Bruno Étienne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Bruno Etienne)
Aller à : navigation, rechercher

Bruno Étienne est un anthropologue, sociologue et politologue français né le à La Tronche (Isère) et mort à Aix-en-Provence le . Il était spécialiste de l'Algérie, de l'islam et de l'anthropologie du fait religieux. Il a été l’un des premiers politologues à s’intéresser à l’islam comme fait politique.Il fonde l'Observatoire du religieux dans le cadre de l'Université d'Aix-en-Provence.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse et formation[modifier | modifier le code]

Bruno Étienne est issu d'une famille de franc-maçons d'un côté, de protestants de l'autre [1].

Il étudie à La Seyne où il est élève du lycée Thiers[2]. Il est diplômé de l'Institut d'études politiques d'Aix-en-Provence et de l'université de Tunis en langue arabe. En 1975, il passe l'agrégation de science politique. Il soutient une thèse de doctorat d'État en droit public et science politique le 22 décembre 1965 à l'Université d'Aix-en-Provence et qui a pour sujet : Les Européens d'Algérie et l'indépendance algérienne [3]. Son directeur de thèse est le professeur Maurice Fleury. Il pratique jusqu'au début de sa maladie les arts martiaux ( étant 5e dan) au sein de l'« Union Shito Ryu Karate-Do France », dont il fut le président.[réf. nécessaire]

Carrière professionnelle[modifier | modifier le code]

De 1962 à 1965, il est chercheur au CNRS. De 1966 à 1974, il vit en Algérie comme coopérant technique . Bruno Étienne a été aussi chercheur au Caire, enseignant à l'ENA-Alger, à la faculté de droit de l'université d'Alger, à l'université Hassan II Casablanca et à Marmara. Durant ces années, il se décrit comme étant « de gauche, tiersmondiste »[1]. Il obtient l'agrégation de sciences politiques en 1975. Il devient Maître de Conférences en droit public et science politique à la Faculté de droit de l’Université de Casablanca de 1977 à 1979[4].

Rentré définitivement en France en 1980, il succède à Maurice Flory à la direction du Centre de recherche et d’étude des sociétés musulmanes (CRESM) d’Aix-en-Provence qu’il va diriger jusqu’en 1985. Professeur de science politique il est brièvement rattaché à l’Université Lyon II, avant d’intégrer définitivement l’Institut d’Études Politiques d’Aix-en-Provence. En 1990, il signe l'Appel des 75 contre la guerre du Golfe[5].

Il a été directeur de recherches au CNRS, professeur à l'Institut d'études politiques d'Aix-en-Provence, fondateur et directeur jusqu'en 2006, de l'Observatoire du religieux[6]. Bruno Étienne était aussi membre de l'Institut universitaire de France [7].

Il a été « professeur invité» aussi bien en Tunisie (Tunis), qu’en Égypte (Le Caire), en Turquie (Marmara), en Syrie (Damas), en Israël/Palestine, aux USA (Princeton) et au Japon (Tokyo, Kyoto)[4].

Inventeur de l'expression « Islam de France », Bruno Étienne est l'inspirateur du Conseil français du culte musulman. Il est à l'origine d'une véritable école de chercheurs à Aix-en-Provence parmi lesquels il faut mentionner Raphaël Liogier, Jocelyne Cesari et Frank Fregosi. Gilles Kepel a également subi son influence. Très médiatisé, iconoclaste et volontiers provocateur afin d'éveiller les consciences, ses cours ont marqué des générations d'étudiants aixois[réf. souhaitée].

Franc-maçonnerie[modifier | modifier le code]

Bruno Étienne est initié dans la loge « Le Phare de la renaissance » à l'Orient de Marseille le 12 janvier 1960. Il passe ensuite au grade de compagnon le 17 janvier 1961, avant d'être élevé au grade de maître le 8 mai 1962, toujours dans la même loge. Il est ensuite affilié à la loge « Les Arts et l'Amitié » à l'Orient d'Aix-en-Provence le 16 décembre 1964[8], affiliée au Grand Orient de France dont il fut orateur en 1968[9]. Il devient enfin membre de la loge « Règle et Liberté » à l'Orient d'Aix-en-Provence, où il occupe le poste d'élémosinaire du 26 septembre 1995 jusqu'à son décès. Il a dénoncé en termes appuyés l'évolution du Grand Orient de France[10]. Bruno Étienne est le premier à porter sur la franc-maçonnerie un regard anthropologique et sociologique sur la base d'entretiens et enquêtes qu'il évoque dans son ouvrage "La franc-maçonnerie, une voie pour l'Occident" [11].

Bouddhisme[modifier | modifier le code]

Pratiquant du bouddhisme zen[12], en 1997, durant une semaine, il assista, accompagné de Raphaël Liogier, alors son étudiant en thèse, aux enseignements donnés par le dalaï-lama à Karma-Ling en Savoie[13]. Il avance néanmoins dans un entretien en 2008 être « d’un relativisme culturel absolu » [1].

Hommage[modifier | modifier le code]

Mort d'un cancer à Aix-en-Provence le [14],[15], il est inhumé au cimetière Saint-Pierre d'Aix-en-Provence. Sciences-Po Aix a rebaptisé son principal amphithéâtre en sa mémoire. La cérémonie s'est déroulée le 14 octobre 2009 en présence de sa veuve et de l'Association des amis de Bruno Étienne [16], association, fondée pour pérenniser son œuvre.

Distinction[modifier | modifier le code]

Œuvre et Publications[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c « Bruno Etienne: "La religion est devenue un supermarché et pourquoi pas ?" », sur archive.is.
  2. Interview
  3. ETIENNE Bruno, Les Européens d'Algérie et l'indépendance algérienne, Paris, CNRS, (ISBN 978-2-222-01087-6)
  4. a et b Biographie Bruno Étienne.
  5. Anne-Marie Duranton-Crabol, « L'anti-américanisme français face à la guerre du Golfe », Vingtième Siècle, revue d'histoire, vol. 59, no 1,‎ , p. 1296-139 (lire en ligne).
  6. (en) World religion Watch Site Internet de l'Observatoire.
  7. Collectif, Institut Universitaire de France, Paris, Livre Groupe, (ISBN 978-1159596057)
  8. Fabien Bertrand, thèse de doctorat « Regards croisés sur la franc-maçonnerie : profanes, initiés, représentations et intersubjectivités » soutenue en 2009 à l'université de Bordeaux, p. 15-16.
  9. Nos Travaux, Les Arts et l'Amitié
  10. « Une franc-maçonnerie ravagée par la démagogie profane », Bruno Étienne, Le Monde daté du samedi 9 septembre 2000.
  11. ETIENNE Bruno, La franc-maçonnerie, une voie pour l'Occident, Paris, Dervy, (ISBN 978-2-84454-936-5)
  12. Horizons maghrébins, numéros 40 et 41, Université de Toulouse-Le Mirail, 1999, p. 106 « Nous y apprenons que Bruno Étienne est provençal de souche et pas seulement d'adoption, franc-maçon et pratiquant du bouddhisme zen, [...] ».
  13. Raphaël Liogier, À la rencontre du Dalaï-lama : mythe, vie et pensée d'un contemporain insolite, Paris, Flammarion, , 253 p. (ISBN 978-2-081-20880-3, OCLC 317463050), p. 31.
  14. Décès de Bruno Étienne, pionnier de la recherche sur le phénomène religieux Dépêche AFP 5/3/2009 sur le site de France Info
  15. Benjamin Stora, « La mort de mon ami, Bruno Étienne », 5 mars 2009.
  16. Inauguration de l’amphithéâtre « Bruno Étienne »
  17. [ http://www.freimaurerei.ch/f/alpina/artikel/artikel-2004-10-03.php Grande Loge Suisse Alpina].
  18. Revues sur La pensée du Midi

Annexes[modifier | modifier le code]

Mise en scène[modifier | modifier le code]

  • Croyances et manifestations magico-religieuses au Maroc : le cas de Meknès Abdelati Lahlo / [S.l.] : [s.n.] , 1986
  • Islam et socialisme dans l'Algérie contemporaine Hanafi Chabbi / [S.l.] : [s.n.] , 1987
  • La Personnalité de l'Emir Abd-el-Qader dans les écrits algériens et français : analyse critique de la bio-bibliographie Mme Abdelraheem, née Boutaba Zakia / [S.l.] : [s.n.] , 1987

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean-François Daguzan , In memoriam Bruno Étienne, ESKA, Paris, 2009, (ISBN 9782916722559)
  • Hommage à Bruno Étienne in Études anthropologiques au Maroc, Ed. Centre Jacques Berque, Rabat, 2016 (ISBN 9791092046267) Bruno Étienne, pour comprendre... in Arte Mare, [lire en ligne]

Liens externes[modifier | modifier le code]