Château de Fougeret

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Château de Fougeret
Image illustrative de l’article Château de Fougeret
Château de Fougeret vu de l'arrière
Protection  Inscrit MH (2010)[1]
Site web http://fougeret.com
Coordonnées 46° 20′ 20″ nord, 0° 40′ 28″ est[2]
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Vienne
Commune Queaux

Géolocalisation sur la carte : Vienne

(Voir situation sur carte : Vienne)
Château de Fougeret

Géolocalisation sur la carte : Nouvelle-Aquitaine

(Voir situation sur carte : Nouvelle-Aquitaine)
Château de Fougeret

Le Château de Fougeret est un château construit entre les XIVe et XVIe siècles, et largement rénové au XIXe siècle. Il situé dans la commune de Queaux, dans le département de la Vienne.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le lieu est mentionné dès 1337. Il tiendrait son nom d'une famille noble Fougères, ou Fougeré[3]. L'établissement en haut d'une falaise dominant la Vienne d'une place forte, au début de la guerre de Cent Ans, donne au lieu une fonction défensive.

La construction du château actuel remonte au XVe siècle. La famille Frotier l'aurait construit [4]. Il s'agit initialement d'un château « champêtre », à vocation féodale, sans grande prétention architecturale[3].

Fougeret fut, sous l'ancien Régime, un lieu de haute justice[5]. A la Révolution, son propriétaire fuit la France, et le château est récupéré par Louis-François Bonaventure, maire de la commune, qui y établit sa résidence[3].

Sous le Second Empire, une campagne de restauration menée par ses propriétaires, la famille Robin-Médard, lui donne son aspect actuel[3].

Dans le premier tiers du XXe siècle, le château de Fougeret devient, sous l'impulsion de son propriétaire Paul Robain, ami de Charles Maurras et sympathisant de l'Action Française[6], un lieu important de rencontres et de fêtes pour les milieux de la haute bourgeoisie et de l'aristocratie, notamment dans les cercles catholiques et royalistes.

En cours de rénovation depuis 2009, le château de Fougeret a été inscrit au titre des monuments historiques en 2010 par la DRAC.

Description[modifier | modifier le code]

Situé en haut d'une falaise de trente-huit mètres, il domine la vallée de la Vienne. Il possède un parc de dix hectares qui borde la Vienne, comportant des allées en étoiles avec un arboretum d'essences venues du Nouveau-Monde (noyers américains, séquoias géants...)[3].

Le corps de logis est flanqué de trois tours rondes et d'une chapelle. Deux tours indépendantes s'ajoutent a proximité du bâtiment principal.

Le château a été inscrit Monument historique en 2010.

La notice mentionne, entre autres éléments remarquables, des peintures murales et fresques, des plafonds à voûtains plates aux clés décorées et peintes, une mosaïque, des boiseries, une cheminée gothique en pierre monumentale sculptée, un escalier en pierre au style gothique avec une rambarde en remplage de type Chambord, des fenêtres à meneaux en pierre.

Il garde certains éléments médiévaux, notamment ses bretèches, ses caves, sarcophages et sa glacière, ainsi que deux fenêtres à meneaux. Sa restauration au XIXe siècle par une famille bourgeoise a pour but de moderniser et de mettre en scène la richesse et l'importance de ses propriétaires. Il est surélevé d'un étage, la répartition et l'organisation des fenêtres est repensé. Son intérieur devient très sophistiqué[3]. Il présente de larges éléments de style néo-gothique, éclectique et troubadour.

L'édifice fait l'objet d'importants travaux de rénovation depuis mars 2009 par ses nouveaux propriétaires, après avoir été laissé à l'abandon pendant près d'un demi-siècle. Depuis 2009, les propriétaires ressentent des expériences paranormales dans leur château. Il décident de faire des soirées avec l'aide de médiums à partir de 2010[7] et dans le même temps, ils organisent des nuitées spirites [8]. Ils déclarent que « Tout ce qu’on gagne en saison avec la location des chambres passe dans les travaux et les réparations » [9]. Rapidement le château connaît un succès grâce notamment par des publications ou reportages dans plusieurs médias nationaux (TF1, Le Parisien,...) [10],[11] et des sceptiques (ou des enquêteurs) se posent des questions sur la véracité de ces phénomènes[12] ,[13].

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Château de Fougeret », notice no PA86000040, base Mérimée, ministère français de la Culture
  2. Source IGN
  3. a b c d e et f « Site Passion Chateaux », sur www.passionchateaux.com
  4. Emmanuel Dion, professeur d’Histoire en classes préparatoires (en partie l'auteur), « Chateau de Fougeret » Historique », sur web.archive.org, (consulté le 16 mars 2019)
  5. « Queaux », sur www.tourisme-vienne.com (consulté le 2 juin 2017)
  6. « Paul Robain (1875-1950) - Auteur - Ressources de la Bibliothèque nationale de France », sur data.bnf.fr (consulté le 29 septembre 2018)
  7. « Château de Fougeret... »
  8. « Château de Fougeret – Queaux, Vienne (86) - Site Officiel » Visites et Nuitées », sur web.archive.org, (consulté le 20 mars 2019)
  9. « https://www.lanouvellerepublique.fr/vienne/commune/queaux/chateau-de-fougeret-les-fantomes-ne-paient-pas-toute-l-ardoise », sur lanouvellerepublique.fr (consulté le 20 mars 2019)
  10. « Le mystère du Château de Fougeret », sur sudouest.fr, (consulté le 5 avril 2015)
  11. (fr) [vidéo] Chasseur de Fantômes #06 : Le Château de Fougeret sur YouTube
  12. Le JDD, « Le château aux dix fantômes », sur lejdd.fr (consulté le 20 mars 2019)
  13. « https://www.lanouvellerepublique.fr/vienne/chateau-de-fougeret-hantes-par-le-doute », sur lanouvellerepublique.fr (consulté le 20 mars 2019)

Voir aussi[modifier | modifier le code]


Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Fabrice Colin, Atlas de la France mystérieuse. 40 histoires vraies qui font vaciller la raison, Atlas Autrement, Autrement, 2015.
  • Sandy Lakdar, Gulliver l'Aventurière, Nos fantômes de France, Fernand Lanore, 2017.
  • David Galley, La France mystérieuse, Opportun, 2017.

Sur les autres projets Wikimedia :

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]