Charles-Pendrell Waddington

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Waddington.
Charles-Pendrell Waddington
Waddington, Charles (Le Siècle, 1914-03-26).jpg
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Formation
Activité
Enfant
Parentèle
William Henry Waddington (cousin germain)
Richard Waddington (cousin germain)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
A travaillé pour
Membre de
Distinction

Charles-Pendrell Waddington, né le à Milan, en Italie, et mort le à Saint-Georges-Buttavent, est un philosophe français, cousin de Richard et de William H. Waddington.

Biographie[modifier | modifier le code]

Charles Waddington est le fils de William Pendrell Waddington et Jeanne Marie Pauline Tzaut, mariés au temple protestant de la rue Saint-Honoré en 1818.

Sa famille protestante est d'origine anglaise. Son père est naturalisé français le 11 mars 1818 et son acte de décès, le 6 mars 1821 à Rome, a été transcrit dans l’état-civil de Saint-Rémy-sur-Avre.

Entré à l'École normale à 19 ans, il compose sa thèse complémentaire en latin sur La Vie et les écrits de Ramus (1848).

Il est professeur à la faculté des lettres de Paris et au lycée Louis-le-Grand lors de son mariage, le 7 décembre 1853 à Saint-Georges-Buttavent avec Marie Denis, fille de Martin Denis, affiliée à la famille Denis.

Il a enseigné dans différentes institutions comme le Séminaire protestant de Strasbourg, le lycée Louis-le-Grand, et la Sorbonne, où il est en 1879 nommé professeur de philosophie ancienne.

Il est membre de l'Académie des sciences morales et politiques en 1888, au fauteuil d'Elme-Marie Caro. Professeur à la Sorbonne et académicien, il incitera de nombreuses personnalités à venir admirer la précocité de l'école de Fontaine-Daniel, fondée en 1833 par madame Horem et reconstruite sous l'égide de Gustave Denis en 1862.

En 1886, il est l'un des fondateurs, avec Adolphe Franck, de la Ligue nationale contre l'athéisme.

Famille[modifier | modifier le code]

  • William Waddington, né en 1751, mort à Paris le 15 février 1818, banquier et négociant de coton à Londres et Paris, marié à Grace Valentin Skyes,
    • William Pendrell Waddington, né en Angleterre en 1791, naturalisé français en 1818, mort à Rome le 6 mars 1821, manufacturier, marié en 1818 avec Jeanne Marie Pauline Tzaunt ;
      • Charles-Pendrell Waddington (1819-1914) marié 7 décembre 1853 avec Marie Denis (1832-1926)
        • Louise Waddington (1854-1918) mariée le 7 octobre 1880 avec Maurice Sibille (1847-1932)
        • Albert Waddington (1861-1926)[1], maître de conférences à la faculté des lettres de Lyon, marié le 5 mai 1891 avec Pauline Ferrand (1866-1952).
    • Thomas Waddington, né à Londres le 25 décembre 1793, mort le 3 septembre 1869 à Ax-les-Thermes, manufacturier à Saint-Rémy-sur-Avre, marié en 1825 à Londres avec Janet MacKintosh Chisholm (1800-1890)[2]
      • William Henry Waddington (1826-1894), président du Conseil, marié en 1850 avec Mathilde Lutteroth (1826-1852),
        • Henri Waddington (1852-1939)[3]
      • Francis Colin Waddington (vers 1828-1864), marié en 1862 avec Louise Gabrielle Vernes (1842-1921), fille du banquier Félix Vernes,
      • Mary Isabella Waddington (1833-1869),
      • Richard Pendrell Waddington (1838-1913)[4], sénateur et ministre, marié en 1860 avec Louise Mary Ann Colisson-Miles (1840-1903)
        • Francis Waddington (1864-1869)
        • Walter Francis Chisholm Waddington (1864-1920)[5]
        • Frédéric Arthur Waddington (1865-1949) marié à Hélène Victorine Ferrand (1868-1958)[6]
        • Marguerite Waddington (1870-1952) mariée en 1890 avec Marcel Delmas (1865-1911), fils d'Émile Delmas
        • Alice Hélène Waddington (1878-1939)
    • Frédéric Waddington (1803-1873) marié en 1832 avec Clémentine Froment (1810-1889)[2],[7]
      • Hélène Waddington (1832- )
      • Frédéric Evelyn Waddington (1841-1894)[8]

Distinction[modifier | modifier le code]

Publications[modifier | modifier le code]

  • De la Psychologie d’Aristote. Paris : Joubert, 1848
  • De l’Utilité des études logiques. Paris, 1850
  • De l'utilité des études logiques. Paris : Ladrange, 1851
  • Ramus (Pierre de la Ramée) - Sa vie, ses écrits et ses opinions. Paris : C. Meyrueis et Cie, 1855. Genève : Slatkine Reprints, 1969
  • Essais de logique : leçons faites à la Sorbonne de 1848 à 1856. Paris : A. Durand, 1857
  • De l'idée de Dieu et de l'athéisme contemporain. Paris, A. Durand, 1858
  • De l’âme humaine, études de psychologie Paris : Hachette, 1862
  • Des Erreurs et des préjugés populaires. Paris, Hachette, 1866
  • Descartes et le spiritualisme. Paris : Ch. Lahure, 1868
  • Dieu et la conscience. Paris : Didier et Cie., 1870
  • La Philosophie de la Renaissance. Paris : Ch. Meyrueis, 1872
  • Les Antécédents de la philosophie de la Renaissance. Paris, Meyrueis, 1873
  • De la science du bien, 1875
  • Pyrrhon et le pyrrhonisme ; mémoire pour servir à l'histoire du scepticisme. Paris : A. Picard, 1876
  • De l’Autorité d’Aristote au Moyen Âge. Paris : A. Picard, 1877
  • La renaissance des lettres et de la philosophie au XVe siècle. Paris, A. Picard, 1878
  • Platon : Criton ou le Devoir du citoyen. Paris, Hachette, 1885
  • Mémoire sur l’authenticité des écrits de Platon. Paris, Picard, 1886
  • Le Parménide de Platon, son authenticité, son unité de composition, son vrai sens. Paris, A. Picard, 1888
  • L'Athéisme en France ; la fin du XVIIIe siècle, 1892
  • Des idées morales dans l'antique Égypte. Paris : A. Picard, 1893
  • Aristote écrivain et moraliste. Paris : Alphonse Picard & Fils, 1898
  • Tableau historique de la philosophie grecque avant Socrate. Paris : A. Picard, 1900
  • La Philosophie ancienne et la critique historique. Paris : Hachette, 1904

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Christophe Charle, « Waddington (Charles) », dans Les professeurs de la faculté de lettres de Paris, Publications de l'Institut national de recherche pédagogique, Paris, 1985, 2-1, p. 173-174 (lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]