Polytéréphtalate de butylène

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Poly(téréphtalate de butylène)
Structure du poly(téréphtalate de butylène)
Structure du poly(téréphtalate de butylène)
Identification
Nom UICPA poly(oxy-1,4-butanediyloxycarbonyl-1,4-phénylènecarbonyl)
Synonymes

PBT

No CAS 24968-12-5
SMILES
Propriétés chimiques
Formule brute (C12H12O4)n
Masse molaire du motif de répétition : 220,22 g·mol-1
Propriétés physiques
transition vitreuse 60 °C[1]
fusion 225 °C
Masse volumique 1,31 g·cm-3
Propriétés électroniques
Constante diélectrique 3,8–3,2
Unités du SI et CNTP, sauf indication contraire.

Le poly(téréphtalate de butylène) (parfois francisé de manière impropre en « polybutylène téréphtalate ») ou PBT , est un polymère thermoplastique faisant partie de la famille des polyesters. Ce polymère semi-cristallin couramment transformé par injection est obtenu par polycondensation de l'acide téréphtalique et du butane-1,4-diol.

Comme tous les polyesters, le PBT est très sensible à l'hydrolyse à l'état fondu. Celle-ci est provoquée par l'humidité présente dans la matière qui se transforme en vapeur d'eau lors de la mise en œuvre. Cette réaction entraine une coupure des chaînes macromoléculaires réduisant ainsi leur masse molaire. Il est impératif de sécher correctement la matière avant sa transformation. De plus, la reprise d'humidité superficielle est très rapide, des trémies dessicatrices sont utilisées.

Propriétés[modifier | modifier le code]

Les principales caractéristiques du PBT sont :

  • de bonnes propriétés électriques ;
  • une excellente tenue à la chaleur ;
  • un excellent aspect de surface ;
  • une bonne stabilité dimensionnelle ;
  • une bonne tenue aux agents chimiques ;
  • un bon comportement vis-à-vis des frottements et en fatigue.

Applications[modifier | modifier le code]

Les principales applications du PBT sont :

  • pièces isolantes pour température et contrainte élevées ;
  • boîtiers de contacteurs ;
  • interrupteurs ;
  • électroménager ;
  • engrenages ;
  • boutons de chemise ;
  • pinceaux de peinture et de maquillage (Taklon).

Références[modifier | modifier le code]

  1. Jean-Pierre Trotignon, A. Dobraczynski, Jacques Verdu, M. Piperaud (trad. de l'allemand), Précis des matières plastiques, Saint-Denis La Plaine, Hanser Verlag,‎ (ISBN 978-2-09-179581-2, lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]