Cardamine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Les Cardamines (nom scientifique : Cardamine), sont un genre de plantes herbacées annuelles ou pérennes de la famille des Brassicacées (ou Crucifères), dont on compte environ une centaine d'espèces.

Certaines espèces de ce genre étaient autrefois placées dans un genre nommé Dentaria, les dentaires, mais sont désormais incluses dans le genre Cardamine.

Étymologie[modifier | modifier le code]

Cardamine » est la francisation du latin cardamina qui désignait en latin et en grec (kardaminê, kardamon ou kardamis) un cresson, sans doute le cresson alénois[1].

Description[modifier | modifier le code]

Les feuilles sont simples ou pennées, le plus souvent avec une rosette de feuilles basales. Les feuilles caulinaires sont alternes.

Les fleurs, blanches ou rose plus ou moins violacé, sont groupées en racèmes le plus souvent, plus rarement en corymbes. Comme chez toutes les Crucifères, elles comportent 4 sépales et 4 pétales, tous séparés, 6 étamines et un pistil simple. Le stigmate est entier.

Les fruits sont des siliques déhiscentes, linéaires et comprimées, à valves presque plates dépourvues de nervures, à graines unisériées.

Espèces européennes[modifier | modifier le code]

Les valves de la silique de C. hisrsuta et C. pratensis s'ouvrent élastiquement de la base au sommet, et se roulent sur elles-mêmes en lançant leurs graines. La dissémination par autochorie est de type ballochorie (de).

Espèces américaines[modifier | modifier le code]

Utilisations[modifier | modifier le code]

Les feuilles amères et piquantes (goût puissant dû aux glucosinolates des Brassicacées) de plusieurs espèces ont été consommées crues. Hachées, elles relèvent une salade composée, une salade de crudités, un simple sandwich ou peuvent accompagner des sauces et divers plats (pesto de cardamine). Elles peuvent être cuites en soupe ou ou en légume comme le cresson mais elles perdent leur saveur. Les fleurs, les inflorescences et les bourgeons également comestibles décorent les salades. En Europe, on a utilisé celles des espèces suivantes : la Cardamine des prés, amère, alpine, hérissée et la Cardamine à feuilles de réséda[2]. On peut broyer les graines pour en faire une « moutarde » moins forte que celle de la moutarde blanche[3].

En Europe, une confusion entre les 37 espèces de Cardamine (dont 13 en France, 12 en Suisse et 5 en Belgique) est sans danger car ces espèces ne sont pas toxiques[4].

Du fait de son huile essentielle, de très grandes quantités de cardamine sont irritantes (brûlures gastriques) et entraînent des troubles de la thyroïde (effet goitrogène comme les choux) en inhibant la fixation de l'iode, ce qui empêche la synthèse des hormones thyroïdiennes. Il est ainsi recommandé de ne pas en abuser pour éviter sa toxicité[4].

Certaines espèces comme la Cardamine des prés sont toniques, stomachiques, expectorantes et antiscorbutiques, d'où l'utilisation des feuilles pour concocter des tisanes[5].

Plante hôte[modifier | modifier le code]

La chenille du papillon de jour (rhopalocère) Aurore, Anthocharis cardamines (Pieridae) se nourrit de Cardamine.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. François Couplan, Les plantes et leurs noms. Histoires insolites, Quae, , p. 53
  2. François Couplan, Le régal végétal: plantes sauvages comestibles, Editions Ellebore, , p. 307-308
  3. (de) Renate Leitner, Kräutersalz: Edelsteine der Pflanzen & Weißes Gold, Freya, , p. 87
  4. a et b François Couplan, Eva Styner, Guide des plantes sauvages comestibles et toxiques, Delachaux et Niestlé, , p. 68
  5. François Couplan, Le régal végétal: plantes sauvages comestibles, Editions Ellebore, , p. 308.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]