Quercus coccifera

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Chêne kermès)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Arabic albayancalligraphy.svg Cette page contient des caractères arabes. Testez votre navigateur afin de vérifier qu'ils s'affichent correctement. En cas de problème, consultez la page d'aide à l'affichage des caractères Unicode.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Palestine (homonymie).

Le Chêne des garrigues ou Chêne kermès ou chêne de Palestine (Quercus coccifera) est une espèce d'arbustes à feuilles persistantes de la famille des Fagacées et de la sous-famille des Fagoideae, spontané dans les terrains pierreux calcaires des régions méditerranéennes, en particulier dans la garrigue.

Noms communs : chêne kermès, chêne à cochenille, chêne-garrigue, garric.

Noms occitans : avaus, garrolha, agarrus[1], garric (qui a, par extension, donné son nom à la "garrigue")

Le chêne kermès tire son nom de la cochenille qui le parasite, Kermes vermilio (de l'arabe qirmiz (قرمز), du persan qirmiz (قرمز) : sanglant ; rouge ; cochenille).

Description[modifier | modifier le code]

Quercus coccifera.jpg

Arbuste ou arbrisseau touffu à port buissonnant, d'une hauteur maximale de 3 mètres, à tiges recouvertes d'une écorce brun noir finement crevassée, portant de nombreux rameaux enchevêtrés, et persistants une fois desséchés.

Les feuilles petites, coriaces, d'un vert luisant, de forme ovale-oblongue sont bordées de dents épineuses et ont un court pétiole. Elles persistent deux ans. Les feuilles de Q. coccifera ont le même aspect luisant sur le dessus et le dessous (cela permet de facilement le différencier à l’état juvénile avec Q. ilex dont la feuille est pubescente et blanchâtre sur le dessous).

Fleurs

Les fleurs jaunâtres apparaissent en avril-mai. Les fruits, isolés, portés par un pédoncule très court, sont des glands, de forme globuleuse. La cupule, qui les enveloppe pour plus de la moitié, est couverte d'écailles rigides, nombreuses, terminées en pointe aiguë.

Quercus coccifera - Muséum de Toulouse

Distribution[modifier | modifier le code]

Cette espèce est originaire du bassin méditerranéen : Afrique du Nord, Europe méridionale, Proche-Orient.

En France, on le trouve dans la région méditerranéenne, jusqu'à la Drôme vers le nord et l'Aveyron vers l'ouest. Il est très présent dans les Calanques de Marseille et dans les massifs des Bouches du Rhône comme celui de la Sainte Victoire.

C'est une espèce de pleine lumière, très adaptée à la sécheresse. C'est l'espèce type qui caractérise la garrigue. Elle est moins rustique que le chêne vert et ne pousse pas en altitude. Elle forme des fourrés impénétrables, délaissés par les animaux à cause des feuilles épineuses, qui favorisent la propagation des incendies. Toutefois, le chêne kermès résiste bien par sa souche drageonnante qui lui permet de repousser vigoureusement après un incendie.

Utilisation[modifier | modifier le code]

L'écorce et les racines du chêne kermès sont riches en tannins. Ces substances utilisées pour le tannage des cuirs et la teinture des filets de pécheurs depuis le Moyen Âge.


Biodiversité[modifier | modifier le code]

Le chêne kermès abrite une espèce de cigale, la cigale du garric, ou cigale des garrigues Tibicina garricola Boulard, 1983[2].

Une cochenille, Kermes vermilio (Hémiptère), parasite cet arbre. Après séchage et broyage, on tirait des femelles de cette cochenille une teinture rouge carmin très prisée. Les Romains en avaient promu la culture afin de réserver la pourpre tirée des murex à l'exercice du pouvoir. C'est ainsi qu'elle contribua plusieurs siècles durant à la richesse des teinturiers et tisserands notamment de la ville de Montpellier, célèbre pour ses luxueux tissus teintés de ce rouge. Son déclin commença avec la découverte du nouveau Monde et de la cochenille du Mexique (Dactylopius coccus), exploitée à moindre coûts . Elle ne fut vraiment abandonnée qu'au milieu du XIXe siècle, mais de maniere fulgurante, au profit des colorants de synthèse. De surcroit, cette cochenille a été décimée par l'utilisation intensive des pesticides destinés à protéger les vignes, plantées sur les aires déboisées sur lesquelles pousse volontiers le chêne kermès. C'est pourquoi on ne la trouve désormais quasiment que sur des chênes kermès éloignés des zones agricoles.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. consulter le site de la Société d'Horticulture et d'Histoire Naturelle de l'Hérault https://s2hnh.org/articles/2016/01/les-chenes-le-chene-kermes-34
  2. « Cigales : Tibicina Garricola », sur www.onem-france.org (consulté le 13 août 2016)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

  • Chêne
  • Chêne de Mambré
  • Selon Cardon et Chatenet "Guide des teintures naturelles" (Delachaux et Nestlé. Neuchâtel 1990), Kermes ilicis est associée au chêne vert. Sur le chêne kermès, on trouverait plutôt Kermes vermilio Planchon, 1864 ou Kermes palestiniensis Balachowsky, 1953.

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]