Bakélite

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Échantillons de Bakélite Jewel couleurs de qualité (1924).
Structure de la Bakélite.
Synthèse du salicylaldéhyde, précurseur de la Bakélite.

Développée entre 1907 et 1909 par le chimiste belge Leo Baekeland, la Bakélite est la marque de fabrique d'un matériau de la classe des phénoplastes dont la nomenclature chimique officielle est anhydrure de polyoxybenzylméthylèneglycol. Ce fut le premier plastique fait de polymères synthétiques du benzène sous solvants.

La Bakélite a été utilisée dans la première moitié du XXe siècle pour ses propriétés isolantes et thermorésistantes pour fabriquer les boîtiers et comme isolant électrique.

Aujourd'hui certains collectionnent les objets en Bakélite, du fait du caractère "rétro" de cette matière.

Synthèse[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Phénoplaste.

La Bakélite est formée lors de la réaction chimique (polycondensation) entre le phénol et le formaldéhyde (méthanal) sous pression et température élevées (en général avec un agent de remplissage comme de la poudre de bois). La Bakélite est issue d'une polymérisation qui produit de l'eau et de la chaleur.

Historique[modifier | modifier le code]

Poste de radio en Bakélite.
Ouvre-lettres en Bakélite (vers 1920).
Boitier de poste radio en « Plaskon ».

La Bakélite a été développée entre 1907 et 1909 par Leo Baekeland, chimiste belge. Le produit fut breveté le [1].

Bakeland GmbH fut fondée en Allemagne en 1910.

General Bakelite Company (U.S.) fut fondée en 1910[1].

La Bakelite Corporation a été fondée en 1922 de la fusion de trois compagnies : la Baekeland's General Bakelite Company, la Condensite Company et la Redmanol Chemical Products Company.

La Bakelite Limited elle-même a été créée en 1926 de la fusion de trois fabricants de résines phénol-formaldéhyde : la Damard Lacquer Company Limited de Birmingham, la Mouldensite Limited de Darley Dale et la Redmanol Chemical Products Company of London. Aux environs de 1928, une nouvelle usine a ouvert ses portes à Tyseley, Birmingham. Elle fut démolie en 1998. La compagnie a été acquise par Union Carbide and Carbon Corp. en 1938.

En France, une usine « La Bakélite » a été construite à Bezons, rue Jean Carasso, dans les années 1930. Située dans la zone industrielle ouest, elle a fermé ses portes en 1990.

De teinte initiale entre brune et noire, on utilisait la Bakélite de façon banale de 1920 jusqu'en 1950 où elle était colorée pour ses propriétés isolantes et thermorésistantes pour fabriquer des boîtiers et utilisée comme isolant électrique[1].

La Bakélite a d'abord été utilisée dans l'industrie allemande dans l'encadrement de « l'industrie de guerre » du Reich. Aux États-Unis, elle a été utilisée dans le cadre industriel de la société de « la modernité scientifique profitable »[1].

La « Bakélite » fournie put avoir plusieurs noms après l'échéance de brevet : « Kataline », « Mélamine », « Plaskon »[1].

À partir de 1950, les nouveaux plastiques colorés vifs la remplacèrent dans les objets banals, elle n'a plus qu'un rôle technique de liant (disque abrasif…)[1].

Composés phénoliques[modifier | modifier le code]

Une feuille de composés phénoliques est un matériau dur, dense, fabriqué par application de chaleur et de pression sur des couches de papier ou de tissu de fibres de verre imprégnés de résine synthétique. Ces couches de laminé sont habituellement en cellulose, tissus de coton, fibres synthétiques, ou fibres de verre. Lorsque les couches sont soumises à la chaleur et à la pression, une réaction chimique (la polymérisation) transforme les couches en un plastique industriel thermodurcissable.

Le composé phénolique commercialisé sous le nom de Bakélite breveté jusqu'en 1927 est fabriqué en des dizaines de qualités commerciales, répondant à des exigences mécaniques, électriques et thermiques.

  • Paper reinforced NEMA XX per MIL-I-24768 PBG[2] : (renforcé de papier) : usages électriques normaux, résistance mécanique moyenne, supporte des températures jusqu'à 120 °C environ.
  • Canvas reinforced NEMA C per MIL-I-24768 TYPE FBM NEMA CE per MIL-I-24768 TYPE FBG (renforcé de toile grossière) : bonne résistance mécanique ainsi qu'à l'impact, supporte des températures jusqu'à 120 °C.
  • Linen reinforced NEMA L per MIL-I-24768 TYPE FBI NEMA LE per MIL-I-24768 TYPE FEI (renforcé de toile de lin) : grandes isolation électrique et résistance mécanique. Recommandé pour les pièces complexes très résistantes. Supporte des températures jusqu'à 120 °C.
  • Nylon reinforced NEMA N-1 per MIL-I-24768 TYPE NPG (renforcé de nylon) : excellentes qualités électriques en milieu humide. Résistant à la moisissure. Supporte des températures jusqu'à 70 °C environ.

Utilisation[modifier | modifier le code]

Un rotor de distribution d'un moteur à essence en Bakélite.

De façon pratique, la Bakélite a été utilisée dans le second-œuvre des constructions dans les prises, interrupteurs et gaines de fils électriques, et des peintures-laques. Elle a été utilisée dans des objets meublants architecturaux tels que des guéridons, des ventilateurs, des horloges et des ustensiles pratiques (radio, téléphone, cendrier, porte stylo)[1].

La Bakélite a été de même utilisée pour divers ustensiles de cuisine et de ménage (plateaux, moulins à café, aspirateurs)[1].

Dans l'industrie, la Bakélite a été la matière de base transformée pour des pièces automobiles (volants, manettes, allumage des bougies, plaques de frein), pour des pièces de l'aéronautique (pales d'hélice), des ustensiles d'usage banal (stylo, lampe-torche, appareil photo, écouteur) et pour faire des bijoux ainsi que des jouets[1].

Les composés phénoliques sont rarement utilisés aujourd'hui en raison de leur coût et de leur complexité de production, ainsi que de leur nature cassante. Cependant, une exception notable à ce déclin généralisé est leur présence dans des composants de précision où leurs propriétés sont requises, comme les cylindres moulés de disques de frein, les manches de poêles, les prises et interrupteurs de courant, ainsi que des pièces de fer à repasser électriques. Aujourd'hui, la Bakélite est commercialisée sous différentes appellations commerciales tel « Micarta ». Le Micarta est fabriqué en feuilles, barres et tubes pour des centaines d'utilisations industrielles en électronique, production d'électricité ainsi qu'en aérospatiale.

  • La Bakélite a été utilisée en remplacement du bois, sur les plaques de couche des baïonnettes de Mauser K98.
  • Elle a été utilisée pour fabriquer les lunettes de certaines montres (Rolex GMT-Master dite « Bakélite »[3] par exemple).
  • Les plateaux des anciennes machines électrostatiques du type « wimshurst » sont en Bakélite.
  • Le corps des stylos Montblanc noirs est fait de Bakélite (appelée « résine précieuse »).
  • Les boules de billard, au départ en ivoire, furent remplacées par la Bakélite[4] et sont désormais en matière synthétique[5].
  • Holton (Leblanc) a déjà utilisé de la Bakélite pour fabriquer des becs de saxophone.
  • La Bakélite a été également utilisée pour fabriquer des clarinettes.
  • Eastman Kodak s'est servi de Bakélite pour fabriquer le Brownie 127.
  • En 1930, le designer Paul T. Frankl utilise la Bakélite pour ses meubles.
  • Le Bennett BTC-1 Executive était un avion américain entièrement construit en « Duraloïd », du contreplaqué enduit de Bakélite gomme-laque. Durant la Seconde Guerre mondiale, la firme Globe Aircraft Company, qui succéda à Bennett Aircraft Company, a produit des panneaux d'avions en Duraloïd.
  • En raison de sa dureté et de sa durabilité, on a un temps pensé à utiliser la Bakélite pour faire des pièces d'un cent américaines durant la Seconde Guerre mondiale. Le cuivre était en effet rationné car il servait à la fabrication des douilles des munitions. Plusieurs de ces pièces ont été produites en 1942, mais l'acier a été utilisé en 1943. Puis, en 1944 et 1945, les douilles ont été recyclées.
  • Durant la Seconde Guerre mondiale, la Bakélite a été également utilisée dans la construction du pistolet mitrailleur MP38, ce qui en faisait la première arme individuelle exempte de bois.
  • La Bakélite a été utilisée pour la première guitare électrique à corps plein, la « poêle à frire » Rickenbacker.
  • Bayko, un jeu de construction dont la plupart des pièces étaient en Bakélite.
  • La couleur des chargeurs de l'AK-74 fait qu'ils sont souvent pris pour de la Bakélite ; ils sont en fait fabriqués à partir d'un polymère renforcé avec des fibres de verre.

Symbolique portée[modifier | modifier le code]

  • Symbolique sur le « ne fond ni ne brûle[6] » : des allusions et des utilisations de la Bakélite sont faites plusieurs fois dans l'anime Neon Genesis Evangelion.
  • Serge Gainsbourg fait référence à la Bakélite dans sa chanson Sea, Sex and Sun : « Tes p'tits seins de Bakélite qui s'agitent ».

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f, g, h et i Leo Hendrik Baekeland et la Bakélite, coll. « Les grandes dates de la science », éditeur vidéo INTER/AKTION, 2006, WDR-SWR-SF et Arte, rediffusé sur Arte le 20 février 2015.
  2. Les noms ci-dessous ont été conservés à fins documentaires, et sont tirés de la version anglophone de cet article.
  3. « GMT Master history », sur gmtmasterhistory.com.
  4. « La Bakélite : une invention révolutionnaire », sur gralon.net.
  5. « Matériel de billard - Les billes », sur billard-passion.fr.
  6. Time Magazine, 1924, « La Bakélite ne fond ni ne brûle : une invention de Leo Hendrick Baekeland », dans Leo Hendrik Baekeland et la Bakélite, coll. « Les grandes dates de la science », éditeur vidéo INTER/AKTION, 2006, WDR-SWR-SF et Arte.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Bijker, Wiebe E. ; The social construction of bakelite: Toward a theory of invention. In The social construction of technological systems: New directions in the sociology and history of technology, Wiebe E. Bijker, Thomas P. Hughes et Trevor Pinch (éds.), 1987, 17-50, Cambridge (MA), MIT Press
  • (en) Bijker, Wiebe E. ; Of bicycles, bakelites, and bulbs: Toward a theory of sociotechnical change, 1995, Cambridge (MA), MIT Press

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]