Cimetière monumental de Milan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir cimetière monumental.
Cimetière monumental de Milan
Cimitero Monumentale di Milano (it)
Famedio del Cimitero Monumentale di Milano.jpg

Le Famedio, entrée principale et panthéon des grands hommes

Pays
Commune
Religion(s)
Superficie
25 hectares
Mise en service
1866
Coordonnées
Localisation sur la carte d’Italie
voir sur la carte d’Italie
Red pog.svg
Localisation sur la carte de Milan
voir sur la carte de Milan
Red pog.svg
Personnalités enterrées

Le cimetière monumental de Milan (en italien, Cimitero monumentale di Milano) est un des cimetières de Milan en Italie, célèbre par son art funéraire.

Situation[modifier | modifier le code]

Le cimetière est situé en zone 8, dans le quartier de Porta Volta, non loin de la gare Porta Garibaldi. Il occupe une superficie de 25 hectares.

Histoire[modifier | modifier le code]

Construit à partir de 1864 sur les plans de l'architecte Carlo Maciachini (1818-1899) selon un style éclectique combinant les influences byzantines et romanes, le cimetière est ouvert en 1866.

Architecture et monuments[modifier | modifier le code]

Le Famedio[modifier | modifier le code]

L'entrée principale est constituée par le Famedio (du latin famae aedes, « temple de la renommée »), construction volumineuse de style néo-médiéval en marbre et briques. Conçu originellement comme une église, il est devenu le lieu de sépulture des plus grandes personnalités, comme Alessandro Manzoni et Carlo Cattaneo. Y figurent également des cénotaphes aux grands hommes enterrés dans d'autres lieux comme Giuseppe Verdi.

Monuments funéraires[modifier | modifier le code]

Les monuments funéraires sont autant classiques que contemporains comme des temples grecs, des obélisques et d'autres édifices originaux comme une version réduite de la colonne de Trajan.

Le mausolée civique Palanti est un monument dû à l'architecte Mario Palanti qui abrite les restes d'illustres personnalités milanaises.

Le mausolée commémoratif aux 800 Milanais tués dans les camps de concentration nazis se trouve dans l'allée centrale. Il est l'œuvre d'un groupe de quatre architectes dont l'un, Gian Luigi Banfi, est mort dans un camp en 1945.

Le cimetière comporte des sections par religion.

Section Israélite[modifier | modifier le code]

La section, projetée par Maciachini, a été ouverte en 1872 en substitution des cimetières juifs de Porta Tenaglia, Porta Magenta et Porta Vercellina. Elle se trouve à l’est du cimetière catholique avec une entrée séparée. Le cimetière a été agrandi en 1913 en ajoutant une zone au sud et une à l’est. Le bâtiment central était à l’origine l’entrée du cimetière.

La numérotation des tombeaux est répétée car elle est subdivisé en 6 champs et un élargissement à l’est. Il y a aussi trois champs communs dont le central réservé aux les enfants morts entre 1873 et 1894. Les petites pierres avec le prénom, le nom et la date de la mort sont dans un pré.

Les autres monuments, compris entre 1866 et aujourd’hui, sont bâtis le long des parcours. Il y a aussi des édicules de famille desquelles deux ont été projetés par Maciachini, des colombaires et ossuaires dans la paroisse nord et ouest et des tombeaux dans le pavillon central.

Les personnes enterrées sont 1778, desquelles quelques-unes sont à la mémoire, parce qu'elles ont étées tuées par les nazis dans les champs de concentration ou dans le Lac Majeur (Massacre du lac Majeur).

Section Israélite, photo de haut

Nombreux sont les monuments de valeur artistique aux quels ont contribué architectes et sculpteurs importants, décrit dans le guide historique-artistique de Giovanna Ginex et Ornella Selvafolta[1].

Ont travaillé dans la section israélite les architectes Carlo Maciachini (édicule Davide Leonino et Pisa), Giovanni Battista Bossi (tombeau Anselmo de Benedetti), Ercole Balossi Merlo (édicule Leon David Levi), Luigi Conconi (édicule Segre), Giovanni Ceruti (édicule Vitali), Carlo Meroni (tombeau Taranto), Cesare Mazzocchi (édicule Giulio Foligno), Manfredo d'Urbino (édicule Jarach, tombeau Mayer, tombeau Besso, Monumento ai Martiri Israeliti del Nazismo), Gigiotti Zanini (tombeau Zanini), Adolfo Valabrega (édicule Moisé Foligno), Luigi Perrone (édicule Goldfinger) et les sculpteurs Mario Quadrelli (édicule Pisa), Giuseppe Daniele Benzoni (tombeau Ottolenghi Finzi), Luigi Vimercati (tombeau Estella Jung), Agostino Caravati (tombeau Alessandro Forti), Rizzardo Galli (tombeau Vittorio Finzi), Enrico Cassi (tombeau De Daninos), Attilio Prendoni (tombeaux Errera et Conforti), Edoardo Ximenes (édicule Treves), Giulio Branca (tombeau Giovanni Norsa), frères Bonfanti (tombeaux Davide et Beniamino Foà), Enrico Astorri (tombeaux Carolina Padova et Fanny Levi Cammeo), Egidio Boninsegna (tombeau Giuseppe Levi), Dario Viterbo (colombaro Levi Minzi), Giannino Castiglioni (tombeaux Ettore Levis et Goldfinger), Adolfo Wildt (tombeau Cesare Sarfatti), Eugenio Pellini (tombeau Bettino Levi), Arrigo Minerbi (tombeau Renato del Mar), Roberto Terracini (tombeau Nino Colombo).

Le pavillon central a été enrichit en mai 2015 avec des vitres artistiques qui représentes les 12 tribus d’Israel de l’artiste Diego Pennacchio Ardemagni[2].

Personnalités[modifier | modifier le code]

Galerie photographique[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Giovanna Ginex, Ornella Selvafolta, Le Cimetière Monumental de Milan, Guide historique-artistique’’, Silvana Editore, 1999
  2. Inaugurato il nuovo tempietto al Monumentale

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :