Commission de l'éducation nationale

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Hugo Kołłątaj introducteur dans les années 1777-1780 des réformes de la Commission au sein de l'Académie de Cracovie

La Commission de l'éducation nationale (en polonais Komisja Edukacji Narodowej) est une autorité éducative de la République des Deux Nations, ne dépendant que du roi de Pologne, grand-duc de Lituanie, et de la diète, fondée le 14 octobre 1773 sur la demande du roi Stanislas Poniatowski à la suite de la dissolution des jésuites.

Elle est souvent considérée comme la première administration publique moderne indépendante des Églises consacrée à l'instruction publique.

Histoire[modifier | modifier le code]

Les origines (1773)[modifier | modifier le code]

La composition originale de la Commission était de 8 personnes : 4 sénateurs et 4 nonces représentant la Couronne et le Grand-Duché de Lituanie.

Le premier président en était le prince Mgr Ignacy Jakub Massalski, évêque de Vilna, qui, convaincu de détournement de fonds dans les écoles lituaniennes, a été destitué en 1776.

Les membres les plus éminents étaient issus de grandes familles de l’aristocratie polono-lituanienne comme : Adam Kazimierz Czartoryski, Joachim Chreptowicz (pl), Ignacy Potocki (pl) et Andrzej Zamoyski. Ont fait aussi partie de la Commission Mgr Michał Poniatowski (pl), évêque de Płock, August Sułkowski (pl) et Antoni Poniński.

Dans les faits, les travaux de fond de la Commission étaient accomplis par un groupe de savants et d'artistes réunis autour d'Hugo Kołłątaj qui fixait les orientations. Les plus illustres des « experts » sont les écrivains Franciszek Bieliński (pl) et Julien-Ursin Niemcewicz, et les savants Feliks Oraczewski (pl), Andrzej Gawroński (pl), Dawid Pilchowski (pl), Hieronim Stroynowski (pl) et Grzegorz Piramowicz (pl).

Pierre Samuel du Pont de Nemours, ancien secrétaire personnel du roi, assurait le secrétariat de la Commission jusqu’à son retour en France avant son départ en émigration vers les États-Unis, où son fils a ensuite créé les bases de la fameuse société de chimie DuPont.

Première période (1773-1780)[modifier | modifier le code]

Deuxième période (1781-1788)[modifier | modifier le code]

Dernière période (de 1789 à 1794)[modifier | modifier le code]

Synthèse des acquis de la Commission[modifier | modifier le code]

  • réorganisation des écoles et du système scolaire dans son ensemble,
  • développement de nouveaux programmes dans l'esprit des Lumières,
  • création de séminaires de formation des maîtres dans les universités et académies,
  • édition des manuels scolaires innovants : 27 livres en tout ont été publiés, dont certains pour la première fois,
  • création d’une terminologie scientifique en polonais dans des matières comme la physique, les mathématiques, la chimie, la logique, la grammaire,
  • réforme des Académies de Cracovie et de Vilnius
  • création de la Société pour les livres élémentaires (Towarzystwo do Ksiąg Elementarnych),
  • introduction dans les programmes de l'histoire de Pologne et l'histoire naturelle.
  • introduction d'éléments d'éducation physique,
  • enseignement donné en polonais en non plus en latin.

Célébration de la mémoire de la commission[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]