Crying Freeman

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Crying Freeman (homonymie).
Crying Freeman
クライング フリーマン
(Kuraingu Furīman)
Type Seinen
Genre aventure, drame
Thèmes crime, arts martiaux
Manga
Scénariste Kazuo Koike
Dessinateur Ryoichi Ikegami
Éditeur (ja) Shogakukan
(fr) Glénat, Kabuto
Prépublication Drapeau du Japon Weekly Big Comic Spirits
Sortie initiale
Volumes 10[réf. souhaitée]
OAV japonais
Réalisateur
Scénariste
Studio d’animation Toei Animation
Compositeur
Durée 52 min
1re diffusion
Épisodes 6

Crying Freeman (クライングフリーマン, Kuraingu Furīman?) est une série de seinen manga écrite par Kazuo Koike et dessinée par Ryôichi Ikegami. Elle a été prépublié dans le magazine Weekly Big Comic Spirits de Shogakukan du jusqu'en 1988[1].

Pré-publié en français dans la revue Kaméha aux éditions Glénat, puis publiée chez le même éditeur, la publication fut interrompue après deux volumes. Aujourd'hui, ce sont les Éditions Kabuto qui ont repris la série, dont le neuvième volume a été traduit en novembre 2006. La série originale compte dix volumes.

Résumé[modifier | modifier le code]

Un potier japonais est enlevé, drogué, puis utilisé comme tueur par une organisation mafieuse chinoise. Après avoir mené sa première mission avec succès, à la surprise de ses commanditaires, il devient leur tueur attitré. Il est alors soumis à un rude entrainement au terme duquel un dragon est tatoué sur l'ensemble de son corps.

Tueur au sang-froid hors pair, il refuse pourtant d'abattre une jeune femme ayant vu son visage et qui pourrait le compromettre en témoignant auprès de la police ou des yakuzas, tous à la recherche du "Freeman". Après l'avoir aidée à fuir, il décide d'en faire sa femme.

Le Freeman est nommé chef des 108 Dragons, une branche fictive des Triades chinoises et son épouse est acceptée par l'organisation. Un immense tigre est alors tatoué sur son corps.

À chaque meurtre, le Crying Freeman ne peut s'empêcher de verser des larmes, d'où son surnom.

Pré-publications[modifier | modifier le code]

  • Kaméha, volume 1, juillet 1994, pp. 6-72, avec une présentation du dessinateur Ryôichi Ikegami par Marc Godin pp. 4-5

Publications[modifier | modifier le code]

Adaptations[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]