Turhan Selçuk

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Turhan Selçuk
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Activité
Autres informations
Distinction
Sedat Simavi award (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

Turhan Selçuk, né le à Milas et mort le à Istanbul, est un dessinateur humoristique turc.

Biographie[modifier | modifier le code]

Turhan Selçuk naît à Milas (sud-ouest de la Turquie) le [1]. Ses premiers dessins de presse paraissent dans les journaux Türk Sözü et Kırmızı Beyaz ve Şut, en 1941[2]. En 1943, il crée un magazine humoristique, Akbaba[1].

La première exposition de ses œuvres se tient en 1951[3]. L'année suivante, son frère (écrivain) et lui fondent 41Buçuk, un magazine de bande dessinée ; ils lancent en 1956 un second magazine, Dolmuş[3],[2].

À partir de 1957, il crée « Abdülcanbaz », un personnage de fiction qui fait ses premières apparitions dans le journal Milliyet. Rapidement populaire, le héros devient emblématique du dessinateur, qui le met en scène dans d'autres titres dans lesquels il dessine, tels que Aydede, Yon, Devrim Ornegi, Yeni İstanbul et Aksam ye Cumhuriyet[2],[1]. L'année suivante, il épouse l'écrivaine Füruzan[4].

Après un premier ouvrage en 1954 (Turhan Selçuk Karikatür Albümü) et une sélection d'œuvres en 1959 (140 Karikatür), il publie trois albums dans les années soixante : Turhan 62 (1962), Hiyeroglif (1964) et Hal ve Gidis Sifir (1969)[3].

À compter de 1972, Turhan Selçuk réalise une caricature politique hebdomadaire pour le quotidien Cumhuriyet[3].

En 1992, après une trentaine d'expositions de ses œuvres, et durant quatre ans, une exposition intitulée Human Rights (les droits de l'homme, en français) se tient dans plusieurs villes européennes (Strasbourg, Dortmund, Munich, etc.)[2].

Turhan Selçuk meurt à 87 ans, le à Istanbul (hôpital Maslak Acıbadem, district de Sarıyer), des suites d'un anévrisme de l'aorte abdominale[2]. Certaines de ses œuvres sont exposées dans divers musées étrangers[3].

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Turhan Selçuk Karikatür Albümü (1954)
  • 140 Karikatür (1959)
  • Turhan 62 (1962)
  • Hiyeroglif (1964)
  • Hal ve Gidiş Sıfır (1969)
  • Söz Çizginin (1979)

Prix[modifier | modifier le code]

Non-exhaustif.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c (en) « Turhan Selçuk », sur lambiek.net, Lambiek (consulté le 27 mai 2017)
  2. a b c d et e (tr) « Turhan Selçuk'u kaybettik », Cumhuriyet, (consulté le 27 juin 2017)
  3. a b c d et e (en) « Turhan Selçuk (1922-2010) », sur turkishculture.org, Turkish Cultural Foundation (en) (consulté le 27 mai 2017)
  4. « Füruzan », sur data.bnf.fr (consulté le 29 avril 2017)
  5. (en) « Turhan Selçuk », sur sanalmuze.org (consulté le 27 mai 2017)

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]