Equus caballus arcelini

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Equus caballus arcelini est une sous-espèce du cheval domestique, découverte en 1991 par J. L. Guadelli. C'est le dernier cheval répertorié au Pléistocène en Europe occidentale. Il est parfois considéré comme une espèce du genre Equus, Equus arcelini.

Découverte et taxonomie[modifier | modifier le code]

Article connexe : Cheval de Solutré.

La découverte de cette sous-espèce fait suite à l'examen des ossements de chevaux trouvés à Solutré, et récupérés par J. Combier. Remarquant des différences de morphologie associées à différentes datations (ce qui suggère différentes espèces ou sous-espèces parmi ces fossiles), François Prat et ce dernier postulent l'existence de deux types de chevaux différenciés sur ce site, et nomment le premier Equus caballus gallicus. Le nom d’Equus caballus arcelini est proposé par J. L. Guadelli[1] en hommage à Adrien Arcelin, géologue et archéologue préhistorien, inventeur du site préhistorique de Solutré.

Il est considéré comme une sous-espèce, mais l'histoire évolutive des équidés reste sujette à controverses, il arrive (rarement) qu'il soit considéré comme une espèce du genre Equus, nommé alors Equus arcelini[Note 1].

Histoire évolutive[modifier | modifier le code]

D'après une théorie émise par N. Spassov et N. Iliev en 1997, il semblerait que « coupé de la population-mère d’Europe du Nord et Centrale par des barrières climatiques, Equus (caballus) germanicus ait évolué en gallicus puis en arcelini à l’Ouest de l’Europe », tandis que les chevaux d'Europe de l’Est et du Sud-Est ont connu une évolution différente[2].

D'après les découvertes paléontologiques sur de nombreux sites du territoire français actuel, comme ceux de Solutré, de Camiac et de La Quina, et selon la majorité des préhistoriens et paléontologues, il remplace progressivement Equus caballus gallicus. Vera Eisenmann[3] postule que Equus caballus germanicus peut présenter des variations de taille et de dentition, qu’Equus caballus gallicus n'a jamais existé, et donc que Equus caballus arcelini a succédé directement à Equus caballus germanicus 15 000 ans avant notre ère, avec des changements morphologiques bien visibles[4],[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Note[modifier | modifier le code]

  1. Vera Eisenmann notamment emploie cette graphie.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Guadelli 1986
  2. (en) N. Spassov et N. Iliev, « The wild horses of eastern europe and the popyphylethic origin of the domestic horse » dans Anthropozoologica, no 25-26, p. 753-761, 2 fig.
  3. Eisenmann 1991, cité par Armand 1998, p. 353
  4. Armand 1998, p. 353
  5. Eisenmann 1991, p. 753

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • J.-L. Guadelli, « Révision de la sous-espèce Equus caballus gallicus : Contribution du Cheval à la connaissance des paléoenvironnements », 11ème Réunion des Sciences de la Terre, Clermont-Ferrand,‎ (lire en ligne) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • J.-L. Guadelli, « Les Chevaux de Solutré », Caractérisation et datation des milieux pléistocènes. Cahiers du Quaternaires, Paris, Ed. du CNRS, no 16,‎ , p. 261-336, 9 fig., 62 tab., 1 annexe
  • A. Langlois, « Le Cheval du gisement Pléistocène moyen de La Micoque (Les Eyzies-de-Tayac, Dordogne) : Equus mosbachensis micoquii nov. ssp. », Paléo, no 17,‎ , p. 73-110 (lire en ligne)
  • Vera Eisenmann, « Les chevaux quaternaires européens (mammalia - perrissodactyla). Taille, typologie, biostatigraphie et taxonomie », Geobios, no 6,‎ , p. 747-759
  • Dominique Armand, « Sur la présence d’Equus caballus gallicus dans les niveaux supérieurs de la station Amont de La Quina (Charente) », Quaternaire, vol. 9, no 4,‎ , p. 345-353 (DOI 10.3406/quate.1998.1616, lire en ligne) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • (en) Véra Eisenmann, Jean-Denis Vigne, Michel baylac et Olivier Bignon, « Geometric morphometrics and the population diversity of Late Glacial horses in Western Europe (Equus caballus arcelini): phylogeographic and anthropological implications », Journal of archaeological science, Amsterdam, vol. 32,‎ , p. 375-391 (ISSN 0305-4403)
  • Olivier Bignon, « Approche morphométrique des dents jugales déciduales d’Equus caballus arcelini (sensu lato, Guadelli 1991): critères de détermination et estimation de l'âge d'abattage », Comptes Rendus Palevol, vol. 5, no 8,‎ , p. 1005-1020