Couleurs de l'incendie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Couleurs de l'incendie
Auteur Pierre Lemaitre
Pays Drapeau de la France France
Genre Roman
Éditeur Éditions Albin Michel
Date de parution
Nombre de pages 534
ISBN 978-2-226-39212-1
Chronologie
Pierre Lemaitre, auteur de Couleurs de l'incendie

Couleurs de l'incendie est un roman de Pierre Lemaitre paru le 3 janvier 2018 aux éditions Albin Michel[1]. Il fait suite au roman Au revoir là-haut, prix Goncourt 2013[2]. Le troisième roman de la trilogie est Miroir de nos peines.

Résumé[modifier | modifier le code]

Le roman s'ouvre en 1927 sur les obsèques de Marcel Péricourt auxquelles assiste le Tout-Paris dont le président Gaston Doumergue. Madeleine, fille du défunt et sœur d'Edouard Péricourt (qui s'est suicidé sept ans plus tôt), assiste alors à la chute tragique de Paul, son jeune fils, sur le cercueil du patriarche. Cet accident laisse l'enfant paralysé. Unique héritière de l'immense empire financier laissé par son père, Madeleine doit, au pied levé, reprendre la direction de la banque familiale alors qu'elle ne possède aucune compétence dans ce domaine. Son ex-mari, le lieutenant Pradelle, séjourne en prison pour escroquerie. Seule, elle se retrouve entourée de conseillers peu scrupuleux dont son oncle Charles Péricourt. Elle doit également s'occuper de son fils handicapé et engage pour l'épauler une nurse polonaise.[3]

Le roman évolue en partie dans la France des années 1930 et brosse le portrait de nombreux personnages féminins qui doivent lutter pour leur émancipation dans une société principalement dominée par la gent masculine. Il dépeint aussi une Europe plongée dans la montée des totalitarismes (nazisme, fascisme, franquisme, communisme), qui voit chaque jour la paix vaciller davantage.

Accueil critique[modifier | modifier le code]

L'engouement suscité par la sortie de Couleurs de l'incendie est en grande partie dû au grand succès d'Au revoir là-haut. La critique, unanimement favorable, évoque un roman qui se « dévore » (Olivia de Lamberterie, France Inter)[4], « une fresque romanesque » (Nicolas Carreau, Europe 1)[5] et souligne les similitudes avec l’œuvre d'Alexandre Dumas dont « la structure est celle du Comte de Monte-Cristo » (Florence Bouchy, le Monde)[6]. De manière générale, le contexte historique et le féminisme de l’œuvre marquent la presse qui évoque notamment les « turpitudes de la Troisième République » et « la tentation du fascisme chez les intellectuels » (Claire Devarrieux, Libération)[7]. Pierre Lemaitre rappelle dans un entretien accordé à Paris Match que le titre de l’œuvre est tiré d'un vers du poète Louis Aragon[8].

Adaptation[modifier | modifier le code]

Au cinéma[modifier | modifier le code]

Sources et références[modifier | modifier le code]

  1. Albin Michel, Couleurs de l'incendie : Pierre Lemaitre, , 534 p. (ISBN 978-2-226-39212-1 et 2-226-39212-2, lire en ligne)
  2. « « Couleurs de l’incendie », le retour des Péricourt », La Croix,‎ (ISSN 0242-6056, lire en ligne, consulté le 24 janvier 2018)
  3. Laurence Houot, « "Couleurs de l'incendie", de Pierre Lemaitre : pourquoi on s'est jeté avec joie sur la suite de "Au revoir là-haut" ? », sur culturebox.francetvinfo.fr, (consulté le 13 avril 2018)
  4. France Inter, « Que vaut "Couleurs de l’incendie" de Pierre Lemaitre, la suite d’"Au-Revoir là-haut" ? », France Inter,‎ (lire en ligne, consulté le 24 janvier 2018)
  5. « "Couleur de l'incendie" de Pierre Lemaitre : une fresque romanesque à la Alexandre Dumas », sur www.europe1.fr (consulté le 24 janvier 2018)
  6. « Les deux adages de Pierre Lemaitre », sur Le Monde.fr (consulté le 24 janvier 2018)
  7. Claire Devarrieux, « «Couleurs de l’incendie» : Pierre Lemaitre et les Péricourt, le retour », Libération.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 24 janvier 2018)
  8. Valérie Trierweiler, « Pierre Lemaitre, remords aux trousses », Paris Match,‎ (lire en ligne, consulté le 24 janvier 2018)