Charles Lebayle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Charles Lebayle
Pasteur-lebayle-1845.jpg

Dessin de Lebayle représentant Louis Pasteur d'après un daguerréotype de 1845.

Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 41 ans)
Nationalité
Activités
Distinction

Charles Lebayle (Paris, [1] - février 1898) est un peintre et dessinateur français.

Parcours[modifier | modifier le code]

Fils d'un décorateur en devanture de magasin, Charles Lebayle, âgé de quatorze ans, commence par suivre les cours du soir de l’École des arts décoratifs (la petite école), devient l'élève du sculpteur Aimé Millet, et se lie d'amitié avec Henri Carot.

Son père meurt, Charles devient alors chargé de famille, et tente de continuer l'entreprise de son père mais fait faillite.

Il débuta au Salon de 1877 et embrasse l'art du vitrail grâce aux conseils de son ami Carot.

Il réussit le concours de l'École des beaux-arts de Paris en 1879, après avoir suivi les cours publics d'Adolphe Yvon et se tourne vers la peinture, art pour lequel il fut très tôt remarqué. Il réside 7, rue Alain-Chartier.

En 1885, il exécute avec Charles Leprévost la verrière figurée de la Vie de la Vierge, d'après des cartons de Lucien Magne et de François-Émile Ehrmann, pour la Cathédrale Saint-Lazare d'Autun. Il peint également le projet du vitrail d'honneur de la mairie de Vannes, exécuté par Charles Champigneulle.

En 1886, il décroche le premier grand prix de Rome en peinture avec Claude proclamé empereur[2] et part deux ans en résidence à la villa Medicis. Il fait le portrait du jeune peintre Louis-Jules Dumoulin et de son épouse[3]. Le Musée Hébert possède trois photographies sur plaque de verre de Lebayle peignant une fresque, sur les murs de la villa, intitulée La mer et le berger (1888).

Aucune de ses toiles issues de son séjour italien n'est achetée par l’État : Lebayle en est affecté. Il perd ensuite sa sœur et sa mère.

Il se rend alors à Lyon dans les ateliers de Lucien Bégule et conçoit les dessins des vitraux de l'hôpital de la Charité. Un autre dessin a servi au carton d'un vitrail[4] de la collégiale Saint-Martin de Montmorency.

Après avoir essayé de relancer une entreprise de peintre-verrier et de faire reconnaître, avec d'autres, la peinture sur verre, il met fin à ses jours dans son atelier en se tirant une balle dans le cœur[5],[6] en 1898, laissant sa veuve continuer l'affaire.

Deux portraits de femme peints à Rome et signés Ch Le Bayle sont conservés au musée Sarret de Grozon (Arbois)[7].

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Chronique des arts et de la curiosité (Volume 1882).
  2. École nationale supérieure des beaux-arts, dépôt, inv. PRP 137.
  3. « Notes extraites du journal du peintre » in Michel Loirette, Louis Dumoulin : peintre des colonies, L'Harmattan, 2010, p. 69.
  4. Dominique Foussard, Charles Huet, Mathieu Lours, Églises du Val-d'Oise. Pays de France, Vallée de Montmorency, Société d'Histoire et d'Archéologie de Gonesse et du Pays de France, 2011. (ISBN 978-2953155426)
  5. Annales catholiques. Revue religieuse hebdomadaire de la France et de l’Église du 7 janvier 1899.
  6. Henri Carot : « Notice nécrologique de Charles Lebayle », Le journal de la peinture sur verre, n° 25, mars 1898.
  7. Base Joconde.

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]