Chaya Mushka Schneerson

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Schneersohn.
Chaya Mushka Schneerson
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 86 ans)
New YorkVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Montefiore Cemetery (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Nom dans la langue maternelle
חיה מושקא שניאורסון et חיה מושקא שניאורסאהןVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalités
Activité
Famille
Schneersohn (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Père
Conjoint
Autres informations
Religion
Chaya Mushka Schneerson grave.jpg
Vue de la sépulture.

Chaya Mushka Schneerson (ou Schneersohn[1]) (-), dite la Rebbetzin, est l'épouse du septième et dernier Rebbe du mouvement hassidique Loubavitch, Menachem Mendel Schneerson (1902-1994).

Biographie[modifier | modifier le code]

Chaya Mushka Schneerson est née le samedi 16 mars 1901 (25 Adar) à Babinovitch, un village près de la ville de Lioubavitchi, en Russie. Elle est la deuxième des trois filles du sixième Rebbe de la dynastie Loubavitch, le Grand Rabbin Yossef Yitzchok Schneersohn (1880-1950) et de la Rebbetzin Nechama Dina Schneersohn. Elle porte les prénoms de Chaya Mushka[2](Moussia[3]), portés par l'épouse du troisième Rebbe de Loubavitch, le Tsemah Tzedek (1789-1866).

Elle vit avec sa famille à Lioubavitchi, jusqu'à l'automne de 1915. À cause de la Première Guerre mondiale, la famille se réfugie à Rostov-sur-le-Don.

En 1920, son grand-père, Sholom Dovber Schneersohn, le cinquième Rebbe de Lioubavitchi décède. Le père de Chaya Mushka, Yosef Yitzchok Schneersohn, lui succède et devient le sixième Rebbe de Lioubavitchi.

Au printemps de 1924, face aux dangers qui menacent les juifs à Rostov[Lesquels ?], la famille Shneersohn va habiter à Leningrad.

À l'automne de 1927, son père, Yosef Yitzhok Schneersohn, le Rebbe de Lioubavitchi est arrêté[4] pour ses activités en faveur de l'observance du judaïsme. Elle participe aux efforts pour sa libération.

À la libération de son père, la famille quitte Leningrad[5] et la Russie et s'installe à Riga, en Lettonie.

Elle épouse son distant cousin[6] Menachem Mendel Schneerson en 1928[7],[8], à Varsovie, en Pologne. Elle a 27 ans. Les parents de Menachem Mendel Schneerson, le rabbin Levi Yitzchak Schneerson et son épouse, la rebbetzin Chana Schneerson ne peuvent pas participer au mariage, mais célèbrent l'évènement à Iekatrinoslav, aujourd'hui appelé Dnipro, en Ukraine[9].

Elle accompagne son époux, à Berlin, où il suit des cours en mathématiques et en physique, à l'Université de Berlin[10].

À la prise de pouvoir par les nazis, au printemps de 1933, ils quittent Berlin et vont à Paris. Le futur Rebbe de Loubavitch et son épouse vivent en France[11], de 1933 à 1941, c'est-à-dire durant 8 ans. Il garde sa vie durant un attachement pour ce pays. Plus tard, aux États-Unis, il adopte La Marseillaise comme son hymne personnel.

Durant la Seconde Guerre mondiale, ils se réfugient à Nice, avant de partir pour New York, où ils s'établissent à Crown Heights, Brooklyn, le .

Rebbetzin de Loubavitch[modifier | modifier le code]

En 1950, après le décès de son père, son époux devient le Rebbe de Loubavitch, et elle devient la Rebbetzin de Loubavitch.

Chaya Mushka Schneerson demeure officiellement dans l'ombre de son époux. Elle a cependant de l'influence sur ses décisions[12].

Une sœur lui survit, Hannah Gourary[12]. La plus jeune sœur de Chaya Mushka, Shaina, et son mari, le rabbin Menahem Horenstein, sont déportés alors qu'ils se trouvent en Pologne et assassinés par les nazis[13],[14] à Treblinka.

Depuis son décès le 10 février 1988 (22 Shevat 5748) et jusqu'à aujourd'hui, dans le mouvement Loubavitch son nom (prénoms) est donné aux jeunes filles[15] et à des institutions pour jeunes filles.

Le Rebbe de Loubavitch, pratiquement depuis le décès de son épouse, en 1988 jusqu'à son propre décès en 1994, c'est-à-dire durant 6 ans, utilisera son bureau pour dormir[16], soulignant le rôle important de Chaya Mushka dans sa vie[17].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Tzvi M. Rabinowicz. Encyclopedia Of Hassidism. Jason Aronson: Northvale, New Jersey, London, 1996. (ISBN 1-56821-123-6)
  • (en) A Prince in Prison. The Previous Lubavitcher Rebbe's Account of His Incarceration in Stalinist Russia in 1927. An Extract fom Likkutei Dibburim by Rabbi Yosef Yitzchak Schneersohn of Lubavitch. Translated by Uri Kaploun. Sichos in English. 788 Eastern Parkway, Brooklyn, 1997.
  • (en) The Rebbetzin Chaya Mushka Schneersohn. A Brief Biography. Merkaz L'Inyoni Chinuch: New York, 1999, 2004. (ISBN 0-8266-0101-4)
  • (en) A Mother in Israel. The Life and Memoirs of Rebbetzin Chana Schneerson of blessed memory. Mother of Rabbi Menachem M. Schneersoon, The Lubavitcher Rebbe. Edited by Rabbi Alter Eliyahu Friedman. Translated by Yerachmiel Tilles. Kehot Publication Society: 770 Eastern Parkway, Brooklyn, New York, 2002, Revised Edition 2006. (ISBN 0-8266-0099-9)
  • (en) Edward K. Kaplan, Samuel H. Dresner. Abraham Joshua Heschel: Prophetic Witness. Yale University Press, 2007. (ISBN 0-300-12464-3), (ISBN 978-0-300-12464-4)
  • (en) Alan Feuer. Rooms. No One There, but This Place Is Far From Empty. The New York Times, Thursday, January 15, 2009, p. A28.
  • (en) Samuel C. Heilman & Menachem M. Friedman. The Rebbe. The Life and Afterlife of Menachem Mendel Schneerson. Princeton University Press: Princeton and Oxford. 2010. (ISBN 978-0-691-13888-6)
  • (en) Boruch Oberlander & Elkanah Shmotkin. Early Years. The formative years of the Rebbe, Rabbi Menachem M. Schneerson, as told by documents and archival data. Kehot Publication Society, Brooklyn,New York, 2016. (ISBN 9781932349047)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Rabinowicz, 1996, p. 431.
  2. "Chaya" veut dire "la vie" et "Mushka" signifie "épice aromatique".
  3. Voir, Heilman & Friedman, 2010.
  4. Chaya Mushka est présente lors de l'arrestation. Lorsque Nachmanson qui vient arrêter le Rebbe demande à elle et à sa sœur Sheine, "à quel parti elles appartiennent", elles répondent : "Nous appartenons au parti de notre père. Nous sommes les filles d'Israël non-partisanes. Nous aimons les anciennes voies du Patriarche Israël et détestons les nouvelles aspirations." Voir, "A Prince in Prison", 1979, p. 11.
  5. Voir le passeport de Chaya Mushka délivré a Leningrad, le 1er octobre 1927, avec sa photo. Elle est décrite comme une personne de taille moyenne, blonde, aux yeux bleus.
  6. Selon Rabinowicz, 1996, p. 431, "She was his second cousin once removed".
  7. Le 14 Kislev 5689.
  8. Ils s'étaient fiancés 5 ans auparavant, en 1923, à Riga.
  9. Voir, "A Mother in Israel", 2006, p. 5-6.
  10. D'après Kaplan & Dresner, 2007, p. 138, Menachem Mendel étudie la "philosophie naturelle" à l'université, alors que Chaya Mushka, inscrite à l'Institut des Étudiants Étrangers, étudie les mathématiques.
  11. Aux Archives nationales à Fontainebleau, l'application pour une demande de citoyenneté française par Menachem Mendel Schneerson et une carte d'identité pour Chaya Mushka Schneerson ont été découvertes en 2008. Le couple ne deviendra pas français et immigre aux États-Unis.
  12. a et b Voir Goldman, 1988.
  13. Voir Rabinowicz, 1996, p. 431.
  14. His full name was Menachem Mendel Horenstein.
  15. Voir par exemple le vidéo "Naming after the Rebbetzin" en hébreu.
  16. Voir Feuer, 2009, p. A28.
  17. Ils étaient mariés pendant 60 ans.

Liens externes[modifier | modifier le code]