Famille Frotier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Famille Frotier
Image illustrative de l’article Famille Frotier
Armes

Blasonnement d'argent à un pal de gueules accosté de dix losanges du même, cinq à dextre et cinq à senestre poses 2, 2 et 1.
Devise « Nul s'y frotte [1]»
Branches de la Messelière
de la Coste-Messelière
de Bagneux
Pays ou province d’origine Drapeau du Poitou Poitou
Demeures Château de La Messelière, Château de Bagneux
Château de la Pelissonnière
Château de Quintin
Preuves de noblesse
Admis aux honneurs de la Cour 1754, 1780

La famille Frotier est une famille subsistante de la noblesse française, d'extraction chevaleresque, originaire du Poitou.

Sa filiation prouvée remonte à 1393. Elle fut admise aux honneurs de la Cour au XVIIIe siècle[2].

La famille Frotier a donné naissance à trois branches subsistantes :

  • La branche Frotier de La Messelière
  • La branche Frotier de Bagneux
  • La branche Frotier de La Coste-Messelière

Cette famille, encore représentée de nos jours[2], a été admise à l'Association d'entraide de la noblesse française (ANF) le 28 mai 1933.

Généralités[modifier | modifier le code]

(Le nom patronymique Frotier incarné notamment par Pierre Frotier, baron de Preuilly, conseiller du roi Charles VII, conserve son caractère historique et n'est, par principe, pas précédé d'une particule[3]).

Bernard Chérin (1718-1785)[4] écrivait le , au sujet des honneurs de la Cour accordés à cette famille : « Frotier, barons de Preuilly, seigneurs de La Messelière, de Perray, de La Coste et de Fougeré, appelés marquis et comtes de La Messelière et de La Coste, porte: d'argent à un pal de gueules accosté de 10 losanges de même posés 2.2.1 de chaque côté. L'origine de cette ancienne noblesse n'a pas encore été découverte avec certitude, il y a cependant quelque apparence qu'elle est venue du Languedoc où ce nom était connu dès l'an 1202, que vivait Pierre Frotier, évêque de Lodève, et qu'elle a passé ensuite en Poitou et en Saintonge[5]. »

Régis Valette écrit que cette famille est de noblesse chevaleresque sur preuves de 1393 et qu'elle a été reçue aux honneurs de la Cour[2].

Clairambault considère la filiation comme régulièrement établie depuis Jean III Frotier, premier écuyer et sommelier du comte de Valois en 1393, seigneur de Melséart et de Miserit en 1408 et 1415.

Gustave Chaix d'Est-Ange retient l'origine poitevine et non languedocienne de la famille Frotier.

Henri de La Messelière en accord avec Beauchet-Filleau fait débuter la filiation de sa famille avec Jean Frotier, varlet[6], qui était vassal de Mengot de Melle en 1340.

Pierre Frotier, baron de Preuilly est le fils de Jean Frotier, dit le jeune, seigneur de Saint-Faziol, Boivinet, Miserit, Melzéart, Puy-Bourassier, etc.

Jean Frotier avait reçu en don du roi Charles VI en 1383 une maison sise rue Saint-Martin à Paris[7]. Premier écuyer et sommelier du comte de Valois, futur duc d'Orléans, frère du roi Charles VI, en 1393[8], il est cité dans les aveux rendus à Melle par Jean de Clervaux[9], le et par Aimery de Cousdun, le 1er octobre 1406. Il en fit lui-même aveu à Melle, pour ses fiefs de Melzéart et Miserit, le [9] et il est mort en 1416. Jean Frotier avait épousé avant 1390, Jeanne Cléret, dame de Fontenille, (Deux-Sèvres), fille de Jean Cléret, seigneur d'Ardilleux (Deux Sèvres) et d'Alix de Saint-Julien. Ils sont tous deux ancêtres des branches subsistantes de la famille Frotier[10].

Personnages homonymes ou non rattachés à la filiation prouvée[modifier | modifier le code]

Gustave Chaix d'Est-Ange cite des personnages du nom Frotier depuis le Xe siècle en Poitou.

Deux frères, Guillaume et Sicard Frotier prêtent serment au roi de France avec les chevaliers nobles de Cordes, (Tarn), en 1242. Bertrand Frotier est capitaine de la compagnie d'Arnaud de Béarn, comte de Foix, en 1379. Robert Frotier est capitaine du château de Paulin, en Albigeois pour le roi de France en 1412[5].

En pays de Melle (Deux-Sèvres), un Pierre Frotier, originaire de Melle, est mentionné pour avoir accompagné Alphonse, comte de Poitiers afin de rejoindre en 1249 le roi Saint-Louis à la septième croisade entamée en 1248[5],[11],.

Origine de La Messelière en Poitou[modifier | modifier le code]

Personnalités de la famille[modifier | modifier le code]

Colin Frotier est le fondateur de trois branches familiales: Frotier de La Messelière, Frotier de Bagneux et Frotier de La Coste-Messelière

Branche Frotier de La Messelière[modifier | modifier le code]

  • François Frotier de La Messelière, seigneur de La Messelière, lieutenant participant et justicier du sénéchal de la Basse-Marche en 1553, capitaine de l'arrière-ban d'Angoumois en 1562, commandant d'arrière-ban du Poitou en 1567, chevalier de l'ordre du roi en 1568
  • Pierre Frotier de La Messelière, seigneur de La Messelière, chevalier de l'ordre du roi en 1569, gentilhomme ordinaire de la chambre du duc d'Alençon en 1573, gouverneur de Poitiers en 1574 et 1575
  • Gaspard Frotier de La Messelière, seigneur de La Messelière, chevalier de l'ordre du roi, Pour sa belle conduite au siège d'Amiens en 1597, il est nommé mestre de camp d'infanterie. Il est député de la noblesse de la Basse-Marche aux États-Généraux de 1614[13].
  • Louis (II) Frotier de La Messelière (v.1626-1670), seigneur de La Messelière, enfant d'honneur de Louis XIV, chevalier de la Chambre et sergent de bataille des armées du Roi, chevalier de l' Ordre de Saint-Michel, maintenu noble en Poitou les 11 mars 1665 et 21 juillet 1667. Mort le 2 novembre 1670, il est inhumé dans le chœur du Couvent des Cordeliers, à la Raslerie en Queaux[13]
  • Bonaventure Frotier de La Messelière (+1712), dit le marquis de La Messelière, page de la grande écurie du roi en 1662, mestre de camp dans la compagnie de Noailles en 1692, brigadier de cavalerie en 1702, maréchal de camp en 1704, chevalier de l'Ordre royal et militaire de Saint-Louis en 1694. Il servit notamment au siège de Maestricht en 1673. Il fut grièvement blessé à la Bataille de Höchstädt en 1704[14].
  • Henri Frotier de La Messelière (1876-1965), historien et généalogiste breton.

Branche Frotier de Bagneux[modifier | modifier le code]

  • Philippe Frotier, seigneur de Lescorcière en Gouex, Vienne, capitaine des vaisseaux du Roi, lieutenant-colonel du régiment d'Estissac, député de la noblesse aux États Généraux de Tours en 1651, maintenu noble en Poitou le 21 juillet 1667[13].
  • Louis Frotier de Bagneux (+ v.1740), seigneur de Bagneux en Persac, Vienne, officier de cavalerie au Ier escadron du Ban du Poitou en 1693.
  • Louis-Marie Frotier de Bagneux, seigneur de Bagneux (1726-1805), colonel du régiment Royal Champagne en 1772, chevalier de l'Ordre royal et militaire de saint-Louis en 1778.
  • Paul Zénobe Louis Frotier de Bagneux, dit le baron de Bagneux (1783-1858), auditeur au Conseil d'État en 1813, baron de l'Empire français en 1813, chef de division des Armées Catholiques et Royales et sous-préfet à Bourbon-Vendée en 1815, préfet des Côtes-du-Nord en 1827 et 1830 - Officier de la Légion d'Honneur en 1829 . Il est condamné à mort par contumace par le gouvernement du roi Louis-Philippe de 1832 à 1834, pour avoir participé aux actions de la duchesse de Berry .
  • Louis-Charles-Alfred Frotier de Bagneux, dit le marquis de Bagneux (1816-1896), député royaliste de la Seine-Inférieure en 1871, conseiller général du canton de Pavilly.
  • Pierre Adalbert Frotier de Bagneux, dit le comte de Bagneux (1845-1923), capitaine au 50° Mobiles, à la défense de Paris en 1870. Fait chevalier de la Légion d'Honneur à Buzenval. Député de La Seine-Inférieure de 1911 à 1923.
  • Jean Frotier de Bagneux (1900-1983), sénateur des Côtes-du-Nord de 1959 à 1980.
  • Geoffroy Frotier de Bagneux (1909-1973), attaché au cabinet militaire du Général de Gaulle en 1945,compagnon de la Libération.

Branche Frotier de la Coste-Messelière[modifier | modifier le code]

Blasons, titres[modifier | modifier le code]

Image Blasonnement Devise
Blason Famille Fr Frotier.svg Famille Frotier

D'argent au pal de gueules accosté de dix losanges du même, posés 2, 2 et 1 de chaque côté.

Blason fam fr Frotier de La Messelière.svg Frotier de La Messelière

Écartelé: aux 1 et 4, d'azur, à trois croissants d'argent; aux 2 et 3, contre-écartelé: a) d'or, à cinq fusées de gueules accolées en fasce, b) d'azur, à la croix engrêlée d'argent, c) de gueules, à neuf macles d'or, 3, 3 et 3, au lambel antique d'argent brochant en chef, d) burelé d'or et de gueules. Sur le tout des grands quartiers: un écu couronné d'une couronne de marquis, d'argent, au pal de gueules, acc. de dix losanges du même cinq de chaque côté, 2, 2 et 1.

Supports: deux lévriers

Les titres de noblesse portés par cette famille sont des titres de courtoisie.

Alliances[modifier | modifier le code]

Les principales alliances de la famille Frotier sont : Familles de Barbeyrac Saint Maurice - Boux de Casson - de Brilhac - de Broglie - Budes de Guébriant - de Cacqueray-Valmenier - des Cars - de Cathelineau - du Cheyron du Pavillon - de Coatgoureden - de Froissard - Jacobé de Haut de Sigy - de Jouffroy-Gonsans - de La Laurencie - de Lambilly - de La Forest-Divonne - de La Moussaye - de La Rochefoucauld - de Maillé - de Moncuit de Boiscuillé - de Montillet de Grenaud - de Polignac - de Rocquigny-Adanson - de Talleyrand de Grignols - de Terrasson de Montleau - de Turenne d'Aynac - Tyrel de Poix - de Vasselot de Régné - de Verdun - de Villoutreys - de Virieu - de Voyer de Paulmy - de Nuchèze - Baret de Rouvray - de Volvire de Ruffec de Brassac - de Ferrières - de La Lande de Vernon - Blandin de Chalain - de Fleury - d'Usseau, etc.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. La Messelière, Filiations bretonnes, tome 2, page 402
  2. a b et c Régis Valette, Catalogue de la noblesse française au XXIe siècle, 2002, page 88.
  3. Par souci d'authenticité historique, la particule ajoutée indûment au nom patronymique, dans les articles généalogiques des membres de la famille Frotier a été supprimée, tant il est vrai que l'ajout d'une double particule à effet rétroactif, par son caractère apocryphe, entraine un risque de confusion
  4. Bernard Chérin est nommé généalogiste, historiographe des ordres du roi et censeur royal en 1772. Il est qualifié pour homologuer les preuves de noblesse des familles françaises. Il est unanimement considéré comme un généalogiste scrupuleux et incorruptible.
  5. a b et c Henri de La Messelière, État présent et origines des Frotier, Les Presses Bretonnes, Saint-Brieuc, 1942. p.9-15
  6. Jean-Louis de Tréourret de Kerstrat dans son ouvrage intitulé Des qualifications nobiliaires. "La jurisprudence nobiliaire par les textes et par l'exemple". Annales de la noblesse. Tome 1, pages 65 à 67, rapporte que ce qualificatif est donné à des nobles qui ne sont pas chevaliers.
  7. Bibliothèque nationale : pièce originale, tome 1255, f°28.102, p. 66. « Joannes Frotier primus summularius corporis domini comitis Valesjas donum sibi factum de quadam domo situata in vico Sancti Martini Parisiis, tenunte ex uno latere domui Roberti de Portu, in valore quinquagenta librarum turenensium, Regi deventa per confiscationum bonorum Jacobi Mocorps, per litteras Regis datas 16 junii 1383, in serico et cera viridi sigillatas, signatas per Regem, ad relationem Dominorum Ducum Bicturiensis et Burgundiae expeditas die et anno quo supra »
  8. L'assassinat de Louis Ier d'Orléans survenu le 23 novembre 1407 est mis au compte de Jean sans Peur, duc de Bourgogne
  9. a et b Beauchet-Filleau, Dictionnaire historique des familles du Poitou.
  10. Henri de La Messelière, État présent et origines des Frotier..., Saint-Brieuc, 1942, 198 pages
  11. Charte datée de Damiette de 1249 (La Noblesse de France aux croisades de Paul Roger, Derache, 1845, 399 p.)
  12. La branche familiale de Pierre Frotier est éteinte à la deuxième génération (La Messelière, ibid)
  13. a b c et d Henri de La Messelière, État présent et Origines des Frotier de La Messelière, de Bagneux et de La Coste-Messelière, Les Presses Bretonnes, Saint-Brieuc, 1942 et Bottin Mondain, 2016, p. 863
  14. La Messelière, ibid et Jean François Louis d'Hozier, Recueil de tous les membres composant l'Ordre royal et militaire de Saint-Louis, Paris, 1817

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Henri Frotier de La Messelière, Origines et filiation directe des représentants actuels de la famille Frotier de La Messelière, de Bagneux et de La Coste-Messelière de 911 à 1942 », Les Presses Bretonnes, Prudhomme, Saint-Brieuc, 1942.
  • « Recueil comprenant la filiation et les alliances de familles composant les LXIV quartiers généalogiques des enfants du Cte Frotier de La Messelière et de la comtesse, née de Chalus, suivi de la généalogie de la famille de Coatgoureden », 1904
  • François-Alexandre Aubert de La Chenaye-Desbois, « Dictionnaire généalogique, héraldique, chronologique et historique », 1761.
  • Régis Valette, Catalogue de la noblesse française, Robert Laffont, 2007 - p. 88.
  • Gustave Chaix d'Est-Ange, Dictionnaire des familles françaises anciennes ou notables à la fin du XIXe siècle, tome 19, pages 323 à 328 Frotier de La Messelière, de Bagneux et de La Coste