Claude Albore Livadie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Claude Albore Livadie
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Fonction
Directrice de recherche au CNRS
Biographie
Naissance
Nationalités
Activités
Autres informations
Membre de
Directeur de thèse

Claude Albore Livadie est une archéologue française née le en Avignon.

Directrice de recherche émérite au CNRS, c'est une spécialiste de l'âge du bronze, en particulier en Italie méridionale. Elle a mis au jour les sites archéologiques de la Croce del Papa, de Longola, de La Starza, de San Paolo Bel Sito et de Palma Campania, outre la grande nécropole de Calatia. Elle a aussi été une des initiatrices de l'étude de l'archéologie en étroite collaboration avec les volcanologues pour la datation réciproque des éruptions et des sites archéologiques[1]. À son nom sont liées plusieurs typologies de poteries de bucchero[2].

Biographie[modifier | modifier le code]

Claude Livadie fait une maîtrise sur la céramique étrusque en Gaule avec Marcel Le Glay en 1969, puis une thèse en étruscologie auprès de l’Université de Pérouse: « Le Bucchero nero et les amphores étrusques en Gaule Méridionale et en Catalogne » sous la direction de Massimo Pallottino et enfin une thèse de doctorat auprès de l'Université de Paris X, avec Marcel Le Glay, sur la nécropole préromaine de Calatia (San Nicola La Strada)[3]. Elle est au CNRS depuis 1974[4] et a été la vice-directrice du Centre de recherche archéologique Jean-Bérard à l'Institut Français de Naples (it)[5]. Elle enseigne la paléoethnologie à l'Université Frédéric II de Naples et ensuite à l'Université Sœur-Ursule-Benincasa.

Dans les années '70, elle réalise des fouilles archéologiques à Calatia (Campanie), le long de la Via Appia, où est découverte une grande nécropole de 290 tombes de la période orientalisante étrusque (730-670 av. J.C.), dont certaines très riches[6]. En 1975 elle obtient le prix de l'Accademia dei Lincei "Giuseppe Lugli" du meilleur article scientifique d'intérêt archéologique[7].

À Teano, dans le lieu-dit « Torricelle », elle fouille dans ces mêmes années une nécropole et des puits votifs du VIIIe et VIe siècles av. J.-C.[8]

Dans les années '80 elle fouille un village de La Starza, du Neolithique Inférieur (VI millénaire av. J-C.) : la fouille témoigne d'une occupation ininterrompue du territoire su plusieurs millénaires, du Néolithique inférieur à l'âge du fer[9]. L'exceptionnelle durée du site de La Starza en fait le plus ancien site habité urbanisé de la Campanie[10]. Les fouilles de ce site se poursuivront jusqu'à l'an 2000. À Casalbore, non loin de Ariano Irpino où se trouve La Starza, elle fouille de 1985 à 1986 des tombes de l'âge du cuivre et une nécropole tardo-romaine. Les deux sites indiquent l'existence et la fréquentation prolongée du tratturo Pescasseroli-Candela[11], encore utilisé au XXIe siècle.

En 1987, à Piano di Sorrento sont retrouvées près d'une école cinq tombes de la Culture de Gaudo (âge du cuivre) et les restes d'un habitat du VIe et IVe siècles av. J.-C.[12]. La fouille, dirigée par Claude Albore Livadie, met au jour des tombes « à puits », riches de poteries, ensuite conservées au musée citadin consacré à Georges Vallet[13].

Reconstruction des huttes de l'âge du bronze au parc Archéo-Fluvial de Longola.

Les toutes premières années 2000 voient l'ouverture de deux importantes fouilles archéologiques que Claude Albore Livadie dirige. Il s'agit des villages de « Longola », près de Poggiomarino, et de Nola-Croce del Papa. En 2000 débutent les fouilles à Poggiomarino : lors de la construction de la station d'épuration sur le fleuve Sarno a été découvert accidentellement un village du bronze moyen avancé construit sur un réseau d'îlots et de canaux artificiels navigables, dont les berges étaient renforcées par des poteaux plantés sur le fond des marécages et des planches de chêne. Habité par le peuple des Sarrastes, ce village où sont préservés les îlots et les structures en bois s'est révélé être un des plus anciens et des mieux conservés mis au jour en Italie[14].

Cette même année 2000, elle fouille à San Paolo Bel Sito une nécropole du bronze ancien au lieu-dit de Monticello.

L'année suivante, non loin de San Paolo Bel Sito, est fouillé le site de la Croce del Papa : un village du bronze ancien ensevelit sous l'éruption des Ponces d'Avellino, une éruption plinienne du Somma-Vésuve. L'éruption a recouvert le village protohistorique de cendres volcaniques vers 1700 av. J.-C., ainsi que les animaux et les plantes qui y étaient, en créant une véritable Pompéi de l'âge du bronze[15],[16].

Dans la ville de Nola, à Piazza d’Armi, elle réalise un sondage en 2008 et découvre une cabane et une zone artisanale, avec les restes des ateliers de l'âge du bronze, témoignage de la forte fréquentation de la région à cette époque[17].

Publications[modifier | modifier le code]

Voir ses publications détaillées sur le catalogue du Système Universitaire de Documentation[18].

Choix d'ouvrages[modifier | modifier le code]

  • Georges Vallet, Claude Albore Livadie et Haroun Tazieff, Tremblements de terre, éruptions volcaniques et vie des hommes dans la Campanie antique, Naples, Centre Jean Bérard, , 232 p. (ISBN 2-903189-29-3 et 9782903189297, OCLC 15643314, lire en ligne)
  • Claude Albore Livadie, Nola : Pompéi de la Préhistoire (1800-1700 environ avant J.-C.), Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, coll. « Les Nouvelles de l’Archéologie » (no 93-94), (ISSN 0242-7702)
  • Claude Albore Livadie, « La Collection Préhistorique », dans Le Musée Archéologique National de Naples, Milan, Guida Garolla, , p. 126-131
  • (it) Claude Albore Livadie et Franco Ortolani, Variazioni climatico-ambientali e impatto sull'uomo nell'area circum-mediterranea durante l'Olocene [« Variations du climat et de l'environnement et impacts sur l'homme dans l'aire circum-méditerranéenne pendant l'Olocène »], Bari, Edipuglia, , 492 p. (ISBN 88-7228-347-7)
  • (it) Claude Albore Livadie, La Starza di Ariano Irpino, vol. I, L'Irpinia antica, Pratola Serra, Sellino & Barra, coll. « Storia illustrata di Avellino e dell'Irpinia », , 286 p.

Choix d'articles[modifier | modifier le code]

  • (it) C. Albore Livadie, « Palma Campania (Napoli): Resti di abitato dell’età del Bronzo antico », Notizie degli Scavi di Antichità, Rome, vol. XXXIV,‎
  • (it) C. Albore Livadie, « La tomba 201 della necropoli sud-occidentale di Calatia », dans Maddaloni: archeologia, arte e storia, , 13-40 p.
  • C. Albore Livadie, « Capoue », dans Dictionnaire de l’Antiquité, Presses Universitaires de France, p. 406-407
  • C. Albore Livadie, B. Cesarano, A. D’Avella et G. Di Maio, « Nuovi documenti sulla frequentazione del Bronzo medio a Poggiomarino », Rivista di Studi Pompeiani, Rome, vol. XIX,‎
  • C. Albore Livadie, « Nola, une Pompéi du Bronze ancien 1800-1700 environ avant J.-C. », dans L’Âge du bronze en Méditerranée, Paris, Éditions Errance, coll. « Les Hesperides », (lire en ligne), p. 65-82

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Claude Albore Livadie (dir.) et François Widemann (dir.), Volcanology and archaeology : proceedings of the European Workshops of Ravello, November 19-27, 1987 and March 30-31, 1989, Council of Europe ; Centre Universitaire Européen pour les Biens Culturels, (OCLC 29071281, lire en ligne)
  2. (1979) « Le Bucchero nero en Campanie: Notes de typologie et de chronologie » dans Colloque sur «le bucchero nero étrusque et sa diffusion en Gaule méridionale» : 91-110 p., Latomus. 
  3. Claude Albore Livadie, « La necropole préromaine de Calatia: recherches sur l'âge du fer en Campanie », (consulté le 5 mai 2019)
  4. (it) « Claude Albore Livadie - Curriculum » (consulté le 5 mai 2019)
  5. « Histoire et missions », sur centrejeanberard.cnrs.fr, Centre Jean Bérard (consulté le 5 mai 2019)
  6. (it) « CALATIA », sur www.treccani.it, Enciclopedia dell'Arte Antica, (consulté le 5 mai 2019)
  7. Annuario 1976 dell'Accademia Nazionale dei Lincei, Rome, Accademia Nazionale dei Lincei,
  8. (it) C. Albore Livadie, « Teano (Caserta). Area Sacra in località Torricelle » [« Teano (Caserta). Une aire sacrée au lieu-dit Torricelle »], Studi Etruschi, Florence, vol. XLIX,‎ , p. 521-522
  9. (it) Alessandra Manfredini, « La Starza », sur Enciclopedia Italiana, Treccani, (consulté le 11 décembre 2017).
  10. (it) Rosario Serafino, « Abitato neolitico in località La Starza » [« Habitat néolithique à La Starza »], sur Archemail, (consulté le 11 décembre 2017).
  11. (en) Angelo Corvino, « The Miscano valley-more than eight thousand years' history », sur www.irpino.it, (consulté le 5 mai 2019)
  12. Claude Albore Livadie (dir.), « Archeologia a Piano di Sorrento », dans Ricerche di preistoria e di protostoria nella penisola sorrentina, Soprintendenza archeologica di Napoli e Caserta – Comune di Piano di Sorrento,
  13. (it) « Cultura Italia: Museo archeologico territoriale della penisola sorrentina "Georges Vallet" », sur www.culturaitalia.it (consulté le 5 mai 2019)
  14. (it) C. Cicirelli et C. Albore Livadie, Nuove ricerche archeologiche nella area vesuviana (scavi 2003-2006) [« Nouvelles recherches archéologiques dans la région du Vésuve (fouilles 2003-2006) »], L'Erma di Bretsschneider, , « Stato delle ricerche a Longola di Poggiomarino: quadro insediamentale e problematiche », p. 473-487.
  15. (en) Claude Albore Livadie, « A First Pompeii: Early Bronze Age village of Nola-Croce del Papa (Palma Campania phase) », Antiquity, vol. 76, no 294,‎ , p. 941–942.
  16. (en) Fabio Cavulli, Maria Isabel Prudêncio et Maria Isabel Dias, Defining a Methodological Approach to Interpret Structural Evidence : Session WS28, Archaeopress, , 148 p. (ISBN 978-1-4073-0621-6), p. 76.
  17. (it) C.Albore Livadie et N.Castaldo, « Nola (Napoli) – L’ insediamento del Bronzo antico in Piazza d’Armi », Rivista di Scienze Preistoriche, vol. LIX,‎
  18. « Catalogue SUDOC », sur www.sudoc.abes.fr (consulté le 5 mai 2019)

Liens externes[modifier | modifier le code]