Transparency Life Sciences[70] : développe trois traitements pour la sclérose en plaques, les maladies vasculaires périphériquesset les maladies inflammatoires des intestins.
  • Opensource Drug Discovery[71] : recherche des médicaments opensource, libres et collaboratifs. Les découvertes résultant de ces recherches ne seront pas brevetées, mais mises à la disposition de tous, appelées « pharma virtuelle », comme d'autres initiatives telles que l'Institute for OneWorld Health[72] et la Drugs for Neglected Diseases Initiative[73].

Nourriture[modifier | modifier le code]

Culture aéroponique[74] :

  • AeroGarden[75].
  • DIY Aeroponic System[76].
Culture hydroponique
  • Hydroponie simplifié[77].
  • Windowfarm[78] : ce procédé permet de cultiver des plantes à sa fenêtre. Procédé très peu onéreux que l'on peut mettre en place soi-même avec des matériaux de récupération : bouteilles, ficelles, tuyaux et une pompe pour faire une ferme hydroponique verticale.
  • Bloombot[79].
  • hmeter : logiciel de monitoring pour la culture hydroponique[80].

Textile[modifier | modifier le code]

  • OSloom : métier à tisser Jacquard[81].
  • OpenKnit : machine a imprimer des vêtements[82].

Production d'énergie[modifier | modifier le code]

  • Exciter[83] : vélo pour produire de l'électricité.

Éoliennes[modifier | modifier le code]

  • Small wind turbine - DIY construction
  • Petite éolienne[84]
  • Urbolienne[85] : micro-éolienne urbaine conçue par AeroSeeD. Un aérogénérateur à axe vertical à voilure adaptative sous licences libres avec Copyleft, tel que TAPR Open Hardware License, CERN Open Hardware Licence, Licence Art Libre, Creative Commons Attribution, etc.[86].
  • Éolienne Piggott : gamme d'éoliennes allant jusqu'à 2 kW et dont la connaissance est gérée notamment par l'association Tripalium [87].

Panneaux solaires[modifier | modifier le code]

  • Concentrateur solaire à miroirs de Fresnel[88],[89].
  • Open Source Heliostat Projects[90]
  • Solar Fire[91].

Pompes à chaleur[modifier | modifier le code]

  • Solar Heat Pump Electrical Generation System[92].

Systèmes de suivi[modifier | modifier le code]

  • OpenEnergyMonitor : projet de développement d'outils de suivi de production/consommation d'énergie compatible avec l'IDE d'Arduino[93].

Matériaux de base[modifier | modifier le code]

Spatial[modifier | modifier le code]

Voir généralement la communauté DevelopSpace[96], qui regroupe les outils libres et des liens vers d'autres communautés.

  • Copenhagen Suborbitals[97] : projet danois de construction d'une fusée emportant un être humain dans l’espace suborbital[98].
  • CSTART[99] : projet d'agence spatiale internationale libre qui travaille actuellement sur une fusée et, à plus long terme, sur une série de missions habitées culminant vers des alunissages.
Satellites
  • Open Source Satellite Initiative (OSSI)[100],[101] : conception et exploitation de satellites personnels à prix raisonnables, intégrés dans des contextes culturels et économiques[Lesquels ?] et dans des pratiques artistiques, en partenariat avec l'entreprise française de lancement de satellites Novano[102].
  • AMSAT - Radio Amateur Satellite Corporation[103].
  • CubeSat : spécification libre conçue par les universités de California Polytechnic State University (Cal Poly) et Stanford University (voir par exemple UCISAT).
  • Ristretto : projet de plate-forme satellitaire libre de type CubeSat (30 kg, 30 W, 30 cm de côté) porté par le Centre national d'études spatiales (CNES) et à destination des unités de recherche et du monde de l'enseignement, avec une visée potentiellement commerciale[104].
Satellites pour un internet libre
  • Constellation[105].
  • Hackerspace Global Grid[106].
  • Buy this satellite[107] : rachat d'un vieux satellite pour distribuer internet.
Ballons sondes
  • Weather Balloon Space Probes[108].

Autres projets[modifier | modifier le code]

Des projets plus ou moins avancés de production de produits dont la part immatérielle n'est pas soumise à des contraintes empêchant sa libre réutilisation ont commencé depuis les années 2000 environ.

Traitement des eaux 

Actualité[modifier | modifier le code]

En octobre 2010, les médias français commencent à parler du matériel libre[113],[3].

Références[modifier | modifier le code]

  1. Open Source Hardware (OSHW) ébauche de définition
  2. Interview de la TV UDF de Richard STALLMAN vs locked BIOS & DAVDSI
  3. a b et c La prochaine révolution ? Faites-la vous-même ! (lemonde)
  4. nouvelle révolution industrielle, Chris Anderson
  5. Matériel libre et plans libres pour le matériel
  6. Dialogues avec Richard Stallman
  7. transcript of all comments, hosted on technocrat.net
  8. « Le CERN lance l’initiative sur le matériel libre », sur press.cern,
  9. « Treize entreprises actives dans l'Open Source Hardware au-delà du million de dollars de CA », sur www.logiciellibre.net
  10. Eric von Hippel : il y a 2 à 3 fois plus d’innovations de la part des consommateurs qu’il n’y en a dans l’industrie (internetactu)
  11. Video “Open Everything” TEDxBrussels - Michel Bauwens - 11/23/09
  12. Présentation
  13. (en) List of open source hardware projects
  14. « Open Press Project », sur openpressproject.com
  15. (en) « WikiHouse » (consulté le 7 janvier 2018).
  16. « Communauté francophone de WikiHouse (WikiHouseFr) » (consulté le 7 janvier 2018).
  17. (en) « Article de revue et vidéo de discussion autour de la caméra Axiom de chez Apertus », sur cinema5d.com, (consulté le 7 janvier 2018).
  18. « Article sur apertus »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?)
  19. LYRE
  20. Butterfly MP3
  21. Neuros Digital Audio Computer
  22. Neuros OSD
  23. (en)Propeller 1 Open Source, sur www.parallax.com
  24. (en) « LicheeTang Anlogic EG4S20 FPGA Board Targets RISC-V Development », sur CNX Software,
  25. (en) « Sino:Bit », sur GitHub (consulté le 20 mars 2019).
  26. http://www.wacco.mveas.com
  27. (zh) Documentation, schémas, plans et spécifications.
  28. Always Innovating.
  29. (en) « The Purism Freedom Roadmap » (consulté le 22 juin 2019)
  30. (en + es) « Befaco », sur Befaco.
  31. monome
  32. Open source guitar
  33. Zoybar
  34. CandyFab Project
  35. open cola
  36. Free Beer
  37. Open Club Mate
  38. « Pocket Science Lab (PSLab) », .
  39. Pocket Science Lab
  40. « $79 Digilent OpenScope Open Source Multi-function Programmable Instrument Works over USB and WiFi (Crowdfunding) », sur CNX-Software, .
  41. (en) Ralim, « TS100 — Licence », sur Github.
  42. (en) « PULP-DroNet: open source and open hardware artificial intelligence for fully autonomous navigation on Crazyflie », (consulté le 22 juin 2019)
  43. (en) « Pagoda antenna », sur Maarten Baert(s website
  44. « Les antennes Pagoda et ce qu’il faut savoir sur les antennes FPV 5.8 ghz et leurs modifications », sur FPV-passion.fr
  45. OpenBTS Wikipedia anglais
  46. « OpenBTS : un réseau mobile open source qui pourrait changer le monde », OWNI.
  47. [1]
  48. IP04
  49. xivo
  50. (en) Preston McNair, « Yealink Endpoints now Certified for FreePBX », sur FreePBX, (consulté le 28 mars 2019)
  51. Des Voitures libres (p2pfoundation)
  52. aeromodeller
  53. (en) « About OpenVSP », sur OpenVSP.
  54. Xmaran
  55. Open sailing
  56. {http://www3.elphel.com site d'Elphel]
  57. The Open Prosthetics Project
  58. « Des prothèses libres pour mieux vivre », Framablog, 12 novembre 2010.
  59. (en)Open Myoelectric Signal Processor
  60. Whirlwind Wheelchair International
  61. OpenPCR
  62. Open EEG
  63. « echOpen », sur echOpen (consulté le 14 novembre 2015).
  64. Pandemic Ventilator Project
  65. (en) The Generic Infusion Pump (GIP)
  66. Scanner corporel médical haute résolution combiné à une machine de radiothérapie
  67. « Surgical robots to provide open-source platform for medical robotics research », UW News, 12 janvier 2012.
  68. programme d’interopérabilité Plug-and-Play du matériel médical
  69. La structure de coordination du matériel médical
  70. Transparency Life Sciences
  71. Opensource Drug Discovery
  72. OneWorld Health
  73. Drugs for Neglected Diseases Initiative
  74. Future Food For Cities : culture autonome de légumes dans une boîte à peine plus grande qu'un réfrigérateur. Les jardins aéroponiques peuvent économiser 90 % de l'eau utilisée dans un jardin classique, et le taux de croissance peut être de 25 % plus élevé que dans les jardins au sol, les niveaux d'oxygène dans l'air étant beaucoup plus élevés que dans le sol. Un supplément de 40 % de taux de croissance supplémentaire peut être obtenu par la culture des plantes dans des atmosphères enrichies en CO2.
  75. Aeroponic AeroGarden Conversion
  76. DIY Aeroponic System
  77. Hydroponie simplifié, Ekopedia
  78. windoFarm
  79. Bloombot
  80. hmeter
  81. Open source loom, site du projet.
  82. OpenKnit
  83. exciter
  84. How to Build a Small Wind Turbine, Howtopedia.
  85. Wiki du projet Urbolienne
  86. Page regroupant les différentes mentions du projet de Micro-Éolienne AeroSeeD
  87. « Tripalium », (consulté le 13 avril 2015).
  88. « Concentrateur solaire, de quoi s’agit-il ? » [archive du ], sur www.osefrance.fr (consulté le 13 avril 2015).
  89. Category:Solar Concentrator, Open source ecology.
  90. Open Source Heliostat Projects
  91. SolarFire
  92. Solar Heat Pump Electrical Generation System - SHPEGS
  93. OpenEnergyMonitor
  94. Open source aerogel
  95. How-To: Make Your Own Aerogel
  96. DevelopSpace
  97. Copenhagen Suborbitals
  98. « Lancement imminent de la première fusée open source ».
  99. Cstart
  100. Open Source Satellite Initiative
  101. Song Hojun, D.I.Y. Satellite, 2009.
  102. OSSI & Novano
  103. AMSAT - Radio Amateur Satellite Corporation
  104. Le périmètre du projet semble en cours de réévaluation au CNES (octobre 2010) : Étude d'un projet satellite étudiant en Open Source, synthèse des études préliminaires réalisées sur les projets étudiants, en particulier RISTRETTO (satellites/ballons et réseau de stations). Proposition d’une architecture système et d’une organisation pour la concrétisation de telles idées de projets.
  105. « Constellation »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?).
  106. Hackerspace Global Grid
  107. Buy this satellite
  108. Weather Balloon Space Probes in MAKE Volume 24, John Baichtal.
  109. Bug Labs
  110. AguaClara
  111. « Fondation Akvo », sur Akvo Foundation (consulté le 28 mars 2019).
  112. akvopedia
  113. « La prochaine révolution ? Faites-la vous-même ! », OWNI, 29 octobre 2010.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • J. Wenger, L'open source hardware, Mémoire de bachelor, Haute école de gestion de Genève, 2013 ; TDIG 107