Chêne de Mambré

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant la botanique image illustrant la culture juive ou le judaïsme image illustrant le christianisme
Cet article est une ébauche concernant la botanique, la culture juive ou le judaïsme et le christianisme.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Chêne de Mambré
Le chêne de Mambré en 2008
Le chêne de Mambré en 2008
Géographie
Pays Palestine
Gouvernorat Hébron
Commune Hirbet es-Sibte
Coordonnées géographiques 31° 32′ 10″ N 35° 05′ 08″ E / 31.536, 35.085581
Caractéristiques
Espèce Chêne kermès (Quercus coccifera)
Circonférence maximale 6,70 m

Géolocalisation sur la carte : Palestine (relief)

(Voir situation sur carte : Palestine (relief))
Chêne de Mambré
Le monastère de la Sainte-Trinité où il se situe

Le Chêne de Mambré (parfois appelé « Chêne de Moré », « Chêne d'Abraham » ou « Chêne de Sibta ») est un chêne kermès d'une circonférence de 22 ft[1],[2], soit 6,7 m. Il se trouve à Hirbet es-Sibte, à deux kilomètres au sud-ouest de Mambré près d'Hébron en Cisjordanie.

Selon la Bible, où est mentionné une première fois au début du chapitre 12 de la Genèse (Gn 12,6), il se situe à l'endroit où le patriarche Abraham a planté sa tente et s'est entretenu, pendant la chaleur du jour, événement relaté dans Genèse 18, à l'issue duquel « L'Éternel dit : Cacherai-je à Abraham ce que je vais faire ? Abraham deviendra certainement une nation grande et puissante et en lui seront bénies toutes les nations de la terre. »

C'est aussi au pied de ce chêne[réf. nécessaire] que Jacob a enfoui les idoles de la famille de Laban.

Sources bibliques[modifier | modifier le code]

Genèse 13:18 : « Abraham démonta sa tente et vint habiter dans la plaine de Mambré, qui est à Hébron, et il y construisit un autel pour le Seigneur. »

Le terme hébreu Eloney Mamreh présent dans Genèse 13,18 est souvent traduit par « plaine de Mambré », une région de Canaan. Mais d'autres spécialistes pensent qu'il fait référence aux arbres térébinthe ou à un chêne appelé « Chêne de Mambré » ou « Chêne d'Abraham ».

Historique[modifier | modifier le code]

Mosaïque de l'épisode de Mambré à la basilique Saint-Vital (Ravenne) (fin du Ve siècle, début du VIe siècle)

La tradition lui donne un âge de cinq mille ans, ce qui est peu probable car les arbres de plus de deux mille ans sont rarissimes.

Le site du chêne a été acquis en 1868 par l'archimandrite Antonin pour l'Église de Russie et le monastère de la Trinité-du-Chêne-d'Abraham a été construit à proximité, à Hébron. Ce site était une attraction majeure pour les pèlerins russes avant la révolution de 1917, et c'était le seul sanctuaire chrétien dans la région d'Hébron. Après la révolution russe, la propriété est passée sous la juridiction de l'Église orthodoxe russe hors frontières qui a depuis retrouvé l'unité canonique avec l'Église orthodoxe russe. Depuis la chute de l'URSS, de nombreux pèlerins russes retournent ici en pèlerinage.

Selon la tradition, le chêne d'Abraham doit mourir avant la venue de l'Antéchrist. Or le chêne est mort en 1996, mais il a donné des rejets[3],[4], et il est toujours « debout », soutenu par une structure en béton et acier.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Photographie du chêne de Mambré vers 1900

Liens externes[modifier | modifier le code]