Burhan Doğançay

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Burhan Doğançay
Burhan Dogancay.jpg

Burhan Doğançay

Naissance
Décès
Nationalités
Activités

Burhan Cahit Doğançay, né le 11 septembre 1929 à Istanbul et mort le 16 janvier 2013 dans la même ville[1], est un artiste turc.

Biographie[modifier | modifier le code]

Burhan Dogançay obtient sa formation artistique de son père Adil Doğançay (en) et d'Arif Kaptan, deux célèbres peintres turcs. En 1950, il reçoit un diplôme en droit de l'Université d'Ankara. À l'Université de Paris il obtient un doctorat en économie et assiste de 1950 à 1955 aux cours d'art à l'Académie de la Grande Chaumière.

Après son retour en Turquie, il participe à de nombreuses expositions, y compris les expositions conjointes avec son père au "Club Art Lovers Ankara". Après une brève carrière au service diplomatique turc, Dogançay décide en 1964 de se consacrer entièrement à l'art et faire de New York sa résidence permanente. Cependant, Dogançay vit et travaille également à Istanbul et Bodrum, en Turquie.

Contribution artistique[modifier | modifier le code]

Dogançay est fasciné par les murs urbains et les choisit comme sujet. Il les voit comme le baromètre de notre société et témoigne de l'écoulement du temps, reflétant les changements sociaux, politiques et économiques, souvent résistant à l'assaut des éléments et les marques laissées par les gens. La fascination est à l’origine de ses célèbres séries sur les murs, qui mêlent peinture, graphiques, photographie et sculpture.

Au cours de ses pérégrinations dans 114 pays, Dogançay a réuni depuis les années 1960 tout un corpus de motifs, de formes, de signes, de lettres et de symboles provenant de murs de villes, qu’il a également fixé sur la pellicule. C’est dans ce trésor qu’il puise constamment pour concevoir de nouvelles œuvres, tout en procédant de manière très traditionnelle. Suivant en cela les enseignements de son père, Dogançay commence par des dessins et des esquisses pour réaliser la composition imaginée, avant de la transformer en collage à l’aide de divers matériaux. La construction de l’œuvre s’effectue par étapes: l’artiste commence par peindre le mur sur toute la surface, puis colle par-dessus divers éléments et spraye des inscriptions, bref, le défi - gure. C’est également sous ce rapport qu’il faut envisager les tableaux de cônes, véritables accumulations de coins d’affi ches enroulés. Apparemment fortuites, les œuvres de Dogançay n’en sont pas moins des compositions minutieusement agencées, qui n’hésitent pas à mêler des souvenirs de plusieurs villes différentes et de leur société. En ce sens, elles tiennent de la fiction, et s’apparentent, avec justesse à une «sorte d’esperanto artistique»[2].

Dans les années 1970, Dogançay lance ce qu'il voit alors que son projet secondaire: photographier les murs urbains partout dans le monde. L’artiste possède ainsi des archives monumentales contenant plus de 30.000 clichés. Dans les années 1970 et 1980, il a acquis la célébrité avec son interprétation de murs urbains dans la signature de rubans sa série. Plus tard il fait des sculptures d'ombre en aluminium composite et tapisseries d'Aubusson.

Marché de l'Art[modifier | modifier le code]

En novembre 2009, une de l'œuvres de Dogancay, «Mavi Senfoni» (Symphonie en bleu) a été adjugée à 2,7 millions de livres turques (998.000 euros), ce qui en fait le tableau le plus cher jamais vendu pour un artiste turc de son vivant.

Dogancay Museum[modifier | modifier le code]

En 2004 le Dogancay Museum a été inauguré dans le quartier Beyoglu à Istanbul le Musée Dogançay. Exclusivement consacré à l'œuvre de Burhan Doğançay et, dans une moindre mesure aussi à l'art de son père, Adil, le Musée Doğançay (en) fournit une étude rétrospective de l'artiste. Lors de son ouverture à Istanbul, dans le quartier de Beyoğlu, il est considéré comme le premier musée d'art contemporain en Turquie.

Les œuvres de Burhan Dogançay ont été exposées dans plus de 70 musées à travers le monde. Il est en outre le premier artiste turc auquel le Metropolitan Museum of Art de New York ait dédié une pièce au sein de sa collection permanente.

Notes et références[modifier | modifier le code]

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Burhan Doğançay » (voir la liste des auteurs).

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]