Brosse (outil)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Brosse.
Brosse à laver dite aussi brosse à lessiver, brosse à main, brosse dure

Une brosse est généralement définie comme un outil ou un ustensile de nettoyage constitué de touffes de filaments de matières diverses (végétales, animales, métalliques, synthétiques), fixées sur un support[1],[2],[3]. Les brosses sont principalement connues comme ustensiles de ménage et de toilette mais elles servent à des tâches très variées dans de nombreux domaines dont l'art, l'artisanat et l'industrie[4].

Les brosses comprennent les balais et balayettes (des brosses emmanchées), les époussettes (des brosses sans manches), les écouvillons et goupillons (des brosses à montures de fil métallique torsadé), les pinceaux pour l'art et le bâtiment[5].

Généralités[modifier | modifier le code]

Étymologie[modifier | modifier le code]

Les étymologies avancées pour le mot brosse se rapportent à des végétaux et des choses hérissées. Brosse pourrait venir du latin populaire bruscia, pousse d'arbre, lui-même issu du latin bruscum, excroissance ligneuse[2]. Au XIIe siècle, broce apparaît dans la langue française et désigne des broussailles ; vers 1300, broisse prend le sens d'ustensile de nettoyage garni de poils[1]. Aujourd'hui, le toponyme Brosse, La Brosse, s'applique toujours à des lieux broussailleux (sans impliquer qu'ils aient fourni des matières pour les brosses). Une autre origine, discutée, pourrait être le gaulois wroikos, bruyère (matière utilisée pour les balais), qui aurait donné broccus, dent saillante, puis broccia, signifiant " qui a des dents, des épines "[2]. L'hypothèse du germanique burstja, chose hérissée, est contestée[1].

Composition[modifier | modifier le code]

Une brosse se compose [6],[7]:

  • d'une monture ou support, avec ou sans manche,
  • de touffes de fibres ou filaments,
  • d'un moyen d'assemblage de la monture et des touffes : fil, agrafe ou ancre en métal, colle ou autre substance adhésive.

Les fibres ou filaments constituent les matières de garnissage[8]. Les fibres sont généralement pliées en deux pour former une touffe, la partie visible des touffes est appelée la sortie[9]. Les touffes sont aussi nommées loquets ou pions[9], mouchet en Suisse[10],[11]. L'implantation des fibres sur le support (la disposition des rangs de touffes) peut être : parallèle, en quinconce, sur une, deux ou plusieurs faces, en hélice, en chevron.

Les familles de brosses[modifier | modifier le code]

Les brosses sont réparties traditionnellement en cinq familles, chacune est une fabrication spécialisée de la brosserie, l'activité industrielle ou artisanale qui produit les :

  • brosses de ménage,
  • brosses de toilette,
  • brosses industrielles ou techniques,
  • brosses à peindre (pinceaux pour le bâtiment),
  • pinceaux d'art ou de maquillage dits pinceaux fins[12].

A ces familles, peut s'ajouter la catégorie récente des brosses d'hygiène qui comprend les brosses spécifiques destinées aux activités à hygiène réglementée : secteur de l'agroalimentaire, hôpitaux etc.[13].

Mode d'action des brosses[modifier | modifier le code]

Les brosses sont des outils simples d'une grande adaptabilité. En conséquence, elles ont des usages innombrables, aussi bien courants que spécialisés, plus de 200 verbes s'appliquant à des opérations effectuées par des brosses ont été recensés[14].

D'un point de vue technique, les brosses opèrent à la façon de racloirs en percussion posée[15], « elles réalisent toutes les opérations possibles par frottement : des frôlements infimes aux grattages agressifs »[16]. Une brosse agit avec l'extrémité de ses fibres. L'action d'une brosse tient en grande partie aux propriétés de celles-ci. Les fibres, de petite taille, permettent aux brosses de réaliser notamment des tâches fines, par exemple dépoussiérer, poudrer, compter etc. Certaines tâches ne peuvent être accomplies que par des brosses.

Matières premières[modifier | modifier le code]

Les matières premières des deux principales parties des brosses, la monture et les fibres, peuvent être d'origine végétale, animale, métallique ou synthétique. Elles sont choisies en fonction de l'action recherchée, de l'objet traité (matière, surface, résistance) mais aussi du contexte d'utilisation de la brosse : température, humidité, contraintes mécaniques, chimiques etc.[17].

Les matières de garnissage : les fibres[modifier | modifier le code]

Nombreuses, les fibres possèdent des propriétés variées, notamment différents degrés de résistance à l'abrasion (l'usure), à l'eau, à la chaleur et aux produits chimiques. La densité des touffes, leurs implantation, inclinaison, espacement, font aussi varier leur action. Ces paramètres permettent de concevoir des brosses pour toutes sortes d'usages [16].

Selon leur variété, les fibres sont conditionnées en bottes de 4 à 10 centimètres de diamètre, et de 4 à 120 centimètres de long. En brosserie, la longueur des fibres utilisée pour fabriquer une brosse est appelée tirure[18].

Les fibres naturelles, végétales et animales, ont en commun la nécessité de devoir être préparées avant la fabrication des brosses. Irrégulières car naturelles, elles sont difficiles à employer en fabrication mécanique[19].

Les différents types et usages des brosses[modifier | modifier le code]

Une brosse peut avoir différents usages :

Dans les tâches ménagères[modifier | modifier le code]

En hygiène[modifier | modifier le code]

Brosse à cheveux.

Dans les arts[modifier | modifier le code]

Dans les techniques[modifier | modifier le code]

Par matériau[modifier | modifier le code]

Autres domaines[modifier | modifier le code]

Matières[modifier | modifier le code]

Arts[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Didier Brancotte, L'industrie brossière dans l'Oise, Tracy-le-Mont, Association pour le musée des brosseries de l'Oise, 1989, 168 p. (ISBN 2-9504263-0-1)

Ecomusée des Pays de l'Oise, Mémoires de brosses, brosses et brossiers aux XIXe et XXe siècles ,Beauvais, 1997, 32 p.

Fédération Française de la Brosserie, Projet de vocabulaire européen de brosserie, Paris, s. n., 1993, 141 p.

Comité d'organisation de la brosserie, de la tabletterie et des industries connexes, Industrie de la brosserie, Paris, s. n., 1944, 72 p.

Reinhard Huschke, Brush Production, Süddeutscher Verlag, 2016, 94 p.

Gérard Mancret, Un métier : la brosserie, Grenoble, s. n., 2013, 40 p.

Muriel Rousseau, Fédération Française de la Brosserie, Du ménage à l'art, Paris, s. n., 2014, n. p. (catalogue d'exposition)

Daniel Rozensztroch, Brosses, New-York, Pointed Leaf Press, 2005, 248 p.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c « BROSSE : Définition de BROSSE », sur www.cnrtl.fr (consulté le 21 mars 2017)
  2. a, b et c Le grand Robert de la langue française, Paris, Le Robert, , t. 2, p.196
  3. Éditions Larousse, « Définitions : brosse - Dictionnaire de français Larousse », sur www.larousse.fr (consulté le 21 mars 2017)
  4. « Parcours », sur www.dumenagealart.fr (consulté le 21 mars 2017)
  5. Fédération Française de la Brosserie, Annuaire professionnel, Paris, 1986-1987, pages hors texte : Liste des fabricants de brosserie classés par groupe de fabrication
  6. Gérard Mancret, Un métier : la brosserie, Grenoble, , p. 23
  7. (en) Reinhard Huschke, Brush Production, Munich, Süddeutscher Verlag, , p. 7
  8. Fédération Française de la Brosserie, Projet de vocabulaire européen de brosserie, Paris, , p. 108
  9. a et b Fédération Française de la Brosserie, Projet de vocabulaire européen de brosserie, Paris, , p. 9
  10. Éditions Larousse, « Définitions : mouchet - Dictionnaire de français Larousse », sur www.larousse.fr (consulté le 22 mars 2017)
  11. http://www.rts.ch/archives/tv/culture/suisse-au-fil-du-temps/3441395-le-brossier.html
  12. Gérard Mancret, Un métier : la brosserie, Grenoble, , p. 1
  13. « Product sectors - Eurobrush », sur www.eurobrush.com (consulté le 23 mars 2017)
  14. « Exposition du ménage à l'art - Viaduc des Arts - Paris mai 2014 », sur www.dumenagealart.fr (consulté le 23 mars 2017)
  15. André Leroi-Gourhan, Evolution et techniques 1. L'homme et la matière, Paris, Albin Michel, coll. « Sciences d'aujourd'hui », (1re éd. 1943) (ISBN 2-226-06213-0), p. 48
  16. a et b Muriel Rousseau, Du ménage à l'art, Paris, s. n., , page Des matières variées et insolites
  17. Reinhard Huschke, Brush Production, Munich, Süddeutscher Verlag, , p. 22 et p. 24
  18. Comité d'organisation de la Brosserie, de la Tabletterie et des industries connexes, Industrie de la brosserie, Paris, s. n., , p. 28
  19. Reinhard Huscke, Brush Production, Munich, Süddeutscher Verlag, , p. 28