Cheikou Cissé

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Cissé.
Cheikou Cissé
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité

Cheikou Cissé (Chorboze, 1890 - Nouméa, 1933) est un tirailleur sénégalais, né dans le Niger actuel (Soudan français en 1918) et mort au bagne en Nouvelle-Calédonie, ayant été condamné à une peine de déportation en 1918. Cissé a été le dernier bagnard de Nouvelle-Calédonie, les autres ayant été transférés en Guyane française.

Biographie[modifier | modifier le code]

En , il est recruté dans le 4e régiment de tirailleurs sénégalais et participe à la Première Guerre mondiale. Blessé au Maroc et aux Dardanelles, il est rapatrié au Sénégal en 1917. Les autorités le contraignent à y rester malgré ses demandes de rejoindre sa famille au Soudan français (actuel Mali). Il est arrêté le à Dakar pour « complot contre la sûreté de l'État » et « excitation à la guerre civile ». Le , il est condamné à la déportation à perpétuité, en Nouvelle-Calédonie, par le conseil de guerre de Dakar.

Cheikou Cissé devient alors l'objet d'une campagne visant à sa libération, organisée par la gauche, les associations anticolonialistes, le Secours rouge international[1] et le député André Marty (membre du Comité central du Parti communiste français). Le ministre de la guerre Paul Painlevé, membre de la Ligue des droits de l'homme, rejette par une lettre du la requête en grâce formulée par André Marty. [réf. nécessaire]

En 1932, le Secours rouge international nomme comme présidents d'honneurs Cheikou Cissé, Gorki et Heywood. À l'été 1933, le numéro 1 de la revue Le Cri des nègres (juillet-) titre: « Cheikou Cissé est mort ». Le , L'Humanité lui consacre un article rappelant son parcours et s'interrogeant sur son décès.

Sources[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.secoursrouge.org/histoire-du-secours-rouge Histoire du Secours rouge international