Charles de Bourbon des Deux-Siciles

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Charles de Bourbon.
image illustrant un homme politique image illustrant italien
Cet article est une ébauche concernant un homme politique italien.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Charles de Bourbon des Deux-Siciles
Carlo di Borbone delle Due Sicilie
Description de l'image LL.AA.-RR. i Duchi di Castro.tif.

Succession

Prétendant au trône des Deux-Siciles

Depuis le
(8 ans 4 mois et 11 jours)

Nom revendiqué « Charles Ier »
Prédécesseur Ferdinand de Bourbon-Siciles
Biographie
Titulature « Duc de Castro »
Dynastie Maison de Bourbon-Siciles
Nom de naissance Carlo Maria Bernardo Gennaro di Borbone-Due Sicilie
Naissance 24 février 1963
Saint-Raphaël (France)
Père Ferdinand de Bourbon-Siciles
Mère Chantal de Chevron-Villette
Enfants Maria Carolina di Borbone delle Due Sicilie
Maria Chiara di Borbone delle Due Sicilie
Description de cette image, également commentée ci-après

Prétendants au trône des Deux-Siciles

Charles Marie Bernard Gennaro de Bourbon des Deux-Siciles (en italien, Carlo di Borbone delle Due Sicilie) (Saint-Raphaël, ) est le fils de Ferdinand de Bourbon-Siciles (1926-2008) et de Chantal de Chevron-Villette (1925-2005).

Famille et succession[modifier | modifier le code]

Le prince Charles de Bourbon des Deux-Siciles a porté successivement les titres de « duc de Noto » (1963-1973), « duc de Calabre » (1973-2008), « duc de Castro » (2008), ce dernier titre étant traditionnellement celui du chef de la maison royale des Deux-Siciles.

Il est considéré par ses partisans comme le chef de la Maison royale des Deux-Siciles et prétendant au trône des Deux-Siciles, ce qui est contesté par Pedro de Bourbons-Siciles (1968-), « duc de Calabre », son cousinde la branche espagnole. Il épouse à Monaco le 31 octobre 1998 Camilla Crociani (1971), d'où :

  1. S.A.R. Maria Carolina Chantal Edoarda Beatrice Gennara di Borbone delle Due Sicilie (Rome, 23 juin 2003), duchesse de Palerme (2014)[1].
  2. S.A.R. Maria Chiara Amalia Carola Luisa Carmen di Borbone delle Due Sicilie (Rome, 1er janvier 2005), duchesse de Capri (2014)[1].

Le 14 mai 2016, Charles de Bourbon-Siciles décide de modifier les règles de succession en passant d'une règle semi-salique à la règle de primogéniture absolue[2]. À la suite de cette décision, annoncée solennellement en la basilique Saint-Pierre de Rome, sa fille Marie Caroline devient alors l'héritière de la maison royale de Bourbon-Siciles[3].

Cette décision suscite de la part de Pedro de Borbón-Dos Sicilias, « duc de Calabre », une réaction qu'il exprime par un communiqué où il revendique la tête de la maison royale de Bourbon-Siciles[4].

Le « duc de Castro » lui réplique en exposant les arguments juridiques, généalogiques et dynastiques qui appuient son « rang incontestable »[5], « rang » allant de pair avec la grande maîtrise des ordres dynastiques, en particulier l'Ordre constantinien de Saint-Georges, reconnu en 1963 par la République italienne.

Le prince Charles a accédé au tournant du siècle (donc au nom de son père le roi titulaire Ferdinand IV) aux demandes de ses sujets de jure afin de conforter leurs droits sur le banc sous-marin Ferdinandea, reste d’un volcan qui avait émergé en 1831 et que le roi Ferdinand II des Deux-Siciles avait annexé en lui donnant son nom : une plaque a été immergée indiquant que Ferdinandea ERA E SARA SEMPRE DEL POPOLO SICILIANO.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. a et b Réconciliation au sein de la famille royale des Deux-Siciles, Noblesse et royautés, 25-01-2014.
  2. « La Maison Royale de Bourbon-Siciles abolit la loi salique, ce qui relancerait la querelle dynastique succession au trône des Deux-Siciles. », sur conseil dans l'espérance du roi,‎ (consulté le 31 mai 2016)
  3. Camille Pascal, « Le Prince réformateur et le pape François », Valeurs Actuelles,‎
  4. « Polémica entre los Borbón Dos Sicilias por el cambio en la sucesión », sur El Confidencial Digital (consulté le 31 mai 2016)
  5. « Los derechos femeninos al "trono" de las Dos Sicilias enfrentan a los Borbones », sur eldiario.es (consulté le 31 mai 2016)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]