Michael Sabia

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Michael Sabia
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Nom de naissance
Michael John Sabia
Nationalité
Formation
Activité
Autres informations
A travaillé pour
Munk School of Global Affairs (en) (depuis le )Voir et modifier les données sur Wikidata
Membre de
Steering Committee of the Bilderberg Meetings (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Distinction

Michael John Sabia, né le à St. Catharines en Ontario[1], est un homme d'affaires et directeur financier canadien. PDG de la Caisse de dépôt et placement du Québec de 2009 à 2020, il est depuis le , directeur du Munk School of Global Affairs & Public Policy de l'Université de Toronto.

Sabia occupe des postes de direction au Canadian National dans les années 1990 et ensuite à Bell Canada à partir de 1999 dont celui de PDG de 2002 à 2008[2].

Vie privée[modifier | modifier le code]

Né à St. Catharines, Ontario, Michael Sabia est le fils de Michael Joseph Sabia, un chirurgien, et Laura Sabia, une animatrice de radio[3]. Il a étudié à Ridley College également à St. Catharines. Il est marié à Hilary Pearson. Sabia a fait ses études de premier cycle de l'Université de Toronto et a obtenu une maîtrise de l'université de Yale. Sa femme, Hilary Pearson, est la petite-fille de l'ancien premier ministre du Canada, Lester Pearson[4].

Carrière[modifier | modifier le code]

Sabia a occupé un certain nombre de postes de direction dans la fonction publique fédérale du Canada pendant les années 1980 et au début des années 1990, y compris celui de sous-secrétaire du Cabinet du Bureau du Conseil privé. Le superviseur de Sabia, Paul Tellier, greffier du Conseil privé, quitte le service public pour assumer la présidence de société d'État Canadien National dans les années 1990 et a par la suite persuadé Sabia de le suivre pour aider dans la privatisation de l'entreprise. Sabia a occupé un certain nombre de postes de direction au Canadian National au cours des années 1990, y compris la position de directeur financier.

Sabia quitte le Canadien National pour rejoindre Bell Canada (BCE) en 1999, et devient chef de la direction en 2002 succédant à Jean Monty. En 2007, son conseil d'administration accepte une offre du Régime de retraite des enseignants de l'Ontario de privatiser la société de télécommunications. Plus tard cette année-là, Sabia annonce son départ de Bell après la finalisation de la transaction[5]. Sabia quitte Bell en et est remplacé par George A. Cope. En , à la suite de l'effondrement du marché de la dette, l'opération de privatisation échoue. Sabia est nommé PDG de la Caisse de dépôt et placement du Québec (CDPQ) le , comme successeur à Fernand Perreault. La CDPQ a décidé de renouveler et de prolonger son mandat jusqu'au [6].

Il a participé aux réunions du Groupe Bilderberg de 2017[7] et 2018.

Le , la Caisse de dépôt et placement du Québec (CDPQ) annonce par communiqué le départ de Sabia, son président et chef de la direction, départ prévu pour , soit un peu plus d'un an avant la fin de son mandat se terminant le [8]. Le , il est remplacé par Charles Emond à la tête de la Caisse[9] et il assume le jour même le poste de directeur du Munk School of Global Affairs & Public Policy de l'Université de Toronto pour un mandat de cinq ans[10].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) In the Eye of the Hurricane, The Globe and Mail. 20 juin 2012.
  2. (en) « Michael J. Sabia », The Learning Partnership, (consulté le 21 septembre 2007).
  3. Sophie Cousineau, « Une «révélation» qui choque | Sophie Cousineau | », La Presse,‎ (lire en ligne, consulté le 26 juillet 2017)
  4. (en) « That was intense », (consulté le 7 juillet 2015).
  5. (en) « Michael Sabia leaving as boss of BCE after privatization, shareholders told », The Canadian Press, (consulté le 21 septembre 2007).
  6. Zone Économie - ICI.Radio-Canada.ca, « Michael Sabia à la tête de la Caisse de dépôt jusqu'en 2021 », sur Radio-Canada.ca (consulté le 25 février 2017)
  7. Francis Halin, « Bill Morneau et Michael Sabia à une rencontre secrète de Bilderberg en Virginie », sur Le Journal de Montréal (consulté le 7 juin 2017)
  8. Zone Économie- ICI.Radio-Canada.ca, « Michael Sabia quittera la Caisse de dépôt un an plus tôt que prévu », sur Radio-Canada.ca, (consulté le 13 novembre 2019)
  9. « Charles Emond nommé président et chef de la direction de la Caisse de dépôt et placement du Québec », sur Caisse de dépôt et placement du Québec | Investisseur institutionnel de long terme | Gestionnaire d’actif, (consulté le 24 février 2020)
  10. « L’Université de Toronto nomme Michael Sabia directeur de la Munk School of Global Affairs & Public Policy », sur University of Toronto News, (consulté le 24 février 2020)

Lien externe[modifier | modifier le code]