Charles-Michel Billard

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Billard (homonymie).
Charles-Michel Billard
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 31 ans)
Nationalité
Activité

Charles-Michel Billard, né le à Pellouailles-les-Vignes (Maine-et-Loire) et mort le , est un médecin français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Orphelin dès son bas âge[1], il est confié à sa tante, qui prend soin de son éducation. Il commença ses études au Collège de Laval, et vient les terminer au Lycée d'Angers.

La carrière médicale fut celle qu'il résolut de suivre, et, en 1819, il s'inscrivit à l'école secondaire d'Angers, où peu de temps après il obtint une place dans le service de l'hôpital. Ce premier succès accrut son ardeur, et fut bientôt suivi d'autres, qui, en récompensant son zèle pour l'étude de l'anatomie normale et pathologique, et pour l'observation des maladies, lui ouvrirent une mine féconde en éléments d'instruction. Ce fut pénétré déjà des principes philosophiques de Bacon, et nourri de la lecture de Morgagni, qu'il vint à Paris pour compléter son éducation médicale dans la fréquentation des hôpitaux.

Au milieu de cette grande école, rapprochant sans cesse les symptômes observés pendant la vie des malades, des altérations trouvées après leur mort, il parvint en peu de temps à recueillir une grande suite de faits qui lui permirent de mettre au jour un ouvrage estimé, sous ce titre : Traité de la membrane muqueuse gastro-intestinale dans l'état sain et dans l'état morbide, ou Recherches d'anatomie pathologique sur les divers aspects sains et morbides que peuvent présenter l'estomac et les intestins, Paris, 1825, in-8°. En même temps il traduisait de l'anglais les Principes de chimie de Thomson, Paris, 1825, 2 vol. in-8° ; insérait dans les journaux de médecine une observation de paralysie partielle de la face, provenant d'une lésion avec perte de substance du tronc du nerf facial, et des considérations sur quelques altérations de couleur de la substance corticale du cerveau, et donnait une édition du Précis de l'art des accouchements de Michel Chevreul (Paris, 1826, in-12), à laquelle il ajoutait une histoire rapide des vices de conformation du fœtus.

Ayant obtenu au concours une place d'interne à l'hospice des Enfants-Trouvés, il ne tarda pas à sentir vivement le manque d'un ouvrage complet sur les maladies des nouveau-nés, et résolut de remplir cette lacune. Quelques mémoires sur la chute du cordon, ombilical, sur le croup, sur l'induration du tissu cellulaire et sur le cil des enfants qui viennent de naître, indiquèrent la manière dont il envisageait ce sujet difficile, objet alors constant de ses méditations. Un moment, toutefois, il fut distrait par un voyage dans la Grande-Bretagne, qui lui fournit l'occasion de publier des documents d'un haut intérêt sur les hôpitaux, les établissements de charité et l'instruction médicale tant en Angleterre qu'en Écosse ; mais à son retour il se hâta de livrer à l'impression son Traité des maladies des enfants nouveau-nés et à la mamelle, fondé sur de nouvelles observations cliniques et d'anatomie comparée auquel a participé Charles-Prosper Ollivier d'Angers[2]. À cet ouvrage, il joignit un Atlas d'anatomie pathologique pour servir à l'histoire des maladies des enfants, Paris, 1828, in-4°, dont il avait lui-même peint les figures originales avec une grande vérité.

La même année, il prit le grade de docteur, et soutint à cette occasion une Dissertation médico-légale sur la viabilité, Paris, 1828, in-4°, dans laquelle il appréciait le degré d'influence des diverses maladies du fœtus considérées comme obstacles à l'établissement de la vie. Peu de temps après, il vint demeurer à Angers, où les fatigues inséparables d'une clientèle étendue ne purent le distraire entièrement de son goût décidé pour la littérature médicale.

Il y traduisit les Leçons sur les maladies des yeux de Lawrence (en) (Paris, in-8°), augmentées d'un Précis de l'anatomie pathologique de l'œil. II donna aussi quelques mémoires sur l'emploi du calomel dans le croup, sur un cas particulier de colorisation bleue de la peau, causée par une altération de la transpiration, et sur un cas de supposition de part. Enfin il publia quelques opuscules d'un intérêt purement local, un Projet d'association pour l'extinction de la mendicité dans la ville d'Angers (Angers, 1851, in-8°) ; un Rapport sur la souscription destinée à l'établissement d'un dépôt de mendicité dans la ville d'Angers, ibid., 1831, in-fol.) ; les Statuts et Règlements pour la maison destinée à l'extinction de la mendicité, ibid., 1851, in-8°).

Une phthisie pulmonaire vint prématurément interrompre sa carrière, le 21 janvier 1832. Un de ses condisciples, le docteur Charles-Prosper Ollivier, a porté de lui un jugement que nous transcrirons en entier, parce qu'il n'est qu'équitable, bien que sorti de la plume d'un ami :

« Ce qu'a écrit Billard porte généralement le cachet de a cette observation éclairée qui s'entoure des lumières et de l'expérience que l'on puise dans l'histoire approfondie de la nature. Ce ne sont pas seulement les faits qu'il observe qui constituent la base des principes qu'il veut établir ; une érudition acquise avec discernement lui fournit encore des éléments- ce nombreux pour compléter ou rectifier les résultats de ses propres recherches. Il était doué d'un este prit juste et réservé, qui le tenait en garde contre les écarts où pouvaient l'entraîner l'ardeur et la facilité de son imagination. Interprète ingénieux et fidèle de la nature, il s'attache surtout à ne parler que d'après ses inspirations. »

Une notice historique sur Billard, insérée dans les journaux de médecine, a été imprimée séparément.

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • De la membrane muqueuse gastro-intestinale, dans l'état sain et dans l'état inflammatoire : recherches d'anatomie pathologique sur les différents aspects sains et morbides que peuvent présenter l'estomac et les intestins (Ouvrage couronné par l'Athénée de médecine de Paris), Paris, Gabon et Cie, libraires, , 565 p. (OCLC 3766371, lire en ligne)
  • Dissertation médico-légale sur la viabilité… Paris, Impr. Didot. 1828. (Texte intégral.)

Article connexe[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Avec un frère plus jeune que lui.
  2. Paris, in-8° ; 2e édition, 1855.