Chloritoïde

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Chloritoïde
Catégorie IX : silicates[1]
Image illustrative de l’article Chloritoïde
Cristaux de chloritoïdes.
Général
Classe de Strunz 9.AF.85
Formule chimique (Fe,Mg,Mn)2Al4Si2O10(OH)4
Identification
Couleur jaune verdâtre à vert noirâtre
Classe cristalline et groupe d'espace R 3
Système cristallin monoclinique ou triclinique
Échelle de Mohs 6.5
Propriétés chimiques
Densité 3,46 - 3,80

Unités du SI & CNTP, sauf indication contraire.

Le chloritoïde est une espèce minérale du groupe des silicates, sous-groupe des nésosilicates, dont le nom provient de sa ressemblance avec les micas de la famille des chlorites, en référence à leur couleur verte commune et les possibilités de clivages en fines lamelles[2]. De formule chimique (Fe,Mg,Mn)2Al4Si2O10(OH)4, il se présente en cristaux aciculaires, ou en lamelles à bons clivages assez cassantes, à macles polysynthétiques, parfois groupés en rosettes, verts à gris verdâtre foncé[3].

Découverte[modifier | modifier le code]

Ce minéral est découvert en 1837 par le minéralogiste allemand Gustav Rose dans les monts Oural. Sa localité type est le village Kosoi Brod, dans l'oblast de Sverdlovsk[4].

Genèse[modifier | modifier le code]

Les chloritoïdes se trouvent, mais rarement, comme altérations des roches volcaniques[2]. Ces minéraux n'apparaissent que dans les roches riches en fer, magnésium et manganèse, et sont caractéristiques du métamorphisme de contact (marbres) mais surtout du métamorphisme régional, souvent de basse pression et basse température (schistes verts)[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. La classification des minéraux choisie est celle de Strunz, à l'exception des polymorphes de la silice, qui sont classés parmi les silicates.
  2. a et b « Chloritoïdes », sur universalis.fr (consulté le 21 mars 2019).
  3. Alain Foucault, Jean-François Raoult, Dictionnaire de Géologie, Dunod, , p. 70.
  4. (en) Ernest H. Nickel, Monte C. Nichols, Mineral Reference Manual, Springer Science & Business Media, (lire en ligne), p. 40.
  5. Alain Foucault], op. cit., p. 71

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]