Bruno della Chiesa

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Bruno della Chiesa
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (58 ans)
Nationalité
Activité
Autres informations
A travaillé pour

Bruno della Chiesa, né le , est un linguiste d’origine italo-franco-allemande enseignant à l'université Harvard qui se définit lui-même comme « cosmopolite militant »[1]. Il est considéré comme l'un des principaux fondateurs de la neuroscience éducative (en)[2],[3],[4], connu pour avoir forgé les termes « neuromythe » (2002)[5] et « neuro-pirates » (2013), ainsi que pour ses hypothèses dites du « vortex motivationnel » (2007)[6] et des « tesseracts dans le cerveau » (« tesseracts in the brain ») (2008)[7]. Il a par ailleurs fondé le festival international de science-fiction Utopiales.

Formation[modifier | modifier le code]

Dans les années 1980, après un premier cycle d'études en linguistique, littérature et philosophie germaniques à Nancy (France) et Bonn (Allemagne), Bruno della Chiesa effectue ses second et troisième cycles en didactique des langues avec Robert Galisson à l'Université Sorbonne Nouvelle - Paris 3, touchant à la sociolinguistique[8] et se concentrant avec Louis Porcher sur l'anthropologie culturelle et la sociologie de l’éducation. Profondément marqué par les travaux de Pierre Bourdieu, Tzvetan Todorov et Noam Chomsky, avec qui il se lie par la suite[9], il développe un intérêt toujours plus marqué pour la philosophie du langage[10], citant volontiers Bertrand Russell et Ludwig Wittgenstein parmi ses principales influences.

Vie professionnelle[modifier | modifier le code]

Entre « diplomatie culturelle », enseignement et recherche[modifier | modifier le code]

Entre 1985 et 1999, Bruno della Chiesa travaille sur plusieurs continents pour le compte du Ministère français des Affaires étrangères. En Égypte (1985-1987), il enseigne la littérature française et la philosophie au Caire; au Mexique (1987-1990), il crée en tant que coordinateur du département de français de l’Université de Guadalajara des programmes de formation initiale et continue à l’usage des enseignants de français des sept universités de l’Ouest du pays; en Autriche (1990-1994), il dirige l’Institut français de Graz; fin 1994, il revient en France, à l’invitation de René Monory, alors président du Sénat, pour assurer la direction des relations internationales du département de la Vienne.

OCDE[modifier | modifier le code]

Début 1999, il a rejoint en tant qu'analyste principal (chef de projets) le Centre pour la Recherche et l’Innovation dans l’Enseignement (CERI) de l’OCDE. Son projet Sciences de l'apprentissage et recherche sur le cerveau, lancé sous l’impulsion de Jarl Bengtsson, réunit entre 1999 et 2008 plus de 300 experts en provenance de 26 pays[11] et inspire d'abord en Amérique du Nord et en Asie, puis en Europe et finalement dans le monde entier, des initiatives de natures diverses qui déclinent aujourd’hui, de façon transdisciplinaire, la « neuroscience éducative »[12]. C'est dans ce cadre qu'il a commencé en 2004 à travailler avec Kurt Fischer et Howard Gardner à Harvard. De 2007 à 2012, sans abandonner les neurosciences, il a développé - entre Cambridge (Massachusetts, États-Unis), Ulm (Allemagne) et Paris (France) - un projet controversé sur les langues et les cultures dans la globalisation. De multiples et importantes divergences de vues philosophiques, concernant tant les objectifs et orientations des travaux que les politiques et structures internes, ont abouti en 2012 à son départ de l'organisation.

Harvard[modifier | modifier le code]

Invité en 2007 à la Harvard University Graduate School of Education, Bruno della Chiesa y donne depuis 2008, dans le cadre notamment des programmes International Education Policy et Mind, Brain and Education, un cours annuel intitulé « Learning in a Globalizing World: Language Acquisition, Cultural Awareness, and Cognitive Justice » (« Apprendre dans un monde en voie de globalisation: acquisitions langagières, conscience culturelle, et justice cognitive ») ainsi que différents séminaires tout au long de l'année. Intéressé par la neuroéthique (d'abord au sens de « développement des jugements et décisions éthiques dans le cerveau »), il est depuis 2009 éditeur de la section Addressing Educational Neuroscience and Ethics: Implications for Societies ("AENEIS") du journal Mind, Brain and Education, ainsi que membre de la International Mind, Brain, and Education Society (IMBES).

À partir de 2012, alarmé par la multiplication dans les secteurs de l’enseignement de diverses formes d’utilisations contestables, voire frauduleuses, des neurosciences, il pourfend régulièrement les menées douteuses de ceux qu’il nomme suivant le cas « neuro-charlatans », « neuro-zélotes », « neuro-pirates », ou encore « neuro-trafiquants ».

Le centre de gravité de ses travaux se déplaçant cependant de plus en plus vers les défis et les opportunités que pose aux systèmes éducatifs et aux sociétés qui les génèrent le phénomène de la globalisation (cf. sa théorie transdisciplinaire dite des « tesseracts dans le cerveau », présentée pour la première fois en 2008 et sans cesse développée depuis lors), il est Director for Global Education de l'initiative « Research Schools International », digirée par des professeurs de Harvard. Dans le cadre de ce système de projets né à Harvard (réseau qui a pris une dimension mondiale au cours des dernières années), il œuvre aujourd'hui sur tous les continents, en concentrant toutefois la majeure partie de ses efforts sur le cas très particulier, et à certains égards exemplaire, de Singapour. Dans les différentes dimensions de sa recherche, il a donné au cours des quinze dernières années, en quatre langues, plus de cent conférences dans une quarantaine de pays.

Science-fiction[modifier | modifier le code]

Bruno della Chiesa est passionné par la littérature de science-fiction depuis son enfance, et demeure un lecteur régulier de fictions à teneur philosophique (Philip K. Dick, Ursula K. LeGuin, Christopher Priest...). Au début des années 1990, il enseigne la littérature de science-fiction européenne à l'Université de Graz (Autriche). Fin 1995, il commence à travailler sur le festival international de science-fiction qui deviendra trois ans plus tard « Utopia », au Futuroscope (relocalisé à Nantes en 2000 et renommé « Utopiales » en 2001, édition au cours de laquelle Bruno della Chiesa transmet la direction artistique de la manifestation à Patrick Gyger). En lien avec cet événement annuel, il a publié de 2000 à 2006 sous le titre « Utopiæ » sept anthologies regroupant des nouvelles de 70 auteurs de science-fiction en provenance de 40 pays[13] et écrivant en 20 langues différentes. Il est enfin l’auteur d’une cinquantaine de critiques littéraires dans la revue Galaxies[14], dont la plupart sont aujourd'hui disponibles en ligne sur le site nooSFere[15].

Bibliographie sélective[modifier | modifier le code]

Livres en tant qu'éditeur, coordinateur et auteur[modifier | modifier le code]

  • B. della Chiesa, J. Scott et C. Hinton, Languages in a Global World. Learning for Better Cultural Understanding, Paris, OCDE, .
  • B. della Chiesa, Comprendre le cerveau : Vers une nouvelle science de l’apprentissage, Paris, OCDE/Maison des Sciences de l’Homme, .
  • B. della Chiesa, Comprendre le cerveau : naissance d'une science de l'apprentissage, Paris, OCDE/EDP Sciences, .
  • (es) B. della Chiesa, Los Desafíos de las Tecnologías de la Información y las Comunicaciones en la Educación, Madrid, OCDE/Spanish Ministry of Education, Culture and Sport, .
  • (de) Bund-Länder-Kommission für Bildungsplanung und Forschungsförderung; Österreich. Bundesministerium für Bildung, Wissenschaft und Kultur; Schweizerische Konferenz der Kantonalen Erziehungsdirektoren, Lernen in der Wissensgesellschaft, Innsbruck, Studien Verlag, .

Articles récents[modifier | modifier le code]

della Chiesa, B. (2014). Switch on Brain with Science. IB World Magazine, 69(March ), 20-21.

della Chiesa, B. (2013). Our Learning/Teaching Brains: What can be Expected from Neuroscience, and how? What should not be Expected from Neuroscience, and why? Proceedings of the 2013 Research Conference. How the Brain Learns: What lessons are there for teaching? (pp. 3-6). Melbourne: Australian Council for Educational Research.

della Chiesa, B. (2013). De la perfectibilité humaine, des neurosciences, de la libération, et des pommes de terre. In P. Toscani (Ed.), Les neurosciences au cœur de la classe (pp. 14-17). Lyon: Chronique sociale.

della Chiesa, B. (2013). Mieux comprendre le développement de l’enfant : ce que l’on peut et ne peut pas attendre des neurosciences. Paper presented at the Bien-être des jeunes enfants dans l’accueil et l’éducation en France et ailleurs, Actes du colloque des 10 et 11 octobre 2011 (pp. 25-29), Paris: Centre d’analyse stratégique, DREES, Ministère de la Santé.

della Chiesa, B. (2012). Retour sur bilinguisme, multilinguisme et éducation. Les Vendredis Intellos, Interview by Ilse Dethune, from http://lesvendredisintellos.com/2012/02/23/retour-sur-bilinguisme-multilinguisme-et-education-guest/

della Chiesa, B. (2012): "Expansion of our own being": Language learning, cultural belonging and global awareness. In B. della Chiesa, J. Scott & C. Hinton (Eds.), Languages in a Global World. Learning for Better Cultural Understanding. Paris: OCDE, 437-461

della Chiesa, B. (2012): Learning languages in a globalising world. In B. della Chiesa, J. Scott & C. Hinton (Eds.), Languages in a Global World. Learning for Better Cultural Understanding. Paris: OCDE, 37-51

della Chiesa, B. (2011), When Learning Languages, Motivation Matters Most. Interview by Nancy Walser, Harvard Education Letter 27/6, Nov.-Dec. 2011, Cambridge, MA: Harvard Education Press, pp. 6-8.

Stein, Z., della Chiesa, B. Hinton, Ch., Fischer, K. (2011), Ethical Issues in Educational Neuroscience: Raising Children in a Brave New World. In J. Illes & B.J. Sahakian (Eds.), Oxford Handbook of Neuroethics. New York: Oxford University Press, 803-822

della Chiesa, B. (2010), Wanted: Tesseract – One Hypothesis on Languages, Cultures, and Ethics for Mind, Brain, and Education. Mind, Brain and Education, 4(3) September 2010, New York: Blackwell Publishing, 135-148.

della Chiesa, B. (2010), ‘‘Fácilis descensus Averni’’ - Mind, Brain, Education, and Ethics: Highway to Hell, Stairway to Heaven, or Passing Dead-End? Mind, Brain and Education, 4(2) June 2010, New York: Blackwell Publishing, 45-48.

della Chiesa, B. (2010). ‘‘Wer fremde Sprachen nicht kennt…’’ (pp. 9-29). In: Die Bedeutung der Sprache – Bildungspolitische Konsequenzen und Maßnahmen. Berlin: Berliner Wissenschaftsverlag.

della Chiesa, B. (2010). Gute Gehirne gesucht! Von Neurowissenschaften, Lernen, Lehren, Medien, und Ethik (pp. 9-28). In: LERNtheoriEN - Protokoll 15/10. Rehburg-Loccum: Akademie Loccum.

Rolbin, C. & della Chiesa, B. (2010), “We Share the Same Biology...” - Cultivating Cross-Cultural Empathy and Global Ethics through Plurilingualism. Mind, Brain and Education, 4(4) December 2010, New York: Blackwell Publishing, 197-208

della Chiesa, B. (2009), Beginning in the brain: Pioneering the field of educational neuroscience. Usable Knowledge, Harvard Graduate School of Education, Cambridge MA, March 2009. http://www.uknow.gse.harvard.edu/learning/LD322.htm

della Chiesa, B. (2009), Beginning in the brain: Pioneering the field of educational neuroscience. Usable Knowledge, Harvard Graduate School of Education, Cambridge MA, March 2009.

della Chiesa, B. (2009), Ce qu’on sait sur la mémoire... et tout ce qui reste à apprendre. Cahiers Pédagogiques, n°474 ‘Aider à mémoriser’, Paris, 28-31.

della Chiesa, B., Christoph, V. & Hinton, Ch. (2009), How Many Brains Does It Take to Build a New Light: Knowledge Management Challenges of a Transdisciplinary Project. Mind, Brain and Education, 3(1) March 2009, New York: Blackwell Publishing, 17-26.

della Chiesa, B. & Christoph, V. (2009). Neurociencia y docentes: crónica de un encuentro. Cuadernos de pedagogía, vol. 386, Madrid, January 2009, 92-96.

della Chiesa, B. (2008), Long Live Lifelong Brain Plasticity! Lifelong Learning in Europe (LLinE), Helsinki, 2008, 13 (2), 78-85.

della Chiesa, B. (2008), « Introduction », Éducation, sciences cognitive et neurosciences, sous l’égide de l’Académie des Sciences (pp. 7-12 & 20 ; et commentaires: pp. 83-212). Paris: Presses Universitaires de France

della Chiesa, B. & Miyamoto, K. (2008), Unlocking the secrets of mankind’s most powerful machine, Teaching Scotland, Spring 2008, 14-15.

Hinton, Ch., Miyamoto, K., & della Chiesa, B. (2008), Brain Research, Learning and Emotions: implications for education research, policy and practice. European Journal of Education, 43(1), 2008, London: Blackwell Publishing, 87-103.

Online Material[modifier | modifier le code]

Hinton, C., della Chiesa, B., Christoph, V., & Francis, H. (2014). Online Course: Brain and Learning. http://www.neafoundation.org/pages/courses/: The NEA Foundation.

Chomsky, N., Gardner, H., & della Chiesa, B. (2013). Pedagogy of the Oppressed. Askwith Forum: https://www.youtube.com/watch?v=2Ll6M0cXV54.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Utopiae (2000). Nantes: L’Atalante, p. 188.
  2. Illes, J. & B.J. Sahakian (2011) (Eds.), Oxford Handbook of Neuroethics. New York: Oxford University Press, p. XXIV.
  3. Tokuhama-Espinosa, T. (2011), Mind, Brain, and Education Science: A Comprehensive Guide to the New Brain-Based Teaching. WW Norton & Co.
  4. Voir aussi Usable Knowledge (Harvard Graduate School of Education, Cambridge MA, March 2009): Beginning in the brain: Pioneering the field of educational neuroscience.
  5. Cf. B. della Chiesa (Ed.) (2002): Comprendre le cerveau – Vers une nouvelle science de l’apprentissage, Paris: OCDE/Maison des Sciences de l’Homme.
  6. della Chiesa, B. (2010). Wer fremde Sprachen nicht kennt… in Die Bedeutung der Sprache – Bildungspolitische Konsequenzen und Maßnahmen. Berlin: Berliner Wissenschaftsverlag, pp. 9-29. Cf. aussi : della Chiesa, B. (2012). Learning languages in a globalising world. In B. della Chiesa, J. Scott & C. Hinton (Eds.), Languages in a Global World. Learning for Better Cultural Understanding. Paris: OCDE, 37-51.
  7. della Chiesa, B. (2010), Wanted: Tesseract – One Hypothesis on Languages, Cultures, and Ethics for Mind, Brain, and Education. Mind, Brain and Education, 4(3) September 2010, New York: Blackwell Publishing, pp. 135-148. Cf. aussi : della Chiesa, B. (2012). Expansion of our own being : Language learning, cultural belonging and global awareness. In B. della Chiesa, J. Scott & C. Hinton (Eds.), Languages in a Global World. Learning for Better Cultural Understanding. Paris: OCDE, 437-461.
  8. DEA: Lexicographie des charges culturelles partagées au Mexique.
  9. Au-delà de l’influence en matière de sociologie et de linguistique, ses travaux indiquent une proximité philosophique et politique avec Bourdieu et plus encore Chomsky, en particulier dans le domaine de la critique des mass media.
  10. Maîtrise : Le statut négatif de la pragmatique dans le modèle logico-mathématique de la première philosophie analytique.
  11. OECD/EDP Sciences (2007) : Comprendre le cerveau – naissance d’une science de l’apprentissage
  12. idem.
  13. http://www.bdfi.net/recueils/pages/utopiae.php.
  14. « Galaxies-SF Science-Fiction », sur Galaxies-SF (consulté le 29 septembre 2020).
  15. Bruno della Chiesa sur le site NooSFere.

Liens externes[modifier | modifier le code]