Claudia Schiffer

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Schiffer.
Claudia Schiffer
Description de cette image, également commentée ci-après

Claudia Schiffer en 2007.

Naissance (47 ans)
Rheinberg (Drapeau de l'Allemagne Allemagne)
Nationalité Allemande
Profession Mannequin
Actrice

Claudia Schiffer (en allemand [ˈklaʊ̯dɪa ˈʃɪfɐ]) née le à Rheinberg en Allemagne, est un mannequin et une actrice de cinéma allemande. Elle a atteint le sommet de sa popularité dans les années 1990, initialement en raison de sa ressemblance avec Brigitte Bardot[1]. Elle est également le premier mannequin à avoir sa propre effigie en cire au musée Grévin de Paris.

Femme de grande taille (1,80 m), elle a les yeux bleus et les cheveux blonds.

Biographie[modifier | modifier le code]

Claudia Schiffer aux Césars de 1993.

Fille de Heinrich Schiffer (1936-2007, décédé à l'âge de 71 ans en France sur un terrain de golf à Bitche en Moselle), avocat [2], et de Gudrun, mère au foyer[3], elle est l'aînée de deux frères Stefan (né en 1974, profession imprimeur) et Andreas (né en 1983) et d'une sœur Ann Caroline (née en 1975, profession médecin).

Elle envisage de devenir avocate dans le cabinet juridique de son père jusqu'à ce qu'elle soit découverte dans une boîte de nuit de Düsseldorf en 1987 à l'âge de dix-sept ans par Michel Levaton, le propriétaire et président de l'agence de mannequins Metropolitan models. Un an après cela, elle signe déjà pour Guess Jeans son premier contrat important[4].

Révélation dans le milieu de la mode, elle démarre immédiatement une carrière internationale de top model, parvenant directement au sommet à Paris et étant considérée comme l'une des plus belles femmes du monde. Femme de grande taille (1,80 m), elle a les yeux bleus et les cheveux blonds.

En 1988, elle est photographiée par Gilles Bensimon pour la couverture du magazine Elle[5].

Elle devient immédiatement une icône planétaire, fait la couverture de plus de 700 magazines, dont Elle, Harper's Bazaar, Vogue[N 1], Cosmopolitan, Vanity Fair et Time Magazine, défile pour les plus grands couturiers de la planète : Gianni Versace, Ralph Lauren, Yves Saint Laurentetc. et devient l'égérie de Karl Lagerfeld chez Chanel, ainsi que tête d'affiche pour Revlon, avec qui elle signe un contrat de dix millions de dollars[4], L'Oréal ou Citroën à la fin des années 1990. Elle côtoie aussi le milieu du show business international et fréquente un temps le prince Albert II de Monaco et le magicien David Copperfield dans les années 1990 (pendant six ans, leur relation permettant au premier de se déringardiser et à la seconde de percer sur le marché américain). En 1999, elle se fait escroquer par le playboy Tim Jeffries[7].

Vers 1993 et l'avènement de la tendance minimaliste, les supermodels passent de mode[4]. En 1993, Schiffer est le mannequin le mieux payé au monde avec un revenu annuel qui s'élève à 10 millions de dollars[5].

En 2011, elle lance une collection de pulls en cachemire[5].

Article détaillé : Supermodels.

Le , Claudia épouse le producteur de cinéma anglais Matthew Vaughn, à Coldham Hall (en) en Angleterre, au nord-est de Londres, où elle réside ; le , elle donne naissance à son fils Caspar Matthew, puis, le , à sa fille Clémentine. Le 14 mai 2010, c'est une petite fille prénommée Cosima Violet qui voit le jour[8]. Elle vit également à New York, à Paris, à Monaco et à Majorque. Elle fait carrière au cinéma jusqu'en 2002. En 2003, elle prend sa retraite.

Sa carrière de mannequin lui a rapporté une fortune estimée à 120 millions de dollars[7]. Elle est ambassadrice de l'UNICEF.

Cinéma[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

  • A Celebration of Life
  • Claudia Schiffer, Die
  • série TV - Dharma et Greg - saison 5 épisodes 16 - rôle de Gretchen, l'avocate.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Note[modifier | modifier le code]

  1. Durant sa carrière, elle fera seize fois la couverture de l'édition américaine de Vogue[6].

Références[modifier | modifier le code]

  1. Karl Lagerfeld appelait Schiffer la « new Bardot » au début des années 1990, voir Ringle, Ken (22 octobre 1990). "Claudia, Queen of the Runway; The Stunning Supermodel, Stopping Traffic & Hearts". The Washington Post.
  2. (de) « Tod beim Golfspielen - Claudia Schiffer weint um ihren Vater », sur abendblatt.de, (consulté le 6 octobre 2015)
  3. Prisma Média, « Claudia Schiffer - La biographie de Claudia Schiffer avec Gala.fr », sur Gala.fr (consulté le 26 septembre 2017)
  4. a, b et c (en) Bob Colacello, « A League of Their Own », Style, sur vanityfair.com, Condé Nast, (consulté le 28 octobre 2016)
  5. a, b et c Prisma Média, « Claudia Schiffer - La biographie de Claudia Schiffer avec Gala.fr », sur Gala.fr (consulté le 26 septembre 2017)
  6. (en) « 10 cover girls: fashion's familiar faces », Vogue,‎ , p. 760 (ISSN 0042-8000)
  7. a et b Catherine Schwaab, « Claudia Schiffer, toujours au top des tops », Paris Match, semaine du 28 septembre au 4 octobre 2017, pages 64-71.
  8. « Claudia Schiffer baptise sa fille Cosima Violet », sur leparisien.fr, Le Parisien, (consulté le 28 février 2012)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Claude Schiffer, éd. Rizzoli, 2017.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :