Cheval de Solutré

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Wikipédia:Bons articles Vous lisez un « bon article ».
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Solutré.
cheval de Solutré
Nom vulgaire ou nom vernaculaire ambigu :
L'appellation « cheval de Solutré » s'applique en français à plusieurs taxons distincts.
Description de cette image, également commentée ci-après

La chasse au cheval à Solutré,
d'après une illustration de L'Homme primitif
de L. Figuier, 1876

Taxons concernés

L'expression « cheval de Solutré » fait référence aux restes d'équidés préhistoriques découverts près de la roche de Solutré par Adrien Arcelin et Henry Testot-Ferry en 1866, puis étudiés par le professeur Toussaint en 1874. Cette découverte est à l'origine d'une légende populaire de chasse à l'abîme, selon laquelle les chasseurs du Paléolithique guidaient des troupeaux de chevaux sauvages vers le haut de la roche pour les précipiter dans le vide et les tuer. En réalité, ces chevaux migrants étaient abattus par les hommes au pied de la roche.

Les recherches plus récentes de Jean Combier, François Prat et Jean-Luc Guadelli attribuent les restes de chevaux découverts à Solutré à des sous-espèces issues d’Equus caballus germanicus, à savoir Equus caballus gallicus et Equus caballus arcelini. D'un point de vue scientifique, le cheval de Solutré n'est donc pas considéré comme une espèce distincte, bien qu'il reste cité dans les ouvrages grand public comme étant l'ancêtre de certaines races de chevaux modernes, notamment du Camargue et de l'Ardennais.

Description des ossements[modifier | modifier le code]

Les gisements paléolithiques proches de la Roche de Solutré, à Solutré-Pouilly, ont livré de très nombreux restes de chevaux, découverts par Adrien Arcelin et Henry Testot-Ferry en 1866[1]. Ces os sont étudiés en 1874 par le professeur Toussaint, dans son Traité sur le cheval dans la station préhistorique de Solutré. Il estime que la taille moyenne des chevaux est de 1,36 m à 1,38 m, pour un maximum de 1,45 m, estimation que confirme la même année l'hippologue André Sanson[2]. En comparaison avec les chevaux domestiques, ceux de Solutré possèdent une grosse tête[3]. Toutefois, des parties essentielles du squelette, notamment un crâne complet, manquent pour une étude détaillée[4]. Toujours d'après André Sanson, cela ne permet pas à l'époque de déterminer de quel type d'équidé il s'agit[2]. Une nouvelle série d'études voit le jour quand Jean Combier récupère ces ossements, dans les années 1960[5].

Interprétations scientifiques[modifier | modifier le code]

Plusieurs théories scientifiques ont depuis été émises concernant ces restes de chevaux, tant au sujet de la manière dont ils sont morts que de leur origine.

Domestication ou chasse[modifier | modifier le code]

L'une des premières hypothèses évoquées par le professeur Toussaint en 1874 est que les hommes du Solutréen ont domestiqué ces chevaux, afin de pouvoir les capturer au lasso puis les consommer. Elle est infirmée par André Sanson[6] et Charles-Alexandre Piétrement[7], au regard des connaissances sur les hommes du Paléolithique[8] : ce dernier indique que les ossements proviennent de chevaux abattus par une troupe de chasseurs[9] et que les connaissances des hommes du Solutréen étaient trop rudimentaires pour inclure la domestication du cheval[10]. Le professeur Toussaint et l'hippologue sont également en désaccord sur l'estimation de l'âge des chevaux[11].

Selon la théorie la plus récente, les chevaux passent vraisemblablement souvent à proximité du rocher de Solutré durant leurs migrations saisonnières, hivernant dans les vallées du Rhône et de la Saône pour remonter sur des plateaux à l'Ouest avec le retour de la chaleur. Les groupes humains du Paléolithique profitent alors du passage de nombreux troupeaux pour abattre des animaux[12].

Espèces ou sous-espèces concernées[modifier | modifier le code]

Le postulat de l'existence de deux sous-espèces différenciées sur le site de Solutré fait suite à l'examen des ossements récupérés par Jean Combier. Remarquant des différences de morphologie associées à différentes datations (ce qui suggère plusieurs espèces ou sous-espèces parmi ces fossiles), François Prat et ce dernier postulent l'existence de deux types de chevaux différenciés sur ce site : Equus caballus gallicus et Equus caballus arcelini[5]. Il semblerait qu'Equus caballus gallicus soit apparu dans la région de Solutré durant la seconde moitié du Würm III, comme successeur d’Equus caballus germanicus qui arpentait ces régions depuis le Würm II. Il est ensuite possible qu'une nouvelle espèce mieux adaptée aux contraintes climatiques ait succédé à Equus caballus gallicus à la fin du Würm IV[13].

Equus caballus gallicus[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Equus caballus gallicus.

Equus caballus gallicus est une sous-espèce supposée de taille inférieure à celle d’Equus caballus germanicus, présentant d'après François Prat une morphologie différente avec des caractères caballins mieux affirmés sur sa denture[14],[15],[16]. Plus petit et léger que ce dernier, il toise 1,40 m en moyenne, est doté de sabots larges et d'une tête courte et volumineuse pourvue de dents robustes, reposant sur une encolure courte et large[13].

Parce qu'il forme la majorité des fossiles retrouvés à Solutré, c'est en principe à Equus caballus gallicus que se réfère par défaut le nom de « cheval de Solutré »[13]. Tous les préhistoriens et paléontologues ne reconnaissent toutefois pas l'existence de ce taxon. Vera Eisenmann postule que Equus caballus germanicus peut présenter des variations de taille et de denture, et qu’Equus caballus gallicus n'a jamais existé, Equus caballus arcelini aurait succédé directement à Equus caballus germanicus 15 000 ans avant notre ère, avec des changements morphologiques beaucoup plus visibles[17],[18].

Equus caballus arcelini[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Equus caballus arcelini.

Les études effectuées par François Prat puis par Jean-Luc Guadelli vers 1989 ont montré qu'une autre sous-espèce potentielle, plus petite, est présente dans les niveaux magdaléniens de Solutré. Elle a été nommée Equus caballus arcelini en hommage à Adrien Arcelin[5],[16].

Equus ferus[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Equus ferus.

Certains auteurs ont également rapproché les chevaux de Solutré de l'espèce Equus ferus, une espèce distincte de celle du cheval domestique[19].

Légende de la chasse à l’abîme[modifier | modifier le code]

Les chevaux précipités depuis la roche de Solutré, illustration de 1870.

La découverte des ossements de Solutré a donné naissance à une légende relayée par la culture populaire[20], selon laquelle les chasseurs paléolithiques auraient guidé les troupeaux de chevaux jusqu'au sommet de la Roche pour les précipiter du haut des falaises afin de les tuer. Cette théorie très populaire, dont il n’a jamais été question dans les publications scientifiques de Henry Testot-Ferry, apparaît dans le roman préhistorique d’Adrien Arcelin intitulé Solutré ou les chasseurs de rennes de la France centrale, en 1872. Il s'agit d’une fiction dont l’imaginaire populaire s’est emparé[21]. Illustrée d'une très riche iconographie[22], elle est reprise des dizaines de fois par des auteurs, cinéastes et artistes malgré son impossibilité, prouvée dès les années 1960 par la configuration du terrain[23].

Elle est désormais largement contestée, notamment du fait de la distance qui sépare les falaises de la Roche des amas osseux archéologiques, de l'ordre d'une centaine de mètres[21]. Les connaissances sur l'armement de chasse des Solutréens l'infirment également[24]. D'après François Poplin, cette légende aurait perduré par l'association symbolique entre cheval et élévation vers les hauteurs[25], avec une possible influence de l'image du mouton de Panurge[26]. D'après le Musée départemental de Préhistoire de Solutré, les chevaux étaient en réalité abattus au pied de la roche[27].

Relations entre le « cheval de Solutré » et les chevaux domestiques[modifier | modifier le code]

Le « cheval de Solutré » est fréquemment cité dans la généalogie de races chevalines françaises qui sont censées l'avoir pour ancêtre.

Camargue[modifier | modifier le code]

Le Camargue est encore aujourd'hui considéré comme très proche du « cheval de Solutré ».

En 1874, le professeur Toussaint a rapproché les ossements découverts du cheval de Camargue[28]. Il découvre un an plus tard un squelette de cheval près d’Arles, qu'il voit « de forme solutréenne » et le mentionne comme étant le plus ancien témoignage direct d'un ancêtre du cheval camarguais[29].

Cette théorie est toujours largement relayée par bon nombre d'ouvrages de vulgarisation récents[28] parus en 2006[30],[31],[32] ou encore 2008[33]. Le document officiel de la race Camargue édité par les Haras nationaux affirme que suivant cette logique, le cheval de Solutré vivait il y a 20 000 ans dans le bassin de la Saône et aurait longé la vallée du Rhône pour s'installer dans les étendues de Camargue il y a 10 000 ans[34].

Ardennais[modifier | modifier le code]

En 1874, André Sanson considère le cheval de Solutré comme l'ancêtre direct du cheval Ardennais, supposant notamment que les habitants de l'actuelle Belgique se fournissaient en chevaux dans le Bassigny durant les premiers temps de la domestication du cheval[35], mais cette théorie a été infirmée par des recherches plus récentes[36]. L'Ardennais (et par conséquent l'Auxois et le trait du Nord, qui sont issus de croisements avec ce dernier) sont toujours fréquemment cités comme des descendants du cheval de Solutré[37], mais rien ne prouve que les chevaux du site de Solutré aient migré vers les Ardennes[38].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Poplin 1990, p. 138
  2. a et b Sanson 1874, p. 644
  3. Sanson 1874, p. 649
  4. Sanson 1874, p. 643
  5. a, b et c Guadelli 1989, p. 261-336
  6. Sanson 1874, p. 648
  7. Piétrement 1874, p. 689
  8. Charles-Alexandre Piétrement, Les Chevaux dans les temps préhistoriques et historiques, G. Ballière et cie, , 776 p. (lire en ligne)
  9. Piétrement 1874, p. 691
  10. Piétrement 1874, p. 694
  11. Sanson 1874, p. 645
  12. Pozzi, Depracter et de La Torre 2004, p. 64
  13. a, b et c Pozzi, Depracter et de La Torre 2004, p. 63
  14. Prat 1968
  15. Prat 1969, p. 6
  16. a et b Langlois 2005, p. 73-110
  17. Dominique Armand, « Sur la présence d’Equus caballus gallicus dans les niveaux supérieurs de la station Amont de La Quina (Charente) », Quaternaire, vol. 9, no 4,‎ , p. 345-353 (DOI 10.3406/quate.1998.1616, lire en ligne)
  18. Vera Eisenmann, « Les chevaux quaternaires européens (mammalia - perrissodactyla). Taille, typologie, biostatigraphie et taxonomie », Geobios, no 6,‎ , p. 753
  19. (en) Sandra L. Olsen, « Horse in prehistory », Carnegie Museum of Natural History.
  20. Poplin 1990, p. 137
  21. a et b Poplin 1990, p. 139
  22. « Mythique Préhistoire : Exposition du Musée de Solutré, du 6 mars 2010 au 31 janvier 2011 », Hominides.com (consulté le 28 mars 2013)
  23. Pascal Semonsut, « La Préhistoire sous le signe de l'ambiguïté », Hominides.com
  24. Poplin 1990, p. 142
  25. Poplin 1990, p. 140
  26. Poplin 1990, p. 141
  27. « Musée départemental de Préhistoire de Solutré », Hominides.com (consulté le 26 mars 2013)
  28. a et b Société des études euro-asiatiques, Le cheval en Eurasie: pratiques quotidiennes et déploiements mythologiques, vol. 8 de Eurasie, Paris, L'Harmattan, , 218 p. (ISBN 9782738478450, lire en ligne), p. 59
  29. Jocelyne Bonnet, La fabrication des mythes: Une approche ethno-historique du cheval camarguais : Thèse d'ethnologie, Université Montpellier III, (lire en ligne)
  30. Judith Draper, Kit Houghton, Le grand guide du cheval: Les races, les aptitudes, les soins, Éditions de Borée, 2006, 256 p. (ISBN 9782844944207), p. 40-41
  31. Lætitia Bataille, Les poneys: Races et élevage, France Agricole Éditions, , 351 p. (ISBN 978-2855571409), p. 144
  32. Isabelle Bernard, Myriam Corn, Pierre Miriski et Françoise Racic, Les races de chevaux et de poneys, Éditions Artemis, 2006, 127 p. (ISBN 9782844163387), p. 34-35
  33. Florence Signoret, Nils Solari, Liliane Counord, Gérard Bernar, Le Petit Futé Provence, Petit Futé, 2008, 636 p. (ISBN 9782746921177), p. 308
  34. [PDF] « Chevaux de sang : Camargue », Haras Nationaux (consulté le 25 mars 2013)
  35. Sanson 1874, p. 650
  36. (en) Deb Bennett, Conquerors: The Roots of New World Horsemanship, Solvang, CA: Amigo Publications, Inc., (ISBN 0-9658533-0-6, OCLC 39709067, lire en ligne), p. 6-8
  37. Amélie Tsaag Valren, « Comprendre le "rameau" Ardenno-flamand », Cheval Savoir, no 31,‎ (lire en ligne)
  38. Jean-Pierre Penisson, « Les origines du cheval dans les Ardennes », Terres Ardennaises, no 10,‎ (lire en ligne)

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Publications du XIXe[modifier | modifier le code]

  • André Sanson, « Le cheval de Solutré », Bulletins de la Société d'anthropologie de Paris, II° Série, Clermont-Ferrand, t. 9,‎ , p. 642–651 (lire en ligne)
  • Charles-Alexandre Piétrement, « Note sur le cheval de Solutré », Bulletins de la Société d'anthropologie de Paris, II° Série, t. 9,‎ , p. 689–698 (lire en ligne)

Publications du XXe[modifier | modifier le code]

  • François Prat, Recherches sur les Équidés pléistocènes en France : Thèse de doctorat d’État ès Sciences Naturelles, 149 fig., 126 tabl., vol. 4, Faculté des Sciences de Bordeaux, , 696 p., chap. 226
  • François Prat, « Le Cheval de Solutré, Equus caballus gallicus, 2 fig., 3 tabl. », Bulletins et Mémoires de la Société d'anthropologie de Paris, Bordeaux, Soc. Anthropologique du Sud-Ouest, no 4,‎ , p. 6
  • Jean-Luc Guadelli, « Les chevaux de Solutré (Saône et Loire, France), 9 fig., 62 tabl. », Datation et Caractérisation des Milieux Pléistocènes, Actes des Symposiums 11 et 17 de la 11e R.S.T., Cahier du Quaternaire, Clermont-Ferrand, CNRS, no 16,‎ , p. 261-336
  • F. Poplin, « Le Grand saut des chevaux de Solutré », L'Homme, CNRS, t. 30, no 116,‎ , p. 137–142 (lire en ligne)
  • A. Langlois, « Le Cheval du gisement Pléistocène moyen de La Micoque (Les Eyzies-de-Tayac, Dordogne) : Equus mosbachensis micoquii nov. ssp. », Paléo, no 17,‎ , p. 73–110 (lire en ligne)

Articles et ouvrages de vulgarisation[modifier | modifier le code]

  • Enrico Pozzi, Danielle Depracter et Sandra de La Torre, Les Magdaléniens: art, civilisations, modes de vie, environnements : coll. « L'Homme des origines », Éditions Jérôme Millon, , 368 p. (ISBN 9782841371440, lire en ligne), p. 63
  • Sylvain Quertelet, « Solutré, une figure emblématique de la chasse aux chevaux », Cheval Attitude,‎
Cet article est reconnu comme « bon article » depuis sa version du 9 avril 2013 (comparer avec la version actuelle).
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l'ayant promu.
La version du 9 avril 2013 de cet article a été reconnue comme « bon article », c'est-à-dire qu'elle répond à des critères de qualité concernant le style, la clarté, la pertinence, la citation des sources et l'illustration.