Claude Moniquet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant un journaliste image illustrant français
Cet article est une ébauche concernant un journaliste français.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Claude Moniquet, né le 3 mars 1958 à Bruxelles (Belgique), est un ancien journaliste français, notamment à L'Express et au Quotidien de Paris, et ancien agent de renseignement de la Direction générale de la Sécurité extérieure (DGSE), particulièrement en Europe de l'Est et dans les Balkans. Il fut aussi journaliste à Ciné-Télé Revue pendant l'affaire Dutroux.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né d'un père belge, juif pratiquant, et d'une mère française catholique, il milite dans des mouvements d'extrême-gauche jusqu'à l'âge de 19 ans. Quelques années plus tard il part vivre deux ans en Israël dans un kibboutz.

D'abord journaliste spécialisé dans les pays d'Europe de l'Est, notamment la Pologne, il est recruté sous le pseudonyme de Sefora par l'agent de la DGSE Pierre Siramy en 1986, du fait de ses contacts avec un agent polonais – la Pologne étant, à l'époque, communiste[1]. Il réside alors à Vienne et aurait des ennuis avec le fisc français ; l'agent Siramy, qui décrit un personnage bavard et vaniteux, porté sur l'alcool et sur l'argent, lui propose donc une aide financière : « Suite à son acceptation devant cette aide tombée du ciel, voilà Sefora ferré. Le recrutement contre rémunération, qui en fera un agent et non un honorable correspondant, est acquis… Il n'aura qu'à me signer un reçu pour que nous soyons en règle (et que je le tienne : je peux le discréditer en faisant savoir dans la profession qu'il est un agent des services français). Il en accepte le principe. […] Voilà comment j'ai recruté Claude M., dit Sefora. Nous nous sommes rencontrés depuis de manière régulière, notamment en Belgique, où il a déménagé. Tout aussi régulièrement, l'intéressé a reçu de ma part des sommes d'argent prises sur les fonds spéciaux. Il ne m'a jamais donné de mauvais tuyaux et un rapport de confiance s'est lentement et sûrement établi[2].» Autre élément d'importance révélé par l'ancien agent Pierre Siramy, Claude Moniquet aurait aussi pris contact avec les services américains et israéliens : « Il assure avoir noué des relations avec un Américain, membre de la CIA, un certain Kaskett, et avec l'ambassade d'Israël. Son correspondant, sûrement un membre du Mossad, lui a donné un numéro d'alerte en cas de menace terroriste contre les intérêts israéliens. Le voyage comme le beaujolais n'auront pas été inutiles[3]

Jusqu'au début des années 2000, Claude Moniquet cumule donc les emplois de journaliste et d'agent de renseignement[4].

Il est le cofondateur et directeur de l'European Strategic Intelligence and Security Center[5], société d'analyse stratégique et d'intelligence économique basée depuis 2002 à Bruxelles.

Critiques[modifier | modifier le code]

Pour T. Deltombe[6], les "leçons d’antiterrorisme" de Claude Moniquet, données "aux services du monde entier" devrait être évaluées à lumière de l'erreur qu'il commit, début 2003, à propos d'un bagagiste arabe de Roissy inconnu des services de police, et à propos duquel Moniquet avait écrit : « Si l’enquête confirme la piste terroriste, cela voudra dire que le cancer est encore plus profond – ou ses métastases plus largement répandues – qu’on ne pouvait le penser jusqu’à présent. » Il s'avéra que le bagagiste en question, victime d’une simple vengeance familiale, sera rapidement blanchi par la justice. « Ce qui ne gênera aucunement l’expert, poursuit T. Deltombe, dont l’objectif est moins de dire ce qui est que de dévoiler ce qui pourrait être, et de trouver n’importe quel prétexte pour vendre les remèdes aux maladies qu’il diagnostique. »

Publications[modifier | modifier le code]

  • Avec Genovefa Etienne, Histoire de l'espionnage mondial : les services secrets de Ramsès II à nos jours, Éditions Luc Pire, 1997
  • Avec Genovefa Etienne, Les services secrets Pour les Nuls, First Éditions, 2016
  • Claude Moniquet, Djihad et Islamisme en Belgique: Tout sur les réseaux et les ramifications, Éditions Jourdan le Clercq, 2005.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Pierre Siramy, 25 ans dans les services secrets, Flammarion, 2010, chapitre 7, "Recrutement en vue"
  2. Pierre Siramy, 25 ans dans les services secrets, Flammarion, 2010, chapitre 7, "Un espion polonais"
  3. Pierre Siramy, 25 ans dans les services secrets, Flammarion, 2010, chapitre 7, "Dispositif secret"
  4. Le journaliste était un espion, Entretien initialement publié dans Paris Match Belgique, 5 janvier 2012.
  5. Claude Moniquet, spécialiste des questions de sécurité et de défense, RFI, 18 juin 2015.
  6. Thomas Deltombe, in Au nom du 11 septembre coordonné par Didier Bigo, Laurent Bonelli et Thomas Deltombe éditions La Découverte, (ISBN 9782707153296), 2008.

Liens externes[modifier | modifier le code]